Fièvre jaune en Ouganda : mise à jour de l'OMS Médecine des voyages

Publié le 28 jan. 2011 à 13h53

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le 23 décembre 2010, le Ministère de la Santé ougandais a notifié trois cas de fièvre jaune confirmés en laboratoire et détectés lors d’une enquête spéciale faisant suite à une flambée dans le pays en octobre 2010. Ces cas ont été notifiés dans les trois districts d'Abim, Agago et Kitgum, près de la frontière avec le Sud-Soudan.

Cinq cas de fièvre jaune ont été confirmés en laboratoire par les US Centers for Disease Control and Prevention d'Atlanta (trois par RT-PCR, un par ELISA et un par histopathologie). Au total, 226 cas compatibles avec la définition du cas clinique, dont 53 mortels, ont été notifiés dans 12 districts du Nord de l’Ouganda.

Suite aux enquêtes faites sur le terrain par le Ministère de la Santé avec l’appui de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de Médecins Sans Frontières (MSF), des Etats-Unis et d’autres partenaires, la décision a été prise d’organiser une campagne réactive de vaccination de masse dans cinq districts (Abim, Agago, Kitgum, Lamwoo et Pader). Le 31 décembre 2010, l’OMS a dépêché trois experts supplémentaires pour aider à l’évaluation du risque, ainsi qu'à la planification et à la mise en oeuvre de mesures de lutte comportant le renforcement du système de surveillance et la campagne de vaccination.

Une demande d’un million de doses de vaccin a été soumise au Groupe international de coordination (GIC) pour l’approvisionnement en vaccin antiamaril le 4 janvier 2011. Les vaccins, provenant de la réserve d’urgence financée par l’Alliance GAVI, ont été expédiés dans le pays le 11 janvier 2011. La campagne de vaccination, dont la date de lancement a été fixée au 22 janvier 2011, concerne une population de plus de 905 000 habitants.

Source : Organisation Mondiale de la Santé.