Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Nouveau cas d'infection grave à méningocoque B en Seine-Maritime

Lu 220 fois
Publié le 28 juil. 2012 à 11h18

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.
- Médecin biologiste et responsable d'un Centre de vaccinations internationales dans un Hôpital d'instruction des armées.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 9 juillet 2016.

Un nouveau cas d'infection invasive à méningocoque B est survenu le 22 juillet en Seine-Maritime. Il est dû à une souche très particulière, désignée par la formule antigénique "B14:P1.7,16", dans laquelle "B" désigne le sérogroupe de la bactérie (selon la composition de la capsule du méningocoque, on distingue une douzaine de sérogroupes) et "P1.7,16" le séro-sous-type (déterminé par la composition de certaines protéines bactériennes). Cette souche est à l'origine d'un nombre anormalement élevé de cas d'infection invasive à méningocoque (hyperendémie) en Seine Maritime et dans les départements limitrophes depuis 2003. C'est la raison pour laquelle une campagne de vaccination a été mise en place dans certains cantons depuis 2006, car il existe un vaccin spécifiquement efficace contre la souche B14:P1.7,16, le MenBvac, produit par l'Institut norvégien de santé publique.

Quatre cas d'infection invasive à méningocoque B14 sont survenus chez des jeunes résidant dans les zones de vaccination depuis le début de l'année. Deux d'entre eux n'étaient pas vaccinés et les deux autres n'avaient pas reçu les quatre injections nécessaires à une bonne protection. Il est indispensable que les personnes qui ont débuté une vaccination puissent la compléter rapidement et que ceux qui n'auraient pas encore reçu de première injection se mettent en relation avec la plateforme téléphonique au 0 820 30 00 60. Des informations sont disponibles sur normandie.mesvaccins.net, où les personnes concernées peuvent bénéficier d'un service de carnet de vaccination électronique qui facilitera leur prise en charge (informations et recommandations personnalisées, partage de l'historique vaccinal avec le médecin traitant, rappels des prochaines échéances vaccinales...).

Les infections invasives à méningocoque de type B14 peuvent avoir des conséquences graves et la vaccination reste le seul moyen de se protéger. La vaccination est recommandée aux enfants et jeunes âgés de 2 mois à 24 ans résidant, scolarisés ou en mode de garde dans les 14 cantons concernés par la campagne. 

Source : Paris-normandie.fr.


Maladie : Méningocoque B

Vaccin : MenBvac

Référence principale :