Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Risque élevé d'hépatite A chez les voyageurs se rendant au Mexique Médecine des voyages

Publié le 3 mai 2015 à 14h52

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.
- Médecin biologiste en poste à la Direction centrale du service de santé des armées.
- Membre de droit (sans droit de vote) de la Commission technique des vaccinations de la HAS, représentant du Service de santé des armées.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 10 décembre 2018.

A la date du 1er mai 2015, un total de 27 cas d'hépatite A ont été signalés chez des voyageurs américains qui sont allés à Tulum, au Mexique. Les personnes concernées s'étaient rendues dans ce lieu entre le 15 février 2015 et le 20 mars 2015.

Les Centers for Disease Control and prevention (CDC) étasuniens rappellent à cette occasion l'importance de la vaccination contre l'hépatite A et du respect des mesures d'hygiène individuelle pour les voyageurs. De plus, en cas de voyage à Tulum dans les 14 jours précédents, il est recommandé d'en parler à son médecin. Celui-ci pourra proposer au voyageur l'administration d'une dose d'un vaccin contre l'hépatite A, qui peut prévenir ou réduire les symptômes de l'hépatite A. L'incubation de la maladie est en effet suffisamment longue (environ un mois) pour permettre l'apparition d'anticorps protecteurs anti-hépatite A avant l'infection.

L'hépatite A est une infection aiguë du foie causée par le virus de l'hépatite A, étroitement associée à une hygiène individuelle ou collective insuffisante. Le virus de l'hépatite A est en effet transmis par voie féco-orale, le plus souvent de manière indirecte, par l'intermédiaire d'eau ou d'aliments contaminés, plus rarement directement au contact d'un malade. Le virus est éliminé en grandes quantités dans les selles des personnes malades : il peut alors contaminer l'environnement, notamment l'eau, où il peut survivre de nombreux mois. 

Le voyageur doit respecter les règles d'hygiène individuelle :

  • Se laver fréquemment les mains à l'eau et au savon, notamment avant chaque repas ;
  • Éviter l'usage de serviettes collectives pour s'essuyer les mains ou le visage ;
  • Ne manger que des aliments bien cuits ;
  • Éviter la consommation de poissons, coquillages, ou fruits de mer autrement que bien cuits ou frits ;
  • Peler soigneusement, à défaut cuire ou désinfecter les fruits et légumes ;
  • Ne boire que de l'eau minérale en bouteille capsulée ou de l'eau traitée (par chloration, par troclosène sodique ou par ébullition) ;
  • Ne pas consommer de glaçons, de crèmes glacées ou sorbets en vente publique.

La vaccination contre l'hépatite A, très efficace et bien tolérée, est fortement recommandée avant tout départ en zone inter-tropicale ou vers un pays en développement. Des renseignements sont disponibles sur les sites JeVoyage.net et medecinedesvoyages.net.


Maladie : Hépatite A

Référence principale :