Vaccina autorisé par l'Union européenne le 8 décembre 2022. RCP en cours de mise à jour.

Description

Vaccin vivant atténué, chimérique recombinant, quadrivalent contre les quatre sérotypes (1, 2, 3 et 4) du virus de la dengue ; autres noms : TAK-003 ; DENVAX; DENGUE TETRAVALENT VACCINE (LIVE, ATTENUATED) TAKEDA.

Classe

Vivant
- Vecteur viral vivant réplicatif

Forme et présentation

Ce symbole indique que ce vaccin fait l'objet d'une surveillance supplémentaire. Cela permettra d'identifier rapidement de nouvelles informations de sécurité. Il est demandé aux professionnels de santé de signaler tout effet indésirable suspecté.

Vaccin tétravalent contre la dengue (vivant, atténué).

Poudre et solvant pour solution injectable.

Avant la reconstitution, le vaccin est une poudre lyophilisée de couleur blanc à blanc cassé (agglomérat compact).

Le solvant est une solution limpide et incolore.

Nature et contenu de l'emballage extérieur

Qdenga, poudre et solvant pour solution injectable :

  • Poudre (1 dose) en flacon en verre (verre de type I), avec un bouchon (caoutchouc butyle) et une capsule en aluminium avec capuchon amovible en plastique vert + 0,5 mL de solvant (1 dose) en flacon en verre (verre de type I), avec un bouchon (caoutchouc bromobutyle) et une capsule en aluminium avec capuchon amovible en plastique violet.
    Boîte de 1 ou 10.

Qdenga, poudre et solvant pour solution injectable en seringue pré-remplie :

  • Poudre (1 dose) en flacon (verre de type I), avec un bouchon (caoutchouc bromobutyle) et une capsule en aluminium avec capuchon amovible en plastique vert + 0,5 mL de solvant (1 dose) en seringue pré-remplie (verre de type I), avec un bouchon de piston (bromobutyle) et une coiffe d’embout (polypropylène), avec 2 aiguilles distinctes.
    Boîte de 1 ou 5.
  • Poudre (1 dose) en flacon (verre de type I), avec un bouchon (caoutchouc butyle) et capsule en aluminium avec capuchon amovible en plastique vert + 0,5 mL de solvant (1 dose) en seringue pré-remplie (verre de type I), avec un bouchon de piston (bromobutyle) et une coiffe d’embout (polypropylène, sans aiguille.
    Boîte de 1 ou 5.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Composition

Après reconstitution, une dose (0,5 mL) contient :

1. Antigènes

  • Sérotype 1 du virus de la dengue (vivant, atténué) 1 : 3,3 - 6,0 log10 UFP /dose
  • Sérotype 2 du virus de la dengue (vivant, atténué) 2 : 2,7 - 6,0 log10 UFP /dose
  • Sérotype 3 du virus de la dengue (vivant, atténué) 1 : 4,0 - 6,0 log10 UFP /dose
  • Sérotype 4 du virus de la dengue (vivant, atténué) 1 : 4,5 - 6,0 log10 UFP /dose

1 : produit dans des cellules Vero à l’aide de la technologie de l’ADN recombinant. Gènes des protéines de surface spécifiques au sérotype intégrés dans le génome de la dengue de type 2. Ce produit contient des organismes génétiquement modifiés (OGM) ;
2 : produit dans des cellules Vero à l’aide de la technologie de l’ADN recombinant ;
3 : UFP = unités formant plages.

2. Excipients

Poudre

  • α,α-Tréhalose dihydraté
  • Poloxamère 407
  • Albumine sérique humaine 
  • Dihydrogénophosphate de potassium 
  • Hydrogénophosphate disodique 
  • Chlorure de potassium
  • Chlorure de sodium

Solvant

  • Chlorure de sodium
  • Eau pour préparations injectables

Indications

Qdenga est indiqué pour la prévention de la dengue chez des sujets à partir de l’âge de 4 ans. 

L’utilisation de Qdenga doit être conforme aux recommandations officielles.

Posologie

1. Sujets à partir de l’âge de 4 ans

Qdenga doit être administré sous la forme d’une dose de 0,5 mL selon un schéma à deux doses (0 et 3 mois).

La nécessité d’une dose de rappel n’a pas été établie.

2. Autre population pédiatrique (enfants âgés de moins de 4 ans)

La sécurité et l’efficacité de Qdenga chez les enfants âgés de moins de 4 ans n’ont pas été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites à la rubrique " Effets indésirables" mais aucune recommandation sur la posologie ne peut être donnée.

3. Sujets âgés

Aucun ajustement de la posologie n’est nécessaire chez les personnes âgées ≥ 60 ans. Voir la rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi".

Mode d'administration

Après avoir terminé la reconstitution du vaccin lyophilisé avec le solvant, Qdenga doit être administré par injection sous-cutanée de préférence dans le haut du bras, dans la région du muscle deltoïde.

Qdenga ne doit pas être injecté par voie intravasculaire, intradermique ni intramusculaire.

Le vaccin ne doit pas être mélangé à d’autres vaccins ou médicaments parentéraux dans la même seringue.

Pour les instructions concernant la reconstitution de Qdenga avant administration, voir la rubrique "Manipulation".

Contre-indications

Hypersensibilité aux substances actives ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique "Composition" ou hypersensibilité à une dose antérieure de Qdenga.

Sujets présentant un déficit immunitaire congénital ou acquis, y compris avec des traitements immunosuppresseurs comme une chimiothérapie ou des doses élevées de corticostéroïdes systémiques (par ex. 20 mg/jour ou 2 mg/kg de poids corporel par jour de prednisone pendant 2 semaines ou plus) dans les 4 semaines précédant la vaccination, comme avec les autres vaccins vivants atténués.

Sujets présentant une infection au VIH symptomatique ou une infection au VIH asymptomatique accompagnée de signes d’altération de la fonction immunitaire.

Les femmes enceintes (voir rubrique "Grossesse").

Les femmes allaitantes (voir rubrique "Allaitement").

Mises en garde et précautions d'emploi

1. Traçabilité

Afin d’améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom et le numéro de lot du produit administré doivent être clairement enregistrés.

2. Recommandations générales

Anaphylaxie

Comme pour tous les vaccins injectables, un traitement médical et une surveillance adéquats doivent toujours être facilement disponibles en cas de réaction anaphylactique rare à la suite de l’administration du vaccin.

Examen des antécédents médicaux

La vaccination doit être précédée d’un examen des antécédents médicaux du sujet (en particulier en ce qui concerne les vaccinations antérieures et les possibles réactions d’hypersensibilité survenues après une vaccination).

Maladie concomitante

La vaccination par Qdenga doit être reportée chez les sujets présentant une maladie fébrile sévère aiguë. En revanche, la présence d’une infection mineure, telle qu’un rhume, ne justifie pas le report de la vaccination.

Limites de l’efficacité du vaccin

Il est possible qu’une réponse immunitaire protectrice avec Qdenga ne soit pas obtenue contre tous les sérotypes du virus de la dengue chez tous les sujets vaccinés et peut diminuer avec le temps (voir rubrique "Pharmacodynamie"). Il n’est actuellement pas établi si un manque de protection pourrait entraîner une augmentation de la gravité de la dengue. Il est recommandé de continuer à prendre des mesures de protection personnelle contre les piqûres de moustiques après la vaccination. Les sujets doivent demander des soins médicaux s’ils développent des symptômes de la dengue ou des signes indicateurs de la dengue.

Aucune donnée sur l’utilisation de Qdenga chez des sujets de plus de 60 ans n’est disponible. Des données limitées chez les patients souffrant d’affections médicales chroniques sont disponibles.

Réactions liées à l’anxiété

Des réactions liées à l’anxiété, notamment des réactions vasovagales (syncope), une hyperventilation ou des réactions liées au stress peuvent survenir avec la vaccination, sous forme de réponse psychogène à l’injection par aiguille. Il est important que des précautions soient prises afin d’éviter toute blessure résultant d’un évanouissement.

Femmes en âge de procréer

Comme avec d’autres vaccins vivants atténués, les femmes en âge de procréer doivent éviter une grossesse pendant au moins un mois après la vaccination (voir rubriques "Grossesse" et Contre-indications).

Autres

Qdenga ne doit pas être administré par injection intravasculaire, intradermique ni intramusculaire. 

3. Excipients

Qdenga contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c.-à-d. qu’il est essentiellement « sans sodium ».

Qdenga contient moins de 1 mmol (39 mg) de potassium par dose, c.-à-d. qu’il est essentiellement « sans potassium ».

Interactions

Pour les patients recevant un traitement par des immunoglobulines ou des produits sanguins contenant des immunoglobulines, tels que du sang ou du plasma, il est recommandé d’attendre au moins 6 semaines, et de préférence 3 mois, après la fin du traitement avant d’administrer Qdenga, afin d’éviter une neutralisation des virus vivants atténués contenus dans le vaccin.

Qdenga ne doit pas être administré aux sujets ayant reçu des traitements immunosuppresseurs comme une chimiothérapie ou des doses élevées de corticostéroïdes systémiques dans les 4 semaines précédant la vaccination (voir rubrique "Contre-indications").

Utilisation avec d’autres vaccins :

Si Qdenga doit être administré en même temps qu’un autre vaccin injectable, le ou les vaccins doivent alors toujours être administrés en des sites d’injection différents.

Qdenga peut être administré en même temps qu’un vaccin contre l’hépatite A. L’administration concomitante a été étudiée chez les adultes.

Qdenga peut être administré en même temps qu’un vaccin contre la fièvre jaune. Dans une étude clinique impliquant environ 300 sujets adultes ayant reçu Qdenga en même temps que le vaccin contre la fièvre jaune 17D, il n’y a eu aucun effet sur le taux de séroprotection contre la fièvre jaune. Les réponses par anticorps contre la dengue ont diminué suite à l’administration concomitante de Qdenga et du vaccin contre la fièvre jaune 17D. La signification clinique de cette observation est inconnue.

Grossesse

Les études effectuées chez l’animal sont insuffisantes pour permettre de conclure sur la toxicité sur la reproduction (voir rubrique "Autres informations / Données de sécurité préclinique").

Il existe des données limitées sur l’utilisation de Qdenga chez la femme enceinte. Ces données ne sont pas suffisantes pour conclure à l’absence d’effets potentiels de Qdenga sur la grossesse, le développement embryo-fœtal, la parturition et le développement postnatal.

Qdenga est un vaccin vivant atténué, par conséquent, il est contre-indiqué pendant la grossesse (voir rubrique "Contre-indications").

Femmes en âge de procréer

Les femmes en âge de procréer doivent éviter une grossesse pendant au moins un mois après la vaccination. Il convient de conseiller de retarder la vaccination chez les femmes qui envisagent une grossesse (voir rubriques "Mises en garde et précautions d'emploi" et "Contre-indications").

Fertilité

Les études effectuées chez l’animal sont insuffisantes pour permettre de conclure sur la toxicité sur la reproduction (voir rubrique "Autres informations / Données de sécurité préclinique").

Aucune étude spécifique n’a été réalisée sur la fertilité chez l’être humain.

Allaitement

On ne sait pas si Qdenga est excrété dans le lait maternel humain. Un risque pour les nouveau- nés/nourrissons ne peut être exclu.

Qdenga est contre-indiqué pendant l’allaitement (voir rubrique "Contre-indications").

Effets indésirables

1. Résumé du profil de sécurité

Dans les études cliniques, les réactions les plus fréquemment signalées chez les sujets de 4 à 60 ans étaient une douleur au site d’injection (50 %), des maux de tête (35 %), une myalgie (31 %), un érythème au site d’injection (27 %), un malaise (24 %), une asthénie (20 %) et de la fièvre (11 %).

Ces réactions indésirables survenaient généralement dans les 2 jours suivant l’injection, étaient de gravité légère à modérée, de courte durée (1 à 3 jours) et étaient moins fréquentes après la deuxième injection de Qdenga qu’après la première.

2. Virémie vaccinale

Dans l’étude clinique DEN-205, une virémie vaccinale transitoire a été observée après la vaccination par Qdenga chez 49 % des participants à l’étude qui n’avaient pas été infectés par la dengue auparavant et chez 16 % des participants à l’étude qui avaient été infectés par la dengue auparavant. La virémie vaccinale débutait généralement au cours de la deuxième semaine après la première injection et avait une durée moyenne de 4 jours. La virémie vaccinale était associée à des symptômes transitoires, légers à modérés, tels que maux de tête, arthralgie, myalgie et éruption cutanée chez certains sujets. La virémie vaccinale a rarement été détectée après la deuxième dose.

3. Liste des effets indésirables

Les effets indésirables associés à Qdenga reportés dans les études cliniques sont présentés ci-dessous.

Le profil de sécurité présenté ci-dessous est basé sur une analyse groupée incluant 14 627 participants d’étude, âgés de 4 à 60 ans (13 839 enfants et 788 adultes), qui ont été vaccinés par Qdenga. Cela comprenait un sous-groupe de réactogénicité de 3 830 participants (3 042 enfants et 788 adultes).

Les effets indésirables signalés sont énumérés selon les catégories de fréquence suivantes : 

  • très fréquent : ≥ 1/10 ;
  • fréquent : ≥ 1/100 à < 1/10 ;
  • peu fréquent : ≥ 1/1 000 à < 1/100 ;
  • rare : ≥ 1/10 000 à < 1/1 000 ;
  • très rare : < 1/10 000.

3.1. Effets indésirables issus des études cliniques (âgés de 4 à 60 ans)

Infections et infestations

  • Très fréquent : infection des voies aériennes supérieures 1.
  • Fréquent : rhinopharyngite, Pharyngo-amygdalite 2.
  • Peu fréquent : bronchite, rhinite.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

  • Très rare : diminution de l’appétit 3.

Affections psychiatriques

  • Très fréquent : irritabilité 3.

Affections du système nerveux

  • Très fréquent : céphalées, somnolence 3.
  • Peu fréquent : sensation vertigineuse.

Affections gastro-intestinales

  • Peu fréquent : diarrhée, nausées, douleurs abdominales, vomissements.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

  • Peu fréquent : éruption cutanée 4, prurit 5, urticaire.
  • Très rare : angiœdème.

Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

  • Très fréquent : myalgies.
  • Fréquent : arthalgies.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Très fréquent : douleur au site d’injection, érythème au site d’injection, malaise, asthénie, fièvre.
  • Fréquent : gonflement au site d’injection, contusion au site d'injection 5, prurit au site d'injection 5, syndrome pseudo-grippal.
  • Peu fréquent : hémorragie au site d'injection 5, fatigue 5, altération de la couleur au site d'injection 5.

1 : inclut infection des voies respiratoires supérieures et infection virale des voies respiratoires supérieures ;
2 : inclut la pharyngo-amygdalite et amygdalite ;
3 : observé chez les enfants âgés de moins de 6 ans dans les études cliniques ;
4 : inclut éruption cutanée, éruption cutanée virale, éruption maculopapuleuse, éruption prurigineuse ;
5 : rapporté chez les adultes dans des études cliniques.

3. 2. Population pédiatrique

Données pédiatriques chez des sujets âgés de 4 à 17 ans

Les données de sécurité groupées provenant des essais cliniques sont disponibles pour 13 839 enfants (9 210 âgés de 4 à 11 ans et 4 629 âgés de 12 à 17 ans). Cela comprend les données de réactogénicité recueillies auprès de 3 042 enfants (1 865 âgés de 4 à 11 ans et 1 177 âgés de 12 à 17 ans).

La fréquence, le type et la gravité des effets indésirables chez les enfants étaient largement cohérents avec ceux observés chez les adultes. Les réactions indésirables rapportées plus fréquemment chez les enfants que chez les adultes étaient la fièvre (11 % contre 3 %), l’infection des voies respiratoires supérieures (11 % contre 3 %), la rhinopharyngite (6 % contre 0,6 %), la pharyngo-amygdalite (2 % contre 0,3 %) et le syndrome grippal (1 % contre 0,1 %). Les réactions indésirables rapportées moins fréquemment chez les enfants que chez les adultes étaient l’érythème au site d’injection (2 % contre 27 %), les nausées (0,03 % contre 0,8 %) et l'arthralgie (0,03 % contre 1 %).

Les réactions suivantes ont été observées chez 357 enfants âgés de moins de 6 ans vaccinés avec Qdenga : diminution de l’appétit (17 %), somnolence (13 %) et irritabilité (12 %).

Données pédiatriques chez des sujets âgés de moins de 4 ans, c.-à-d. en dehors de l’indication d’âge.

La réactogénicité chez des sujets âgés de moins de 4 ans a été évaluée chez 78 sujets ayant reçu au moins une dose de Qdenga dont 13 sujets avaient reçu le schéma posologique de 2 doses indiquées. Les réactions rapportées très fréquemment étaient l’irritabilité (25 %), la fièvre (17 %), la douleur au site d’injection (17 %) et la perte d’appétit (15 %). La somnolence (8 %) et l’érythème au site d’injection (3 %) ont été fréquemment rapportés. Aucun gonflement au site d’injection n’a été observé chez les sujets âgés de moins de 4 ans.

5. Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Qdenga a une influence mineure sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

6. Surdosage

Aucun cas de surdosage n’a été rapporté.

7. Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

Pharmacodynamie

Classe pharmacothérapeutique : Vaccins, vaccins viraux.

Code ATC : J07BX04.

1. Mécanisme d’action

Qdenga contient des virus vivants atténués de la dengue. Le principal mécanisme d’action de Qdenga consiste à se répliquer localement et à susciter des réponses immunitaires humorales et cellulaires contre les quatre sérotypes du virus de la dengue.

2. Efficacité clinique

L’efficacité clinique de Qdenga a été évaluée dans l’étude DEN-301, une étude pivot de phase III, en double aveugle, randomisée, contrôlée contre placebo, menée dans 5 pays d’Amérique latine (Brésil, Colombie, République dominicaine, Nicaragua, Panama) et 3 pays d’Asie (Sri Lanka, Thaïlande, Philippines). Un total de 20 099 enfants âgés de 4 à 16 ans ont été randomisés (rapport de 2:1) pour recevoir Qdenga ou le placebo, indépendamment d’une infection antérieure par la dengue.

L’efficacité a été évaluée en utilisant la surveillance active pendant toute la durée de l’étude. Tout sujet présentant une maladie fébrile (définie comme une fièvre ≥ 38 °C pendant 2 jours sur 3 jours consécutifs) a dû se rendre au centre d’étude pour une évaluation de la fièvre due à la dengue par l’investigateur. Cette exigence a été rappelée aux sujets/tuteurs au moins une fois par semaine pour maximiser la détection de tous les cas symptomatiques de dengue confirmée par virologie (VCD, virologically confirmed dengue). Les épisodes fébriles ont été confirmés par un test RT-PCR quantitatif validé, afin de détecter les sérotypes spécifiques de la dengue.

Données d’efficacité clinique pour les sujets âgés de 4 à 16 ans

Les résultats d’efficacité du vaccin (VE, vaccine efficacy), selon le critère d’évaluation principal (fièvre associée à la VCD survenant de 30 jours à 12 mois après la deuxième vaccination) sont présentés dans le Tableau 2. L’âge moyen de la population per protocole de l’essai était de 9,6 ans (écart-type de 3,5 ans) avec 12,7 % des sujets dans la tranche d’âge 4 - 5 ans, 55,2 % dans la tranche d’âge 6 - 11 ans et 32,1 % dans la tranche d’âge 12 - 16 ans. Sur ceux-ci, 46,5 % étaient en Asie et 53,5 % étaient en Amérique latine, 49,5 % étaient de sexe féminin et 50,5 % étaient de sexe masculin. Le statut sérologique de la dengue à l’inclusion (avant la première injection) a été évalué chez tous les sujets par un test de microneutralisation (TMN50) pour permettre l’évaluation de l’efficacité du vaccin (VE) en fonction du statut sérologique de référence. Le taux de séronégativité de la dengue de référence pour l’ensemble de la population per protocole était de 27,7 %.

Tableau 2 : efficacité du vaccin dans la prévention de la fièvre associée à la VCD causée par tout sérotype, de 30 jours à 12 mois après la deuxième vaccination dans l’étude DEN-301 (ensemble per protocole)a

IC : intervalle de confiance ; n : nombre de sujets présentant une fièvre ; VCD : dengue confirmée par virologie (virologically confirmed dengue) ;
a : l’analyse principale des données d’efficacité se basait sur la population per protocole, qui comprenait tous les sujets randomisés n’ayant pas présenté de déviations majeures du protocole, y compris ceux ne recevant pas les deux doses de la bonne affectation de Qdenga ou le placebo ;
b : nombre de sujets évalués.

Les résultats de VE selon les critères d’évaluation secondaires, la prévention de l’hospitalisation due à une fièvre associée à la VCD, la prévention de la fièvre associée à la VCD par statut sérologique, par sérotype et prévention de la fièvre associée à la VCD sévère, sont présentés dans le Tableau 3. Pour la fièvre associée à la VCD sévère, deux types de critères d’évaluation ont été pris en compte : cas de VCD cliniquement sévères et cas de VCD, qui satisfont aux critères de la dengue hémorragique (DH) de l’OMS de 1997. Les critères utilisés dans l’essai DEN-301 pour l’évaluation de la gravité de la VCD par un « Comité indépendant de détermination de la gravité de cas de dengue » (DCAC, Dengue Case severity Adjudication Committee) étaient basés sur les directives de l’OMS de 2009. Le DCAC a évalué tous les cas d’hospitalisation due à la VCD en utilisant les critères prédéfinis qui comprenaient une évaluation des anomalies de saignement, de la fuite plasmatique, de la fonction hépatique, de la fonction rénale, de la fonction cardiaque, du système nerveux central et le choc. Dans l'essai DEN- 301, les cas de VCD répondant aux critères de l’OMS de 1997 pour la DH ont été identifiés à l’aide d’un algorithme programmé, c.-à-d., sans appliquer d’évaluation médicale. En règle générale, les critères incluaient la présence de fièvre durant 2 à 7 jours, les tendances hémorragiques, la thrombocytopénie et des signes de fuite plasmatique.

Tableau 3 : Efficacité du vaccin dans la prévention de l’hospitalisation due à une fièvre associée à la VCD, la fièvre associée à la VCD par sérotype de dengue, la fièvre associée à la VCD selon le statut sérologique de la dengue à l’inclusion, et des formes sévères de la dengue, de 30 jours à 18 mois après la deuxième vaccination dans l’étude DEN-301 (population per protocole).

VE : efficacité du vaccin (vaccine efficacy) ;
IC : intervalle de confiance ;
n : nombre de sujets ;
VCD : dengue confirmée par virologie (virologically confirmed dengue) ;
DENV : sérotype du virus de la dengue ;
a : Nombre de sujets évalués ;
b : Principal critère d’évaluation secondaire ;
c : La plupart des cas observés sont dus au DENV-2 (0 cas dans le bras Qdenga et 46 cas dans le bras placebo) d Valeur p < 0,001.

Une apparition précoce de la protection a été observée entre la première et la deuxième injection avec une VE exploratoire de 81,1 % (IC à 95 % : 64,1 % ; 90,0 %) contre la fièvre associée à la VCD causée par tous les sérotypes confondus.

Protection à long terme

Dans l’étude DEN-301, plusieurs analyses exploratoires ont été menées pour estimer la protection à long terme de la première dose à 4,5 ans après la deuxième dose (Tableau 4).

Tableau 4 : Efficacité du vaccin dans la prévention de la fièvre associée à la VCD et des hospitalisations totales, en fonction du statut sérologique à l’inclusion pour la dengue, et contre les sérotypes individuels en fonction du statut sérologique à l’inclusion, de la première dose à 54 mois après la deuxième dose dans l’étude DEN-301 (population de sécurité d’emploi).

VE : efficacité du vaccin (vaccine efficacy) ;
IC : intervalle de confiance ;
VCD : dengue confirmée par virologie (virologically confirmed dengue) ;
n : nombre total de sujets ;
N : nombre total de sujets évalués ;
NF : non fourni ;
a : analyses exploratoires : l’étude n’a pas été conçue pour démontrer une différence entre le groupe vaccin et le groupe placebo ;
b : approximation à l’aide d’un IC unilatéral à 95% ;
c : l’estimation de la VE n’est pas fournie car moins de 6 cas ont été observés pour le TVD et le placebo.

En outre, la VE dans la prévention de la DH causée par tout sérotype était de 70,0 % (IC à 95 % : 31,5 % ; 86,9 %) et dans la prévention des cas cliniquement sévères de la VCD causée par tout sérotype était de 70,2 % (IC à 95 % : -24,7 % ; 92,9 %).

Dans l’analyse d’une année sur l’autre jusqu’à quatre ans et demi après la deuxième dose, la VE dans la prévention de la VCD a été démontrée pour les quatre sérotypes chez les sujets séropositifs pour la dengue à l’inclusion. Chez les sujets séronégatifs à l’inclusion, la VE a été démontrée pour DENV-1 et DENV-2, mais non suggérée pour DENV-3 et n’a pas pu être démontrée pour DENV-4 en raison d’une plus faible incidence de cas (Tableau 5).

Tableau 5 : Efficacité du vaccin dans la prévention de la fièvre associée à la VCD et de l’hospitalisation globale et en fonction du statut sérologique pour la dengue à l’inclusion, par intervalles annuels de 30 jours après la deuxième dose dans l’étude DEN-301 (population per protocole).

VE : efficacité du vaccin (vaccine efficacy) ;
IC : intervalle de confiance ;
VCD : dengue confirmée par virologie (virologically confirmed dengue) ;
NF : non fourni ;
N : nombre total de sujets dans l’étude par groupe d’analyse ;
a le nombre de sujets évalués chaque année est différent ;
b : l’année 1 fait référence à 11 mois à compter 30 jours après la deuxième dose ;
c : l’année 2 fait référence à la période allant de 13 à 24 mois après la deuxième dose ;
d : d’année 3 fait référence à la période allant de 25 à 36 mois après la deuxième dose ;
e : l’année 4 fait référence à la période allant de 37 à 48 mois après la deuxième dose :
f : l’estimation de la VE n’est pas fournie car moins de 6 cas ont été observés pour le TVD et le placebo.

Efficacité clinique pour les sujets à partir de 17 ans

Aucune étude d’efficacité clinique n’a été menée chez les sujets à partir de 17 ans. L’efficacité de Qdenga chez les sujets à partir de 17 ans est déduite de l’efficacité clinique chez les sujets âgés de 4 à 16 ans par extrapolation des données d’immunogénicité (voir ci-dessous).

Immunogénicité

En l’absence de corrélats de protection pour la dengue, la pertinence clinique des données d’immunogénicité n’est pas encore complètement établie.

Données d’immunogénicité pour les sujets âgés de 4 à 16 ans dans les zones endémiques

Les MGT en fonction du statut sérologique pour la dengue à l’inclusion chez les sujets âgés de 4 à 16 ans de l’étude DEN-301 sont présentées dans le Tableau 6.

Tableau 6 : Immunogénicité en fonction du statut sérologique pour la dengue à l’inclusion dans l’étude DEN-301 (ensemble per protocole pour l’analyse de l’immunogénicité)a

N : nombre de sujets évalués ;
DENV : virus de la dengue ;
MGT : moyenne géométrique du titre ;
IC : intervalle de confiance ;
NE : non estimé ;
a : le sous-groupe d’immunogénicité était un sous-groupe de sujets sélectionnés de façon aléatoire et l’ensemble per protocole pour l’analyse de l’immunogénicité correspondait au groupe de sujets de ce sous-groupe, qui appartenait également à la population per protocole ;
* : pour DENV-2 et DENV-3 : N = 1 815 ;
** : tous les sujets avaient des valeurs MGT inférieures à la LID (Limite Inférieure de Détection) (10) et ont par conséquent été rapportés comme 5 sans valeurs d’IC.

Données d’immunogénicité pour les sujets âgés de 18 à 60 ans dans les zones non endémiques

L’immunogénicité de Qdenga chez les adultes âgés de 18 à 60 ans a été évaluée dans DEN-304, une étude de phase 3 en double aveugle, randomisée, contrôlée contre placebo, menée dans un pays non endémique (États-Unis). Les MGT après la dose 2 sont présentées dans le Tableau 7.

Tableau 7 : MGT pour les anticorps neutralisants de la dengue dans l’étude DEN-304 (ensemble per protocole)

N : nombre de sujets évalués ;
DENV : virus de la dengue ;
MGT : moyenne géométrique du titre ;
IC : intervalle de confiance ;
NE : non estimé ;
* : données groupées du vaccin tétravalent contre la dengue, lots 1, 2 et 3 ;
** : tous les sujets avaient des valeurs MGT inférieures à la LID (10) et ont par conséquent été rapportés comme 5 sans valeurs d’IC.

L’extrapolation des données d’efficacité est fondée sur les données d’immunogénicité et les résultats d’une analyse de non-infériorité, comparant les MGT post-vaccinales dans les populations séronégatives pour la dengue à l’inclusion des études DEN-301 et DEN-304 (Tableau 8). La protection contre la dengue est attendue chez les adultes bien que l’efficacité actuelle par rapport à celle observée chez les enfants et les adolescents soit inconnue.

Tableau 8 : Rapports des MGT entre les sujets séronégatifs pour la dengue à l’inclusion dans les études DEN-301 (4 à 16 ans) et DEN-304 (18 à 60 ans) (population per protocole pour l’analyse de l’immunogénicité)

DENV : virus de la dengue ;
MGT : moyenne géométrique du titre ;
IC : intervalle de confiance ;
m : mois ;
* non-infériorité : limite supérieure de l’IC à 95 % inférieure à 2,0.

Persistance à long terme des anticorps.

La persistance à long terme des anticorps neutralisants a été démontrée dans l’étude DEN-301, dont les titres restent bien au-dessus des taux avant la vaccination pour les quatre sérotypes, jusqu’à 51 mois après la première dose.

Conservation

Durée de conservation : 18 mois.

À conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C). 

Ne pas congeler. 

À conserver dans l’emballage d’origine.

Après reconstitution avec le solvant fourni, Qdenga doit être utilisé immédiatement.

Si le produit n’est pas utilisé immédiatement, Qdenga doit être utilisé dans les 2 heures.

Les stabilités chimique et physique en cours d’utilisation ont été démontrées pendant 2 heures à température ambiante (jusqu’à 32,5 °C) à partir de la reconstitution du flacon de vaccin. Après cette période, le vaccin doit être jeté. 

Ne pas le remettre au réfrigérateur.

D’un point de vue microbiologique, Qdenga doit être utilisé immédiatement. S’il n’est pas utilisé immédiatement, la durée et les conditions de conservation sont de la responsabilité de l’utilisateur.

Manipulation

Instructions pour la reconstitution du vaccin avec le solvant présenté en flacon

Qdenga est un vaccin à deux composants comprenant un flacon contenant le vaccin lyophilisé et un flacon contenant le solvant. Le vaccin lyophilisé doit être reconstitué avec le solvant avant l’administration.

Utilisez uniquement des seringues stériles pour la reconstitution et l’injection de Qdenga. Qdenga ne doit pas être mélangé à d’autres vaccins dans la même seringue.

Pour reconstituer Qdenga, utilisez uniquement le solvant (solution de chlorure de sodium à 0,22 %) fourni avec le vaccin car il est dépourvu d’agent de conservation et d’autres substances antivirales. Le contact avec des agents de conservation, des antiseptiques, des détergents et d’autres substances antivirales doit être évité, car ils peuvent désactiver le vaccin.

Sortez les flacons de vaccin et de solvant du réfrigérateur et placez-les à température ambiante pendant environ 15 minutes.

  • Retirez les capuchons des deux flacons et nettoyez la surface des bouchons sur le dessus des flacons à l’aide d’une lingette imbibée d’alcool.
  • Fixez une aiguille stérile à une seringue de 1 mL et insérez l’aiguille dans le flacon de solvant. La taille d’aiguille recommandée est de 23G.
  • Enfoncez lentement le piston entièrement vers le bas.
  • Retournez le flacon pour que le dessus pointe vers le bas, retirez tout le contenu du flacon et continuez à tirer le piston jusqu’à 0,75 mL. Une bulle se voit à l’intérieur de la seringue.
  • Retournez la seringue pour ramener la bulle vers le piston.
  • Insérez l’aiguille de la seringue dans le flacon de vaccin lyophilisé.
  • Orientez le flux du solvant vers la paroi du flacon tandis que vous enfoncez lentement le piston pour réduire le risque de formation de bulles d’air.
  • Relâchez votre doigt du piston et, en tenant la seringue sur une surface plane, agitez délicatement le flacon dans les deux directions avec l’ensemble seringue-aiguille fixé.
  • NE PAS SECOUER. De la mousse et des bulles peuvent se former dans le produit reconstitué.
  • Laissez le flacon et la seringue fixée reposer pendant environ 30 à 60 secondes, jusqu’à ce que la solution devienne claire.

Après reconstitution, la solution obtenue doit être limpide, incolore à jaune pâle et pratiquement exempte de particules étrangères. Jetez le vaccin si des particules sont présentes et/ou s’il paraît décoloré.

  • Prélevez tout le volume de la solution de Qdenga reconstituée avec la même seringue, jusqu’à ce qu’une bulle d’air apparaisse dans la seringue.
  • Retirez l’ensemble seringue-aiguille du flacon.
  • Tenez la seringue avec l’aiguille dirigée vers le haut, tapotez le côté de la seringue pour amener la bulle d’air vers le haut, jetez l’aiguille fixée et remplacez-la par une nouvelle aiguille stérile, expulsez la bulle d’air jusqu’à ce qu’une petite goutte de liquide se forme à l’extrémité de l’aiguille. La taille d’aiguille recommandée est de 25G, 16 mm.
  • Qdenga est prêt à être administré par injection sous-cutanée.

Qdenga doit être administré immédiatement après la reconstitution. La stabilité chimique et physique lors de l’utilisation a été démontrée pendant 2 heures à température ambiante (jusqu’à 32,5°C) à partir du moment de la reconstitution du flacon de vaccin. Au-delà de cette période, le vaccin doit être jeté. Ne pas le remettre au réfrigérateur. D’un point de vue microbiologique, Qdenga doit être utilisé immédiatement. S’il n’est pas utilisé immédiatement, la durée et les conditions de conservation sont de la responsabilité de l’utilisateur.

Instructions pour la reconstitution du vaccin avec le solvant présenté en seringue pré-remplie

Qdenga est un vaccin à deux composants qui consiste en un flacon contenant un vaccin lyophilisé et un solvant fourni dans une seringue pré-remplie. Le vaccin lyophilisé doit être reconstitué avec le solvant avant l’administration

Qdenga ne doit pas être mélangé à d’autres vaccins dans la même seringue.

Pour reconstituer Qdenga, utilisez uniquement le solvant (solution de chlorure de sodium à 0,22 %) dans la seringue pré-remplie fournie avec le vaccin car il est dépourvu d’agent de conservation et d’autres substances antivirales. Le contact avec des agents de conservation, des antiseptiques, des détergents et d’autres substances antivirales doit être évité, car ils peuvent désactiver le vaccin.

Sortez le flacon de vaccin et la seringue pré-remplie de solvant du réfrigérateur et placez-les à température ambiante pendant environ 15 minutes.

  • Retirez le capuchon du flacon de vaccin et nettoyez la surface du bouchon sur le dessus du flacon à l’aide d’une lingette imbibée d’alcool.
  • Fixez une aiguille stérile à la seringue pré-remplie et insérez l’aiguille dans le flacon de vaccin. La taille d’aiguille recommandée est de 23G.
  • Orientez le flux du solvant vers la paroi du flacon tandis que vous enfoncez lentement le piston pour réduire le risque de formation de bulles d’air.
  • Relâchez votre doigt du piston et, en tenant la seringue sur une surface plane, agitez délicatement le flacon dans les deux directions avec l’ensemble seringue-aiguille fixé.
  • NE PAS SECOUER. De la mousse et des bulles peuvent
  • se former dans le produit reconstitué.
  • Laissez le flacon et la seringue fixée reposer pendant environ 30 à 60 secondes, jusqu’à ce que la solution devienne claire.

Après reconstitution, la solution obtenue doit être limpide, incolore à jaune pâle et pratiquement exempte de particules étrangères. Jetez le vaccin si des particules sont présentes et/ou s’il paraît décoloré.

  • Prélevez tout le volume de la solution de Qdenga reconstituée avec la même seringue, jusqu’à ce qu’une bulle d’air apparaisse dans la seringue.
  • Retirez l’ensemble seringue-aiguille du flacon. Tenez la seringue avec l’aiguille dirigée vers le haut, tapotez le côté de la seringue pour amener la bulle d’air vers le haut, jetez l’aiguille fixée et remplacez-la par une nouvelle aiguille stérile, expulsez la bulle d’air jusqu’à ce qu’une petite goutte de liquide se forme à l’extrémité de l’aiguille. La taille d’aiguille recommandée est de 25G, 16 mm.
  • Qdenga est prêt à être administré par injection sous-cutanée.

Qdenga doit être administré immédiatement après la reconstitution. La stabilité chimique et physique lors de l’utilisation a été démontrée pendant 2 heures à température ambiante (jusqu’à 32,5°C) à partir du moment de la reconstitution du flacon de vaccin. Au-delà de cette période, le vaccin doit être jeté.

Ne pas le remettre au réfrigérateur. D’un point de vue microbiologique, Qdenga doit être utilisé immédiatement. S’il n’est pas utilisé immédiatement, la durée et les conditions de conservation sont de la responsabilité de l’utilisateur.

L'administration du vaccin doit être consignée par le médecin sur le carnet de vaccination ou de santé avec le numéro de lot. Il peut aussi être inscrit par le patient ou son médecin sur un carnet de vaccination électronique.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Remboursement

Prix libre, médicament non remboursable.

Autres informations

Données de sécurité préclinique

Les données de sécurité non cliniques issues des études conventionnelles de tolérance locale d’une seule dose, de toxicologie en administration répétée, et de toxicité sur la reproduction et le développement, n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme. Dans une étude de distribution et d’excrétion, aucune excrétion de l’ARN de Qdenga n’a été observée dans les fèces et l’urine, confirmant un faible risque d’excrétion du vaccin dans l’environnement ou de transmission depuis les sujets vaccinés. Une étude de neurovirulence montre que Qdenga n’est pas neurotoxique.

Bien qu’aucun danger important n’ait été identifié, la pertinence des études de toxicité sur la reproduction est limitée car les lapins ne sont pas sensibles à l’infection par le virus de la dengue.

Composants non antigéniques