Premiers résultats des essais cliniques de phase 3 au Brésil : efficacité vaccinale de 50 % environ.

Description

Vaccin anti-covid 19 entier inactivé avec adjuvant. Auntre dénomination : "COVID-19 vaccine inact (Vero) CZ02".

Classe

Inerte
- Entier inactivé

Adjuvant

Hydroxyde d'aluminium

Indications

Essais cliniques en cours

Phase 3

Premiers résultats de l'essai clinique de phase 3 au Brésil.

Efficacité de 50,4 %. Voir ci-dessous les rubriques "Pharmacodynamie " et "Effets indésirables".

Un résumé des éléments clés du protocole d’un essai de phase 3, essai PROFISCOV,  enregistré sous le numéro  NCT0445659 a  été publié sous forme d’une lettre dans la revue Trials (DOI: 10.1186/s13063-020-04775-4) le 15 octobre 2020. Il s’agit d’un essai randomisé, multicentrique, en double aveugle, évaluant l'efficacité et la sécurité du vaccin COVID-19 produit par Sinovac, un vaccin inactivé qui contient 3 μg/0,5 ml de virus SARS-CoV-2 adjuvé par hydroxyde d'aluminium, contre un placebo constitué de sérum physiologique contenant de l'hydroxyde d'aluminium. Le vaccin et le placebo sont administrés par voie intramusculaire (deltoïde) à raison de deux doses de 0,5 mL à 2 semaines d’intervalle. Cet essai qui a débuté le 21 juillet 2020 devrait être terminé  en octobre 2020. Cet essai inclut des professionnels de santé volontaires âgés de plus de 18 ans exerçant dans des « unités covid » au Brésil. Cette population a été divisée en deux groupes, les personnes âgées de 18 à 59 ans et les personnes de plus de 60 ans. L’objectif est d’inclure dans chacun de ces groupes respectivement 11 800 et 1 260 participants. Les participants seront randomisés pour recevoir le vaccin ou le placebo dans un rapport 1:1. Les femmes enceintes, allaitant ou ayant un projet de grossesse dans les 3 mois qui suivent la vaccination seront exclues. Un antécédent de covid n’est pas considéré comme critère d’exclusion. Le principal critère d'efficacité est l'incidence des cas symptomatiques de COVID-19 virologiquement confirmés par PCR sur une année à compter du quinzième jour qui suit la fin du schéma vaccinal. Le seuil pour considérer que le vaccin est efficace sera d'atteindre un niveau de protection d'au moins 50%. La fréquence des effets indésirables locaux et systémique sera évaluée dans la semaine qui suit l’administration de chacune des doses.

Phase 1/2

Les résultats d’un essai de phase 1 et 2 monocentrique, contrôlé par placebo, randomisé, en double aveugle évaluant la sécurité, la tolérance et l’immunogénicité du vaccin CoronaVac (Sinovac Life Sciences, Beijing, China) chez des adultes âgés de 18 à 59 ans, enregistré sous le numéro NCT04352608, ont été publiés dans la revue Lancet Infectious Disease le 17 novembre 2020 (DOI:10.1016/S1473-3099(20)30843-4).

Le vaccin CoronaVac a été obtenu par culture sur cellule Vero de la souche CN02 du SARS-CoV-2. C’est un candidat vaccin inactivé par β-propiolactone, adjuvé (hydroxyde d'aluminium). Deux doses administrées par voie intramusculaire ont été testées (3 μg et 6 μg) selon deux schémas (J0/J14 ou J0/J28) et ce contre placebo (hydroxyde d'aluminium). Les volontaires étaient sans antécédent d’infection par le SARS-CoV-2 (aucun des participants n'avait d'anticorps neutralisants détectables contre le SARS-CoV-2).

L’essai de phase 1 a inclus 144 participants répartis en deux groupes égaux qui ont été vaccinés avec un schéma à 2 doses respectivement à J0/J14 (Groupe d’âge moyen de 43 ans, 52,8% d’hommes) et J0/J28 (Groupe d’âge moyen de 43,7 ans, 35,2% d’hommes). Chaque groupe a été divisé en deux bras égaux qui recevaient le vaccin à 3 µg ou celui à 6 µg, à raison de 2 sujets vaccinés pour 1 recevant le placebo. Un sujet du groupe placebo du bras 6 µg, schéma J0/J28, a quitté l’étude après la première injection.

L’essai de phase 2 a inclus 600 participants répartis en deux groupes égaux qui ont été testés avec un schéma à 2 doses respectivement à J0/J14 (Groupe d’âge moyen de 42,5 ans, 42,3% d’hommes) et J0/J28 (Groupe d’âge moyen de 41,7 ans, 52% d’hommes). Chaque groupe a été divisé en 3 bras de 120 (bras a), 120 (bras b) et 60 (bras c) participants recevant respectivement, le vaccin à 6µg (bras a), 3 µg (bras b) ou le placebo (bras c). Cinq volontaires ont arrêté l’essai après la première injection (2 avaient reçu le vaccin à 3 µg, 3 celui à 6 µg).

Les événements indésirables (EI) locaux et systémiques sollicités ont été enregistrés quotidiennement au cours des 7 jours après chaque dose. De J8 à J28 après chaque dose (de J8 à J14 pour la première dose de la cohorte vaccinée à J0/J14), les données ont été recueillies par signalement spontané des participants combiné à une visite qui a eu lieu 8 jours et 28 jours après chaque dose (8 jours et 14 jours après la première dose pour la cohorte vaccinée à J0/J14). Les EI graves ont été recueillis tout au long de l'essai et le seront jusqu'à 6 mois après la dernière dose. Dans l'essai de phase 1, des échantillons de sang et d'urine ont été prélevés à J3 après chaque injection pour étudier les modifications des constantes hématologiques et biochimiques. Une réponse immunitaire pathologique a été recherchée notamment par dosage de l'IL-2, de l’IL-6 et du TNF-α.

La réponse humorale a été évaluée dans les essais de phase 1 et 2. Dans l'essai de phase 1, des prélèvements ont été effectués à J0, J7, J14, J21, J28, et J42 pour le groupe vacciné à J0/J14 et à J0, J28, J35, J42 et J56 pour le groupe vacciné à J0/J28 afin de déterminer les taux d'anticorps (ac) neutralisants (neutralisation de l’effet cytopathogène du SARS-CoV-2 vivant et neutralisation de pseudovirus), les taux d’IgG spécifiques du domaine de liaison aux récepteurs (RBD) et la présence d’IgG et d’IgM spécifiques de la protéine S. Dans l'essai de phase 2, des prélèvements ont été effectués à J0, J28 et J56 pour le groupe vacciné à J0/J14, et à J56 pour le groupe vacciné à J0/J28, afin de déterminer les taux d’ac neutralisants et d'IgG spécifiques de RBD. Les taux d’ac neutralisant des vaccinés ont été comparés à ceux obtenus dans un groupe témoin de 117 patients convalescent du covid. La réponse cellulaire T a été évaluée par la détection des cellules productrices d’IFN-γ au 14éme jour après chaque injection.

Les auteurs concluent que le vaccin CoronaVac a été bien toléré et a induit des réponses humorales contre le SARS-CoV-2. La dose de 3 μg est la dose suggérée pour l'évaluation de l'efficacité dans les futurs essais de phase 3. Les résultats des études de phase 1 et 2 ont permis l'approbation de l'utilisation d'urgence du vaccin CoronaVac en Chine. Les principaux résultats sont présentés dans les champs « effets indésirables » et « pharmacodynamie » ci-dessous. (Remarque : Le changement de fabrication du vaccin a permis d'optimiser la culture cellulaire et d'augmenter la teneur en protéines de pointe intactes du lot de vaccin pour l'essai de phase 2.)

Les résultats d’un essai de phase 1 et 2 monocentrique, contrôlé par placebo, randomisé, en double aveugle évaluant la sécurité, la tolérance et l’immunogénicité du vaccin CoronaVac chez des adultes d’âge supérieur ou égal à 60 ans, enregistré sous le numéro NCT04383574, ont été publiés dans la revue Lancet Infectious Disease le 3 février 2021 (DOI: 10.1016/S1473-3099(20)30987-7).

Trois doses ont été testées (1,5 µg, 3 μg et 6 μg) selon un schéma à deux doses à J0/J28, et ce contre placebo (hydroxyde d'aluminium). Les volontaires qui étaient en bonne santé, ne devaient pas avoir de facteur de risque épidémiologique vis-à-vis du covid (absence de voyage en zone à risque et absence de contact avec des malades depuis 14 jours), d’antécédent de covid ou d’antécédent d’infection respiratoire aigüe.

L’essai de phase 1a inclus 72 participants répartis en 2 groupes égaux vaccinés respectivement avec le vaccin à 3µg  (groupe 1) ou 6µg (groupe 3), à raison de 1 sujet recevant le placebo pour 2 sujets vaccinés. L’âge moyen dans les groupes 1 et 2, et dans le groupe placebo était respectivement de 65,6 (46% d’hommes), 67,5 (54% d’hommes) et 64,2 (54% d’hommes). Dans chacun de ces groupes la tranche d’âge 60-64 représentait respectivement 50%, 38% et 75%, et celle ≥ 70 représentait respectivement 25%, 29% et 8%. L’essai de phase 2 a inclus 350 participants : 3 groupes de 100 sujets ont été vaccinés respectivement avec le vaccin à 1,5 µg, 3µg  ou 6µg, un quatrième groupe de 50 participants recevant le placebo  (groupes a, b, c et d). . L’âge moyen dans les groupes a, b, c et d était respectivement de 66,8 (49% d’hommes), 66,5 (49% d’hommes), 66,2 (44% d’hommes) et 67,4 (54% d’hommes). Dans chacun de ces groupes la tranche d’âge 60-64 représentait respectivement 38%, 39%, 39% et 32%, et celle ≥ 70 représentait respectivement 27%, 28%, 20% et 34%. Dans chaque groupe de cet essai, au final respectivement 3, 2, 2 et 3 participants ont quitté l’étude.

Les événements indésirables (EI) locaux et systémiques sollicités ont été enregistrés quotidiennement au cours des 7 jours après chaque dose. De  J8 à J28, les EI ont été recueillis par signalement spontané des participants et à l’occasion de visites sur le centre évaluateur. Ils ont été classés selon leur gravité. Les EI graves ont été recueillis tout au long de l'essai et le seront jusqu'à 12 mois après la dernière dose.

La réponse humorale a été évaluée dans les essais de phase 1 et 2. Des prélèvements ont été faits à J0, J28, et J56 dans l’essai de phase 1, et à J0 et J56 dans l’essai de phase 2, afin de déterminer les taux d'anticorps neutralisants (AcN) (neutralisation de l’effet cytopathogène du SARS-CoV-2 vivant par un test de microneutralisation, le titre  de la dilution inhibant la neutralisation à 50% ayant été pris comme valeur de comparaison, une multiplication par 4 du titre définissant la séroconversion.

Les auteurs concluent que le vaccin CoronaVac est bien toléré et induit une réponse humorale chez les adultes de plus de 60 ans, ce qui permet d’envisager l’utilisation de ce vaccin dans la population adulte âgée. La dose de 3 μg est la dose suggérée pour l'évaluation de l'efficacité dans les futurs essais de phase 3. Les principaux résultats sont présentés dans les champs « effets indésirables » et « pharmacodynamie » ci-dessous.

Posologie

Deux doses : J0 et J14.

Mode d'administration

Ce vaccin est administré par voie intramusculaire.

Effets indésirables

Phase 3

Essai de phase 3 au Brésil.

Des chercheurs brésiliens ont rapporté que ce vaccin était efficace à 50,4 % pour prévenir les formes graves et modérées de covid 19, lors d'essais en phase avancée. C'est nettement inférieur aux 95 % d'efficacité des vaccins à ARN Comirnaty et COVID-19 Vaccine Moderna.

Cette efficacité est bien inférieure à celle des premiers essais du même vaccin en Turquie et en Indonésie.

Si ces derniers résultats sont confirmés (ils n'ont pas encore été examinés par des pairs), ce vaccin à deux doses pourrait néanmoins être bénéfique dans les pays où les épidémies font rage, comme au Brésil.

Plus précisément, ce sont 252 cas de covid19 qui ont été identifiés chez les participants (9 200 professionnels de santé) à cet essai clinique brésilien : 167 chez les personnes ayant reçu le placebo et 85 chez celles qui ont été vaccinées. Aucun des participants ayant reçu le vaccin n'a dû être hospitalisé pour une covid 19 grave. 

La Turquie s'est appuyée sur ses propres données d'efficacité (fin décembre, l'essai turc a rapporté que CoronaVac était efficace à 91,25 % pour prévenir les maladies symptomatiques sur la base de 29 cas de COVID-19 parmi 1 322 volontaires).

L'Indonésie a également autorisé l'utilisation de CoronaVac en cas d'urgence et a lancé son programme national de vaccination le 13 janvier. Les résultats d'un essai d'efficacité réalisé sur environ 1 600 personnes dans ce pays ont montré que le vaccin était efficace à 65,3 % pour prévenir les maladies symptomatiques sur la base de 25 cas de covid19, déclare Jarir At Thobari, vaccinologue à l'université Gadjah Mada de Yogyakarta, en Indonésie. Selon ce scientifique, compte tenu de l'importance de la population indonésienne, beaucoup de gens pourraient bénéficier du vaccin même avec une efficacité de 65 %. A noter que l'intervalle de confiance de l'efficacité annoncée est probablement élevé, étant donné le faible nombre de cas rapportés (NDLR).

Les chercheurs participant à l'essai brésilien affirment que l'efficacité moindre par rapport aux autres vaccins pourrait être due au fait que les deux injections ont été administrées à deux semaines d'intervalle seulement, ce qui n'a pas laissé suffisamment de temps aux participants pour atteindre le pic d'immunité. Ils affirment également que l'essai, qui n'a recruté que des professionnels de la santé, plus susceptibles d'être exposés au virus, de déclarer des symptômes et de se faire tester, a probablement identifié des infections plus bénignes que les essais en Indonésie et en Turquie, qui ont inclus le public. Le 17 janvier, l'organisme brésilien de réglementation de la santé, Anvisa, décidera d'approuver ou non le vaccin CoronaVac et AstraZeneca pour une utilisation d'urgence. Quelque sept millions de doses de CoronaVac ont déjà été distribuées dans toute la Chine.

Essai clinique de phase 3 au Brésil.

Sur la base des données communiquées jusqu'à présent, le vaccin semble sûr, seules quelques personnes présentant des symptômes légers tels que des maux de tête.

Phase 1/2

Résultats de l'étude de tolérance des essais de phase 1 et 2 du vaccin CoronaVac chez les adultes âgés de 18 à 59 ans enregistrés sous le numéro NCT04352608 (DOI:10.1016/S1473-3099(20)30843-4).

Dans l'essai de phase 1, le taux global d’EI était de : 29 % dans le groupe 3 μg, 38 % dans le groupe 6 μg et 8 % dans le groupe placebo dans les cohortes vaccinées à J0/J14 (différences non significative) ; et de 13 % dans le groupe 3 μg, 17 % dans le groupe 6 μg et 13 % dans le groupe placebo dans les cohortes vaccinées à J0/J28 (différences non significatives). Le symptôme le plus fréquent était la douleur au point d'injection avec des taux de : 17 % dans le groupe 3 μg, 21 % dans le groupe 6 μg et 4 % dans le groupe placebo dans la cohorte vaccinée à J0/J14 ;et de 13 % dans les groupes 3 μg, 6 μg et placebo dans la cohorte vaccinée à J0/J28. Un effet biologique a été noté chez 7% des participants à la phase 1, mais aucun n'a été considéré comme étant lié à la vaccination. Aucune augmentation significative des marqueurs de l’inflammation n’a été mise en évidence.

Dans l'essai de phase 2, le taux global d’EI était de : 33% dans le groupe 3 μg, 35% dans le groupe 6 μg, et 22% dans le groupe placebo dans les cohortes vaccinées à J0/J14 (différences non significative) ; et de19% dans le groupe 3 μg, 19% dans le groupe 6 μg, et 18% dans le groupe placebo dans les cohortes vaccinées à J0/J28 (différences non significative). Le symptôme le plus fréquent était la douleur au point d'injection, avec des taux de : 21 % dans le groupe 3 μg, 26 % dans le groupe 6 μg et de 10 % dans le groupe placebo dans les cohortes vaccinées à J0/J14 (différences significative p = 0,04) ; et de 10% dans le groupe 3 μg, 11% dans le groupe 6 μg, et 10% dans le groupe placebo dans les cohortes vaccinées à J0/J28 (différences non significative).

Dans les deux essais, la plupart des EI étaient de grade 1 et les participants se sont rétablis dans les 48 heures. Un seul EI grave (hypersensibilité aiguë avec urticaire 48 heures après la première dose) a été signalé dans l’essai de phase 1 dans le groupe 6 μg de la cohorte vaccinée à J0/J14 après l’injection de la première dose. Aucun EI grave lié au vaccin n'a été constaté dans les 28 jours suivant la deuxième dose.

Résultats de l'étude de tolérance des essais de phase 1 et 2 du vaccin CoronaVac chez les adultes d’âge supérieur égal à 60 ans enregistrés sous le numéro NCT04383574 (DOI: 10.1016/S1473-3099(20)30987-7).

Les données des essais de phase 1 et 2 ont été fusionnées. Quatre-vingt-sept (21%) des 421 participants ont signalé au moins un EI dans les 28 jours, et la proportion de patients présentant un EI quelconque ne différait pas d'un groupe à l'autre. Tous les EI étaient de grade 1 ou 2. La plupart des EI étaient déclarés dans les 7 jours après l’injection et régressaient en 48 h.

Dans les groupes vaccinés avec les vaccins à 1,5 µg, 3 µg, 6 µg et le groupe placebo le pourcentage d’EI local était respectivement de 13%, 12%, 11% et 4%. L’EI local le plus fréquent était la douleur au point d’injection rapportée respectivement par 11%, 11%, 9% et 4% des participants de chaque groupe. Dans les groupes vaccinés avec les vaccins à 1,5 µg, 3 µg, 6 µg et le groupe placebo le pourcentage d’EI systémique était respectivement de 10%, 10%, 15% et 16%. A l’exception de céphalées et d’une éruption cutanéo-muqueuse signalée exclusivement dans le groupe vacciné avec le vaccin à 6µg (4% et 4% respectivement), la fréquence des EI systémiques notifiés ne diffère pas entre les groupes. La fièvre (respectivement 4%, 3%, 4% et 1%) et la fatigue (respectivement 4%, 3%, 3% et 1%) sont les EI systémiques les plus fréquemment rapportés.

Huit EI graves ont été signalés par 7 participants. Aucun n’a été considéré comme lié à la vaccination.

Pharmacodynamie

Résultats de l'étude d'immunogénicité des essais de phase 1 et 2 du vaccin CoronaVac chez les adultes d’âge supérieur égal à 60 ans enregistrés sous le numéro NCT04383574 (DOI: 10.1016/S1473-3099(20)30987-7).

Dans l’essai de phase 1, aucun participant ne possédait d’AcN à J0, et à J28 les moyennes géométriques des titres (MGT) d’AcN et les taux de séroconversion ne différaient pas entre les bras 3 µg et 6 µg. Les taux de séroconversion 28 jours après la première dose étaient de 54,2% dans le bras 3 µg et de 62,5% dans le bras 6 µg ; ils étaient respectivement de 100% et 95,7% 28 jours après la seconde dose. Les MGT 28 jours après la première dose étaient de 6,9 (IC 95% 4,6-10,2) dans le bras 3 µg et de 9,1 (IC 95% 6,4-13) dans le bras 6 µg ; ils étaient respectivement de 54,9 (IC 95% 38,6-78,2) et de 64,4 (IC 95% 41,5-99,7) 28 jours après la seconde dose. Dans l’essai de phase 2, un participant du groupe 6µg possédait des AcN à J0. Les taux de séroconversion 28 jours après la seconde dose étaient de 98% dans le bras 3 µg et de 99% dans le bras 6 µg (différence non significative), mais seulement de 88% dans le bras 1,5 µg (p <0,05). Les MGT étaient de 42,2 (IC 95% 35,2-50,6)  dans le bras 3 µg et de 49,9 (IC 95% 42,2-58,9)  (différence non significative), mais seulement de 23,4 (IC 95% 4,6-10,2) dans le bras 1,5 µg (p <0,0001).

Les taux de séroconversion 28 jours après la seconde dose ne varient pas significativement en fonction des tranches d’âge 60-64 ans, 65-69 ans et ≥ 70 ans.  Avec le vaccin à 1,5 µg  le taux de séroconversion varie de 82,9 à 96,2% selon la tranche d’âge. Avec le vaccin à 3 µg, dans les essais de phase 1 et 2, le taux de séroconversion varie de 94,6 à 100% selon la tranche d’âge. Avec le vaccin à 6 µg, dans les essais de phase 1 et 2, le taux de séroconversion varie de 88,9 à 100% selon la tranche d’âge. Quand on compare les taux de séroconversion en fonction des concentrations d’antigène vaccinal, dans la tranche d’âge 65-69 ans, le taux de séroconversion obtenu avec le vaccin 1,5 µg (82,9%) est inférieur à celui obtenu avec les vaccins plus concentrés (100%, p<0,05). Dans les autres cas aucune différence n’est relevée. Les MGT des AcN ne varient pas significativement entre les tranches d’âge pour les vaccins à 1,5 µg (MGT de 21,1 à 26,5), 3 µg (33,3 à 69,5) et 6 µg (40,2 à 89,1). Quand on compare les MGT en fonction des concentrations d’antigène vaccinal, les MGT obtenues avec le vaccin à 1,5 µg sont significativement inférieures aux MGT obtenues avec les vaccins plus concentrés dans les tranches d’âge 65-69 ans et ≥ 70 ans.  Dans la tranche d’âge 60-64 ans, le vaccin à 6 µg donne des MGT significativement supérieures à celle obtenues avec les vaccins 3 µg ou 1 µg et les MGT obtenues avec les vaccins 3 µg et 1 µg ne diffèrent pas.

Résultats de l'étude d'immunogénicité des essais de phase 1 et 2 du vaccin CoronaVac chez les adultes âgés de 18 à 59 ans enregistrés sous le numéro NCT04352608 (DOI:10.1016/S1473-3099(20)30843-4).

Résultats de l'essai de phase 1 :

Les taux de séroconversion des anticorps neutralisants étaient :

  • dans les cohortes vaccinées à J0/J14, de 46% dans le groupe 3 μg (MGT 5,6) et de 50% dans le groupe 6 μg (MGT 7,7) 14 jours après la deuxième dose ; et de 25 % dans le groupe 3 μg (MGT 5,4) et de 83 % dans le groupe 6 μg (MGT 15,2) 28 jours après la deuxième dose ;
  • dans les cohortes vaccinées à J0/J28, de 79% dans le groupe 3 μg (MGT 16,0) et de 83% dans le groupe 6 μg (MGT 25,9) 14 jours après la deuxième dose ; et de 83% dans le groupe 3 μg (MGT 19,0) et de 79% dans le groupe 6 μg (MGT 29,6) 28 jours après la deuxième dose.

Les taux de séroconversion des IgG spécifiques à la RBD étaient :

  • dans les cohortes vaccinées à J0/J14 de 83 % dans le groupe 3 μg (MGT 465,8), 100 % dans le groupe 6 μg (MGT 987) et 8 % dans le groupe placebo (MGT 84,8) 14 jours après la deuxième dose ; et de 88% dans le groupe 3 μg (MGT 465,8), 100%  dans le groupe 6 μg (MGT 1395,9) et 8%) dans le groupe placebo (MGT 89,8) 28 jours après la deuxième dose ;
  • dans les cohortes vaccinées à J0/J28, de 100% dans le groupe 3 μg (MGT 1365,1), 100% dans le groupe 6 μg (MGT 2152,7) et 0% dans le groupe placebo (MGT 80-0) 14 jours après la deuxième dose ; et de 100% dans le groupe 3 μg (MGT 1045-7), 100% dans le groupe 6 μg (MGT 1917,9) et 0% aucun dans le groupe placebo (MGT 80-0) 28 jours après la deuxième dose.

Les titres d'anticorps (IgG anti-RBD, IgG et IgM anti-protéine S, ac neutralisants des pseudovirus) n'ont augmenté de manière significative qu'après la deuxième dose de vaccin.

Quatorze jours après la deuxième dose de vaccin, les taux de cellules productrices d’IFN-γ pour 100 000 cellules étaient de 7,4% dans le groupe 3 μg, 3,9% dans le groupe 6 μg et 1,5 % dans les cohortes vaccinées à J0/J24 ; et de 3,4% dans le groupe 3 μg, 1,2% dans le groupe 6 μg, et 1,2% dans les cohortes vaccinées à J0/J28.

Résultats de l'essai de phase 2 :

Les taux de séroconversion des anticorps neutralisants vis-à-vis du SARS-CoV-3 vivant étaient :

  • dans les cohortes vaccinées à J0/J14, de 92% dans le groupe 3 μg (MGT 27,6),  98 % dans le groupe 6 μg (MGT 34,5) et 3% dans le groupe placebo (MGT 2,3) 14 jours après la deuxième dose ; et de 94% dans le groupe 3 μg (MGT 23,8), 99% dans le groupe 6 μg (MGT 30,1) et 0% dans le groupe placebo (MGT 2) 28 jours après la deuxième dose
  • dans les cohortes vaccinées à J0/J28 de 97% dans le groupe 3 μg (MGT 44,1), 100% dans le groupe 6 μg (MGT 65,4) et 0% dans le  groupe placebo (MGT 2) 28 jours après la deuxième dose dans les jours 0 et 28 cohorte de vaccination.

Les titres d'anticorps neutralisants après la deuxième la dose de vaccin étaient plus faibles chez tous les vaccinés que celui qui a été détecté chez les 117 patients  convalescents du covid constituant le groupe témoin (MGT 163,7).

Les taux de séroconversion des IgG spécifiques à la RBD étaient :

  • dans les cohortes vaccinées à J0/J14, de 97% dans le groupe 3 μg (MGT 1094,3), 100% dans le groupe 6 μg (MGT 1365,4) et 0% dans le groupe placebo (MGT 81) 14 jours après la deuxième dose ; et de 97% dans le groupe 3 μg (MGT 1053,7), 100% dans le groupe 6 μg (MGT 1318,2)  et 0% dans le groupe placebo (MGT 80) 28 jours après la deuxième dose ;
  • dans les cohortes vaccinées à J0/J28, de 99% dans le groupe 3 μg (MGT 1783,6), 100% dans le groupe 6 μg (MGT 2287,5) et 7% dans le groupe placebo  (MGT 87,9) 28 jours après la deuxième dose.                                                                        

Sur la base des données regroupées des essais de phase 1 et 2, le coefficient de corrélation entre :

  • les taux d’ac neutralisant le SARSCoV-2 vivant et les IgG spécifiques de RBD était de 0,85 en utilisant le titre d'anticorps à 28 jours après la deuxième dose de vaccin, et de 0,80 en utilisant le titre 14 jours après la deuxième dose.
  • les taux d’ac neutralisant le SARSCoV-2 vivant et les taux d’ac neutralisant le pseudovirus était de 0,82 en utilisant les titres d'anticorps 14 jours après la deuxième dose.
  • les taux d’anticorps neutralisant le pseudovirus et les taux d’IgG spécifiques de la RBD était de 0,73 en utilisant les titre d'anticorps à 14 jours après la deuxième.