Fièvre Q aux Pays-Bas Médecine des voyages

Publié le 28 jan. 2011 à 14h25

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le Netherlands National Institute for Public Health and the Environment continue de faire état d'une épidémie de fièvre Q aux Pays-Bas.  Du premier janvier au 6 octobre 2010, 482 cas humains dont 7 décès ont été rapportés. La plupart des cas ont été signalés dans les provinces du Nord Brabant, Gelderland, Limburg et Utrecht.

Parallèlement, le Ministère de l'Agriculture a noté une augmentation inattendue de la morbidité et de la mortalité dans plusieurs élevages de chèvres et de brebis laitières.

La fièvre Q est une maladie causée par la bactérie Coxiella burnetii, bactérie répandue dans le monde entier. Les réservoirs de l’agent pathogène sont nombreux chez les mammifères sauvages et domestiques : on le retrouve chez les bovins, les moutons, les chèvres et autres mammifères domestiques ainsi que les chats et les chiens. La transmission de l'infection se fait par voie aérienne, par l’inhalation de particules contaminées en suspension dans l’air ou le contact cutané ou muqueux avec les selles, l'urine, les secrétions vaginales, le sperme , le lait ou le placenta des animaux infectés. La période d'incubation est de 9 à 40 jours.

Il est recommandé aux voyageurs d'éviter de visiter les fermes, granges et enclos où vivent des animaux infectés, d'éviter le contact avec des animaux et de ne consommer du lait et des produits laitiers que s'ils ont été pasteurisés. 

Source : Centers for Disease Control and Prevention (Etats-Unis) et Organisation mondiale de la santé animale (OIE).