Epidémie de méningite à méningocoque A au Tchad

Publié le 11 mar. 2011 à 18h16

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le Ministère de la santé du Tchad signale la survenue d'une épidémie de méningite à méningocoque A (Neisseria meningitidis sérogroupe A) dans le sud du Tchad : 923 cas suspects de méningococcie, dont 57 mortels (soit une létalité de 6,2 %) ont été déclarés, du 1er janvier au 6 mars 2011, dans 5 districts de la région du Logone Occidental (Benoye, Kello, Laokassy, Melfi et Moundou) tandis que deux districts sont en état d'alerte (Boussou et Sarh dans la région du Moyen Chari). Le diagnostic de Neisseria meningitidis A a été confirmé au laboratoire par test d'agglutination au latex.

Une campagne de vaccination de masse a été mise en oeuvre avec le soutien de l'International Coordination Group (ICG), de l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) et de Médecins sans Frontières.

La vaccination préventive antiméningococcique est recommandée pour les voyageurs devant se rendre dans les régions atteintes par une épidémie. Le système expert de MedecineDesVoyages.net prend en compte les caractéristiques individuelles ou liées au pays qui déterminent des recommandations vaccinales contre les infections invasives à méningocoque.

Source : Promed (11.03.2011) et Organisation mondiale de la santé (GAR 8 mars 2011).