Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Premier cas d’infection à virus Usutu signalé en France Médecine des voyages

Publié le 23 juin 2018 à 11h14

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Le premier cas d'infection par le virus Usutu en France a été rapporté par l'équipe Inserm de l'Université de Montpellier. Le patient est un homme de 30 ans qui a présenté une paralysie faciale. L'apparition de ce cas en France n'est pas surprenant, compte tenu de la distribution assez large du virus en Europe et de la présence du vecteur, un moustique du genre Culex très répandu en Europe. Le patient a récupéré. En période estivale, ce virus peut constituer une menace comme les virus Zika, Chikungunya ou de la dengue. 

Rappel sur le virus Usutu

Le virus Usutu (USUV) est un virus émergent d'origine africaine, du genre Flavivirus et de la famille des Flaviviridae. Il s'inscrit dans le complexe de l'encéphalite japonaise. Il a été identifié pour la première fois en Afrique du Sud dans le Swaziland en 1959, sur le bord de la rivière Usutu, et rapporté chez des oiseaux en Toscane en Italie en 1996, puis en Hongrie, en Suisse, en Espagne et en Allemagne. Dix cas humains ont été signalés en Italie et 3 en Croatie.

Le virus affecte les oiseaux, principalement les moineaux, merles, mésanges, rouges-gorges, mais aussi quelques oiseaux de proie tels que la chouette Tawney ou des oiseaux migrateurs. Il et est transmis par la piqûre du moustique Culex. Sa diffusion chez les animaux fait l'objet d'une surveillance en Europe.

Chez l'homme, il peut provoquer des troubles neurologiques à type de tremblement, voire des encéphalites ou méningoencéphalites, principalement chez les personnes immunodéprimées.

Source : Ouest France.


Référence principale :