Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Augmentation de l’incidence des infections à Echovirus 30 en Europe Médecine des voyages

Publié le 5 août 2018 à 13h41

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Depuis le début de l'année 2018, les instituts nationaux de santé publique plusieurs pays européens ont observé une recrudescence du nombre de détections positives des entérovirus, en particulier des cas d'Echovirus 30 (E30). 

L'European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) a comparé les rapports d'Echovirus 30 disponibles de neuf États membres aux données de détection E30 spécifiques aux pays de 2015 à 2017. Des données préliminaires, 259 détections d'Echovirus 30 en provenance du Danemark (38 souches), de Lettonie (1 souche), des Pays-Bas (85 souches), de Norvège (37 souches), de Suède (21 souches) et du Royaume-Uni (Angleterre et Écosse 77 souches) ont été signalées début 2018. 

Une augmentation a été observée dans les rapports du Royaume-Uni en février et au Danemark, aux Pays-Bas, en Norvège et en Suède en juin 2018, les Pays-Bas signalant un nombre plus élevé d'infections à Echovirus 30 que les années précédentes. Le Danemark a signalé que 23 des 38 détections d'Echovirus 30 (61 %) provenaient d'échantillons de liquide céphalo-rachidien, qui peuvent être utilisés comme substitut d'une infection grave. 

Au total, 149 patients sur 167 (89 %) ont présenté des symptômes neurologique provenant des Pays-Bas, de Norvège et du Royaume-Uni. 

Parmi ceux-ci, 27 ont été rapportés avec une méningite, 26 une encéphalite / méningite et un patient avec une septicémie, de la fièvre, une tachycardie et une respiration gémissante. 

Pour d'autres, les symptômes spécifiques étaient inconnus. Jusqu'à présent, l'épidémie a touché principalement les nourrissons âgés de 0 à 3 mois (22%) et les 26 à 45 ans (38 %). Avec les données préliminaires disponibles, le ratio hommes / femmes était de 1,27.

À l'heure actuelle, la voie de transmission exacte des infections est inconnue. Cependant, les entérovirus autres que la poliomyélite se transmettent généralement par voie féco-orale ou oro-orale.

La transmission de l'Echovirus 30 ne peut être exclue et, par conséquent, tous les États membres de l'Union européenne doivent rester vigilants face à une épidémie d'Echovirus 30.

Rappel sur les enterovirus :

Les Enterovirus sont des virus qui appartiennent à la famille des Picornaviridae. Douze espèces sont dénombrées parmi le genre Enterovirus, et identifiées par des lettres : 9 espèces entérovirus (A à H et J) et 3 espèces rhinovirus (A à C). Les différents sérotypes d'entérovirus sont responsables d'un large spectre de symptômes, bénins ou sévères: paralysies flasques aiguës, méningites aseptiques, syndrome pieds-mains-bouche, angine, maladies respiratoires, cardiopathies aiguës ou chroniques, diarrhées, pancréatites, atteintes oculaires, encéphalites...

Le sujet infecté émet des virus dans ses selles et la transmission est interhumaine par voie aérienne, par contact (mains sales) ou par de l'eau souillée, par des fruits ou légumes lavés à l'eau souillée, par des coquillages...

Source : European Centre for Disease Prevention and Control.


Référence principale :