Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Augmentation importante de l'incidence du virus West Nile chez l'homme en Grèce Médecine des voyages

Publié le 6 août 2018 à 07h51

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En Grèce, les autorités sanitaires ont notifié 21 cas confirmés d'infections à virus West Nile, chez l'homme, au cours de la semaine du 30 juillet au 5 août 2018, portant le total Le nombre d'infections diagnostiqués depuis le début de l'année est de 43 :

  • 35 patients présentent une maladie neuro-invasive (neuropathie neuronale, encéphalite et/ou méningite et/ou paralysie flasque aiguë) ;
  • 8 patients présentent un syndrome fébrile isolé ; 
  • aucun décès lié n'a été constaté.

En Europe, depuis le début de la saison de transmission 2018, au 2 août 2018, 111 cas humains ont été signalés dans les États membres de l'Union européenne :

  • l'Italie a notifié 51 cas, dont 2 décès ;
  • la Grèce a notifié 43 cas ;
  • la Hongrie a notifié 10 cas ;
  • la Roumanie a notifié 7 cas ;
  • 70 cas humains, dont 4 décès, ont été signalés dans les pays voisins de l'Union européenne, tous par la Serbie.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle  des maladies, la saison de transmission de l'Europe en 2018, qui a débuté plus tôt que d'habitude, et un nombre plus élevé de cas ont été rapportés par rapport à la même période des années précédentes. 

Tous les cas humains signalés pendant la saison de transmission en cours ont été signalés dans des pays précédemment touchés.

Rappels sur le virus West Nile 

Le virus West Nile est considéré aujourd'hui comme le Flavivirus le plus répandu après celui de la dengue.

Le virus West Nile circule chez les oiseaux résidents et migrateurs, et malgré sa haute virulence chez les oiseaux (corbeaux en particulier) et les chevaux, les cas humains sont peu nombreux. Il appartient à la famille des Flaviviridae du genre Flavivirus. Ce sont les oiseaux migrateurs qui sont réservoirs de virus. Sa transmission se fait via la piqûre de moustiques du genre Culex. Après avoir piqué des oiseaux infectés, les femelles moustiques deviennent compétentes pour la transmission du virus aux humains lors d'un repas sanguin.

 Des complications neurologiques (méningite, encéphalite) surviennent dans moins de 1 % des cas. Plus rarement encore, d'autres complications (hépatite, pancréatite ou myocardite) peuvent apparaître. Généralement, le malade récupère spontanément, parfois avec séquelles. Mais l'infection virale peut s'avérer mortelle principalement chez les adultes séniors.

Pour se protéger il est conseillé de porter des vêtements de couleur claire avec des manches longues, pantalons et chaussettes dans les zones où les moustiques sont présents, surtout au crépuscule et à l'aube quand ils sont les plus actifs et de se protéger des piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge contenant du DEET.

Source : Outbreak News Today.


Référence principale :