Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Premier cas de dracunculose en Angola Médecine des voyages

Publié le 13 août 2018 à 07h09

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Angola, l'Organisation mondiale de la santé a reçu la confirmation d'un cas humain de dracunculose (maladie du ver de Guinée) découvert le 29 juin 2018, pays jusque là reconnu indemne de la maladie.

La patiente de 8 ans, résidant dans la province de Cunene, a présenté les premiers symptômes en avril.

Le cas a été détecté lors d'une enquête nationale sur la dracunculose à l'occasion de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole.

L'échantillon a été envoyé au Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé pour l'éradication de la dracunculose, les Centers for Disease Control Prévention des Etats-Unis. Un test de biologie moléculaire à confirmé le diagnostic de Dracunculus medinensis (ou Filaire de Medine) le parasite responsable de la maladie.

C'est le premier cas confirmé d'infection humaine en Angola.

Avec la découverte de ce nouveau cas, des mesures sont mises en œuvre pour renforcer la surveillance des cas suspects.

Rappels sur la dracunculose :

Considérée comme une maladie tropicale négligée, la dracunculose  (communément connue sous le nom de maladie du ver de Guinée) est une maladie parasitaire invalidante provoquée par un nématode Dracunculus medinensis, un long ver filiforme. Il est exclusivement transmis par l'ingestion d'eau non filtrée contaminée par des cyclops, crustacés aquatiques de petite taille qui servent d'hôtes intermédiaires au parasite.

La dracunculose n'est plus endémique que dans 4 pays d'Afrique sub-saharienne (Ethiopie, Mali, Soudan du Sud et Tchad).

La dracunculose est rarement mortelle, mais les sujets atteints par la maladie peuvent être handicapés pendant des mois. Elle touche les populations des communautés rurales déshéritées et isolées qui, pour l'eau de boisson, sont essentiellement tributaires de points d'eau en surface non aménagés tels que des mares.

Il est exclusivement transmis par l'ingestion d'eau contaminée par des puces d'eau parasitées. Les gens ingèrent ces cyclops parasités en buvant de l'eau contaminée. Les crustacés sont tués dans l'estomac, mais les larves infectantes y sont libérées. Elles traversent ensuite la paroi intestinale et migrent à travers l'organisme. Le ver femelle(s) fécondé (qui mesure entre 60 et 100 cm de long à la maturité) effectue une migration sous les tissus cutanés jusqu'à ce qu'il atteigne son point de sortie, généralement situé sur les membres inférieurs, formant une phlyctène ou une tuméfaction à partir de laquelle il émerge. La période d'incubation du ver peut durer de 10 à 14 mois.

Il est conseillé aux voyageurs de ne boire que de l'eau minérale en bouteille, ou à défaut filtrée et traitée par chloration ou ébullition.

Source : Promed.


Référence principale :