Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Reprise de l'épidémie de peste à Madagascar Médecine des voyages

Publié le 7 oct. 2018 à 09h57

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

A Madagascar, le 19 août 2018, un cas suspect de peste bubonique a été notifié dans le district d'Ankazobe, zone d'endémie de peste dans le centre du pays.

Il s'agit d'un homme de 41 ans vivant dans la communauté rurale de Fiadanana. Le diagnostic biologique a été confirmé par réaction en chaîne de la polymérase (PCR) et par culture à l'Institut Pasteur de Madagascar. Le patient est en cours de traitement.

Par la suite, d'autres cas présumés peste bubonique et peste pneumonique ont été signalés, dans cinq régions d'endémie des hauts plateaux du centre.

Au 27 septembre 2018, un total de 25 cas cumulés dont cinq décès (létalité : 20 %) ont été notifiés dans neuf districts et cinq régions d'endémie : régions d'Analamanga, d'Amoron'i Mania, Itasy, Vakinankaratra et de Haute Matsiatra

Six des 25 cas suspects ont été biologiquement confirmés par  PCR et / ou culture à l'Institut Pasteur de Madagascar (trois cas de peste pneumonique et trois cas peste bubonique) et 19 sont actuellement classés comme cas suspects. Quatre des cinq décès ont été notifiés parmi les cas confirmés, trois par peste pneumonique confirmée cas et un dans les cas de peste bubonique confirmés. 

Les six cas confirmés ont été notifiés dans quatre régions: Analamanga (2 cas), Haute Matsiatra (1 cas), Itasy (2 cas) et Amoron'i Mania (1 cas).

Parmi les 19 cas suspectés restants, 10 (53 %) ont présenté des signes cliniques signes compatibles avec la peste pneumonique, alors que 9 (47 %) présentaient une présentation de peste bubonique.

Le 5 septembre, le premier cas de peste pneumonique confirmé était une femme de 36 ans du district d'Ambalavao, région de la Haute Matsiatra dans les hauts plateaux du centre. Elle a développé des symptômes respiratoires et est décédée.

Le 7 septembre les deux derniers cas confirmés de peste pneumonique étaient un couple du district de Miarinarivo, région d'tasy. Le mari, âgé de 38 ans, a développé une maladie respiratoire grave le 15 septembre, jusqu'à son décès, il participa à un rassemblement religieux le 14 septembre dans la ville d'Analavory, district de Miarinarivo. Il est décédé le 18 septembre.

Le 18 septembre, son épouse, âgée de 24 ans, est décédée une heure après son décès, après l'apparition des symptômes, le 16 septembre. 

Tous les cas de peste pneumonique confirmés ont été confirmés post mortem et sont actuellement classés comme cas primaires de peste pneumonique. Les sujets contacts sont en cours de suivi.

La peste est endémique sur les plateaux malgaches. Les cas sont généralement enregistrés de septembre à avril. Bien que les cas de peste bubonique soient principalement signalés au cours de la saison endémique, des cas de peste pneumonique sont également attendus et sont associés à une transmission interhumaine et à un taux de mortalité élevé compris entre 30 et 100 % s'ils ne sont pas traités. 

Ces cas de pneumonie confirmés ont été notifiés jusqu'à présent dans des zones d'endémie peu peuplées. Cependant, les décès parmi ces cas ont eu lieu dans la communauté. Il n'y a actuellement aucune information concernant la source d'infection des trois cas de peste pneumonique confirmés.
La propagation de la maladie dans les villes très peuplées pourrait être prévenu en renforçant les activités de préparation dans les districts voisins des zones touchées et aux points d'entrée, en renforçant la prévention des infections y compris l'inhumation sans risque et la lutte antivectorielle, le renforcement de l'engagement communautaire, le renforcement de la surveillance épidémiologique et la mise en place précoce de liens avec les soins dans les zones touchées.
Les autorités nationales et internationales doivent agir rapidement pour mettre ces mesures en place.

Rappels sur la peste

La peste causée par la bactérie Yersinia pestis est enzootique chez les rongeurs. Les humains peuvent être infectés par :

  • piqûre d'une puce infectée portée par un rongeur, ou plus rarement par d'autres animaux ;
  • par contact direct avec des tissus contaminés ;
  • dans de rares cas par l'inhalation d'aérosols provenant de personnes ou d'animaux infectés.

Les symptômes de la peste chez l'homme comprennent l'apparition brutale d'une fièvre, de frissons, de maux de tête et d'une altération de l'état général. Dans la plupart des cas, il y a une augmentation douloureuse du volume des ganglions lymphatiques de l'aine, des aisselles ou du cou. Si les bactéries atteignent les poumons, le patient développe une pneumonie (peste pneumonique), qui est alors transmissible de personne à personne par les sécrétions respiratoires émises lors de la toux.

Si le diagnostic est précoce, la peste bubonique peut être traitée avec succès par des antibiotiques. La peste pulmonaire est l'une des maladies infectieuses les plus graves et responsables d'une létalité (proportion de décès parmi les cas) élevée. Les patients peuvent mourir 24 heures après l'infection. Le pronostic dépend de la rapidité de la mise en œuvre du traitement antibiotique.

Il est conseillé aux voyageurs de prendre des mesures préventives :

  • utiliser un insectifuge sur la peau et les vêtements ;
  • ne pas les laisser les chiens ou les chats errer librement et leur mettre un insectifuge sur la peau ;
  • ne pas camper près des nids de rongeurs ou des terriers ;
  • éviter le contact avec les animaux malades ou morts ;
  • si vous êtes un chasseur porter des gants lors de la manipulation de la proie.

Source : Organisation mondiale de la santé.


Référence principale :