Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Foyer épidémique d'amibiase au nord-est du Venezuela Médecine des voyages

Publié le 3 fév. 2019 à 09h09

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Venezuela, le Anzoatiguense Health Institute (Saludanz) a notifié que près de 380 personnes, principalement des enfants, ont consulté des centres de santé de la région métropolitaine de l'État d'Anzoátegui, pour fièvre, vomissements et diarrhée. Plusieurs cas d'amibiase ont été confirmés. Les patients résidaient dans les municipalités de Sotillo, Bolivar et Urbaneja

Selon les Centers for Diseases Control and Prevention (CDC), seuls 10 à 20 % des personnes infectées par l'amibe Entamoeba histolytica présentent des symptômes qui peuvent inclure des douleurs à l'estomac, des selles sanglantes et de la fièvre. 

Rappel sur l'amibiase :

L'amibiase est une infection parasitaire intestinale causée par un protozoaire Entamoeba histolytica. C'est une maladie cosmopolite, sa prévalence est élevée en milieu tropical, liée aux mauvaises conditions d'hygiène fécale. 

Le parasite existe sous trois formes : une forme kystique (le kyste), éliminée dans les selles, qui est la forme de résistance et de dissémination, et deux formes végétatives ou trophozoïtes : trophozoïte non hématophage non pathogène (Entamoeba histolytica minutaqui traduit l'amibiase-infection et trophozoïte hématophage pathogène (E. histolytica histolytica) responsable de l'amibiase-maladie. 

L'homme est le seul réservoir de parasite et la transmission, liée aux matières fécales, s'effectue essentiellement par les mains sales, par le sol et l'eau souillés par les excrétas, et les aliments contaminés (surtout les crudités). 

Les amibes s'implantent dans la muqueuse de l'intestin. En la traversant, ils provoquent l'amibiase dont les symptômes peuvent aller de la diarrhée légère à la dysenterie avec sang et du mucus dans les selles. La destruction de la paroi intestinale peut par la suite entraîner la formation d'ulcères.

Lorsque le parasite parvient à gagner la circulation sanguine, il peut infecter le foie, et donner naissance à des abcès qui, non traités, conduisent à une issue fatale. La maladie peut en outre évoluer vers d'autres complications locales, comme des abcès au niveau des poumons et, beaucoup plus rarement, au cerveau.

Source : Outbreak News Today.


Référence principale :