Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Nouveaux cas d’angiostrongylose à Hawaii. Médecine des voyages

Publié le 18 fév. 2019 à 08h36

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

A Hawaii, 2 nouveaux cas d'angiostrongylose ont été confirmés le 13 février 2019 sur la grande île.

Selon le Département de la Santé, il s'agit de deux adultes :

  • l'un d'entre eux est un visiteur qui était en vacances à Hawaii l'année dernière et qui est tombé malade à la fin de décembre et a été diagnostiqué et hospitalisé après son retour à la maison. Cette personne a depuis récupéré. 
  • le second est un résident d'Hawaï qui est tombé malade en janvier 2019 et qui a été hospitalisé début février.

Une enquête est en cours pour identifier les sources possibles d'infection.

Rappels sur l'angiostrongylose

L'angiostrongylose est causée par un nématode (Angiostrongylus cantonensis) dont l'adulte parasite les artères pulmonaires du rat et dont les larves au stade 3 peuvent évoluer chez l'homme en donnant la méningite angiostrongylienne à éosinophiles. Les escargots sont les hôtes intermédiaires primaires, où les larves se développent jusqu'à ce qu'ils soient infectieux. Les humains sont des hôtes accidentels, et peuvent être infectés par l'ingestion de larves dans les escargots crus ou insuffisamment cuits ou d'autres vecteurs (crevettes ou langoustines, crabes, et grenouilles), ou d'eau ou de légumes contaminés. C'est la cause la plus courante de méningite à éosinophiles en Asie du Sud-Est et dans le bassin du Pacifique, ainsi que dans les Caraïbes.

Chez l'homme la maladie, après une incubation muette de 2 à 3 est marquée par l'installation brutale d'un syndrome méningé typique (céphalées, nausées et fièvre élevée) auquel peuvent s'associer une atteinte des paires crâniennes (paralysie faciale, diplopie...) et des troubles de la sensibilité subjective (dysesthésies, paresthésies...). L'évolution se fait presque toujours vers la résolution sans séquelles en quelques semaines.

Par mesure de précaution, il est très important d'éviter de manger des escargots insuffisamment cuits, il faut laver et cuire les légumes, et il faut éviter les mares d'eau qui peuvent être contaminées.

Source : Promed.


Référence principale :