Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Plus de 500 cas de syndrome de Guillain-Barré au Pérou Médecine des voyages

Publié le 15 juin 2019 à 11h55

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Pérou, le 12 juin 2019, les autorités sanitaires ont notifié depuis le début de l'année 507 cas de syndrome de Guillain-Barré.

Pendant la même période en 2018, le ministère de la Santé péruvien a notifié 215 cas avec un foyer un foyer dans la région de Trujillo.

Parmi ces 507 cas notifiés en 2019, 301 l'ont été au cours de la semaine épidémiologique du 3 au 9 juin. Les enquêtes n'ont pas permis d'identifier l'étiologie de cette éclosion.

L'Institut national des sciences neurologiques a rapporté que les cas actuels présentent des caractéristiques inhabituelles et atypiques qui nécessitent un traitement rapide et immédiat.

Le ministère de la Santé du Pérou a déclaré l'état d'urgence dans cinq régions du pays, dont Piura, Lambayeque, La Libertad, Junin et Lima.

Le syndrome de Guillain-Barré est connu pour être déclenché, entre autres, par des infections bactériennes, des virus respiratoires, des entérovirus et des arbovirus comme la dengue et le zika. 

Rappels sur le syndrome de Guillain-Barré 

Le syndrome de Guillain-Barré (GBS) est une maladie auto-immune rare mais grave qui attaque le système nerveux périphérique et caractérisée par une paralysie progressive, débutant le plus souvent au niveau des jambes et remontant parfois jusqu'à atteindre les muscles respiratoires puis les nerfs craniens.

Ce syndrome est aussi appelé polyradiculonévrite aiguë inflammatoire, ou encore polyradiculonévrite aiguë post-infectieuse, car il survient souvent après une infection.

Bien que la cause précise de la maladie est inconnue, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les personnes qui développent un syndrome de Guillain-Barré le font plusieurs jours ou semaines après avoir été malade souffrant de diarrhée ou d'une maladie respiratoire.

Dans la majorité des cas, les personnes atteintes récupèrent leurs capacités physiques au bout de 6 à 12 mois. Cela peut aller d'un rhume banal à des maux de gorge en passant par des troubles gastriques et intestinaux.

Les virus comme les cytomégalovirus, le virus d'Epstein Barr, le virus de la grippe, ou encore une bactérie comme Helicobacter pilori semblent souvent en cause. 

Toutefois, les mécanismes par lesquels ces stimulations immunitaires provoquent chez certaines personnes un syndrome de Guillain-Barré n'ont pas encore été élucidés.

Source : Ministère de la Santé du Pérou ; Promed ; European Centre for Disease Prevention and Control .


Référence principale :