Situation épidémiologique de la tularémie en Suède Médecine des voyages

Publié le 16 août 2019 à 07h52

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En Suède, le 12 août 2019, les autorités sanitaires ont notifié 212 cas de tularémie depuis le début de l'année.

Cela représente une augmentation significative par rapport à 2018 avec 107 cas notifiés et 87 cas notifiés en 2017. 

La plupart des cas sont notifiés dans les comtés de Dalécarlie, Gävleborg et Örebro, mais récemment, des cas ont été signalés dans les comtés de Västerbotten et de Norrbotten.

En août, l'Institut vétérinaire national a notifié des cas de lièvres morts dans les comtés de Norrbotten, Västra Götaland et Dalarna.

Le pic saisonnier ayant généralement lieu en septembre en Suède, de nouveaux cas sont attendus dans les prochaines semaines. 

La maladie montre une saisonnalité claire chez l'homme, compatible avec une plus grande exposition à l'eau contaminée et l'activité des moustiques pendant l'été et le début de l'automne. 

Les mesures préventives comportent :

  • d'éviter de boire de l'eau de surface non traitée ;
  • de prévenir les piqûres de moustiques et de tiques ;
  • d'éviter le contact avec des animaux morts ; 
  • d'éviter de chasser dans les zones où du petit gibier mort a été trouvé ;
  • l'utilisation de gants pour manipuler des animaux sauvages ;
  • cuisson complète de la viande de gibier avant de la manger ;
  • les Centers for Disease Control and Prevention recommandent d'utiliser des masques pour tondre la pelouse afin de réduire le risque d'inhalation des bactéries.

Les agriculteurs et les personnes impliquées dans la chasse, la gestion de la faune, la randonnée et le camping courent un plus grand risque d'infection.

Les cliniciens transplanteurs doivent être conscients de la possibilité de transmission de tularémie par transplantation d'organe lors de l'évaluation d'une infection chez des patients recevant une greffe d'organe. 

Lors de l'évaluation de donneurs d'organes potentiels, les facteurs de risque de tularémie doivent être pris en compte.

Rappels sur la tularémie

La tularémie est une maladie causée par la bactérie Francisella tularensis, potentiellement mortelle qui peut infecter les animaux à sang chaud, les chiens, chats, lapins, lièvres, les campagnols et les castors et les humains. Les animaux infectés excrètent la bactérie dans leurs selles et urine, et de très nombreuses bactéries sont présentes dans les carcasses. La bactérie peut persister pendant de longues périodes de temps dans l'eau, le sol et les carcasses.

L'homme peut être infecté à la suite d'un contact avec un animal, en touchant le sol contaminé, en consommant de la viande de chasse mal cuite ou en buvant de l'eau contaminée. La bactérie peut aussi être transmise lors d'une morsure de tique infectée.

Les symptômes de la tularémie comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des vomissements, une toux sèche et des difficultés respiratoires.

Sources : Ministère de la santé Suédois ; European Centre for Disease Prevention and Control.