Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Deuxième cas autochtone d'infection à virus Zika notifié à Hyères, en France métropolitaine Médecine des voyages

Publié le 24 oct. 2019 à 10h12

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En France métropolitaine, le 21 octobre 2019, l'Agence régionale de la santé Paca (ARS) et Santé publique France a notifié un deuxième cas autochtone d'infection à virus Zika contracté localement à Hyères, dans le Var chez un patient sans antécédent de voyage dans un pays endémique d'infection à virus Zika.

L'individu vivait dans le même quartier que le premier cas notifié et a été trouvé lors d'une enquête effectuée le 10 octobre après le cas initial. Le patient réside à proximité immédiate du premier cas.

Le patient a signalé des symptômes compatible avec la maladie à virus Zika (c'est-à-dire fièvre, asthénie, douleur rétro-orbitaire et éruption corporelle) à partir du 6 août 2019 donc quelques jours avant l'apparition des symptômes du premier cas. Ce second cas a été confirmé par le Centre national de référence pour les arbovirus à IgM anti-zika positifs et IgG anti-flavivirus.

L'Agence régionale de la santé, Santé publique France et l'Accord interministériel de lutte contre les moustiques (EID) Méditerranée poursuivent leurs investigations (entomologiques et épidémiologiques) en vue de prévenir la propagation de la maladie.

Des actions de lutte antivectorielle ont été mises en œuvre par l'IED Méditerranée, sous les auspices du conseil départemental, dans le quartier de résidence des deux personnes concernées: recherche du moustique tigre, lutte anti-moustique, placement de pièges à moustiques. Toutes ces actions ont été précédées d'une campagne d'information de la population résidant dans le quartier concerné.

Dans le même temps, les actions de surveillance épidémiologique ont été renforcées pour identifier les personnes également susceptibles d'être infectées. Les hôpitaux, les médecins généralistes, les gynécologues, les sages-femmes et les laboratoires d'analyses médicales de la région ont été contactés pour identifier les personnes pouvant présenter des symptômes d'infection à virus Zika et les notifier.

Rappels sur le virus Zika

Le virus Zika est un arbovirus membre de la famille des Flaviviridae et du genre Flavivirus, responsable de la fièvre Zika. 

Transmis par la piqûre d'un moustique infecté (Aedes aegypti, Aedes albopictus, Anopheles, Mansonia ou Eretmapodites) il peut entraîner un syndrome proche des autres arboviroses, avec fièvre, éruption cutanée, céphalées et douleurs articulaires, spontanément résolutif.

La majorité des formes sont asymptomatiques. Les formes symtomatiques se manifestent par un exanthème maculo-papuleux avec ou sans fièvre et au moins deux signes parmi les suivants : hyperhémie conjonctivale, arthralgies ou myalgies, en l'absence d'autre étiologie.

L'infection, classiquement bénigne, est à l'origine, d'un certain nombre de complications neurologiques sévères (méningites, encéphalites) et syndrome de Guillain-Barré. Au cours du premier trimestre de la grossesse, l'infection peut s'accompagner d'un risque de malformations congénitales de type microcéphalie (0,65 % des cas).

Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans les les zones infectées par le virus, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l'utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés.

Dans ce contexte, il est recommandé aux femmes enceintes ou en désir de grossesse vivant dans des zones indemnes de virus Zika et qui partent dans des zones où sévit le virus Zika d'envisager un report de leur projet de voyage. Dans le cas contraire, toutes les recommandations et informations de prévention et de suivi devront leur être données.

Il est recommandé à toute personne vivant ou voyageant dans des zones de circulation du virus Zika de :

Prendre des précautions pour éviter les piqûres de moustiques :

  • port de vêtements couvrants ;
  • répulsifs anti-moustiques, contenant du DEET, sur la peau découverte ;
  • vêtements et moustiquaire imprégnés d'insecticide pour la sieste et la nuit ;
  • les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Éviter la prolifération du moustique-tigre en : 

  • couvrant les réserves d'eau avec de la moustiquaire ou du tissu afin de les rendre hermétiques ;
  • vidant ou rangeant tout récipient pouvant contenir de l'eau ;
  • nettoyant les gouttières et caniveaux ;
  • évitant les dépôts sauvages de déchets.

Afin d'éviter au maximum la dissémination du virus Zika, devant une fièvre d'apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour en Europe,d'un séjour en zone intertropical, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage.

Source : Outbreak News Today.


Référence principale :