Augmentation des cas de gonococcie dans le Queensland en Australie Médecine des voyages

Publié le 21 nov. 2019 à 10h44

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Australie, les experts de la santé du Queensland ont constaté une forte augmentation des cas de gonococcie et parmi eux ont noté 2 cas de gonococcie multirésistante aux antibiotiques (XDR). Bien que les cas de gonorrhée XDR soient sporadiques, leur augmentation globale est une préoccupation.

L'incidence des infections sexuellement transmissibles a plus que doublé depuis 2014, lorsque 2 276 cas ont été enregistrés. Cette année, 4 920 cas ont été identifiés. 

Rappels sur la gonococcie :

La gonococcie (également appelée gonorrhée ou encore blennorragie) due au gonocoque (nom d'espèce : Neisseria gonorrhoeae) se manifeste habituellement chez l'homme par un écoulement génital purulent et des brûlures lors de la miction. Plus rarement, elle peut entrainer une conjonctivite ou des douleurs de la gorge. Elle est souvent asymptomatique chez les femmes. Elle se transmet lors d'un contact avec les muqueuses (génitale, anale ou orale) ou les sécrétions génitales d'une personne infectée.

Ces dernières années, les autorités sanitaires de nombreux pays s'inquiètent de l'émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques, avec le risque que les infections deviennent très difficiles à traiter.

En conséquence, il est rappelé aux voyageurs que l'utilisation d'un préservatif est indispensable pour se protéger en cas de relation sexuelle avec un nouveau partenaire. En cas de symptômes (brûlures urinaires, écoulement de la verge), il faut consulter un médecin.

Source : Promed.