Boisson aux épinards non pasteurisée liée à l'augmentation des cas de cryptosporidium en Suède Médecine des voyages

Publié le 6 déc. 2019 à 16h04

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Suède, selon l'Autorité de santé publique (Folkhälsomyndigheten) en automne 2019, et particulièrement en novembre, on observe une augmentation du nombre de cas de cryptosporidiose notifiés (nouvelle n° 14730 du 19 novembre 2019).

Selon le Folkhälsomyndigheten ces cas sont liés à une marque de boisson aux fruits et légumes fraîchement pressée, non pasteurisée et préachetée.

Les enquêtes indiquent que ce sont les épinards dans la boisson, livrée en octobre, qui sont à l'origine de l'infection, mais comme les épinards sont un produit frais, la boisson contaminée n'est plus en magasin.

Au cours de l'automne, et surtout en novembre, il y a eu une augmentation de la cryptosporidiose. En octobre et novembre, plus de 300 cas infectés en Suède ont été signalés, contre environ 20 à 70 infections en novembre au cours des années précédentes.

Environ la moitié des 21 régions du pays ont des cas de tous âges, mais ce sont principalement les adultes qui ont été touchés. Une augmentation a été constatée pour la première fois à Stockholm.

Des éprélèvements de ces malades sont envoyés à Folkhälsomyndigheten pour analyse afin de déterminer avec quel est le type de cryptosporidium.

Sur 140 échantillons analysés jusqu'à présent, 73 appartiennent au même sous-type de Cryptosporidium parvum.

En plus de ce sous-type «A», un certain nombre de types différents ont été détectés, dont 35 cas avec le sous-type «B».

Les deux sous-types A et B ont été identifiés en Suède parmi les cas humains auparavant, mais ne sont pas les plus fréquemment trouvés.

Le produit qui n'est pas nommé était largement distribué dans les magasins du sud et du centre de la Suède.

Rappels sur la cryptosporidiose

La cryptosporidiose, maladie présente partout dans le monde, est causée par des parasites protozoaires du genre Cryptosporidium : Cryptosporidium hominis et Cryptosporidium parvum. Les sources d'infection chez l'homme sont les animaux domestiques (surtout les veaux, les agneaux, les chevreaux, les porcelets, les poulains et les reptiles). L'origine de la transmission se fait alors par les excréments, à travers les cours d'eau, les pâturages et les jardins, mais aussi par contact direct avec les animaux, leurs sécrétions ou leurs excrétions, par voie fécale-orale. Endémique chez les animaux d'élevage, le parasite est également une source importante de contamination des eaux de surface. L'eau de consommation, les piscines, et les animaux domestiques (les bovins et les ovins en particulier) sont autant de réservoirs pour le pathogène.

La maladie, qui dure de 3 à 15 jours, se présente avec :

  • Des diarrhées abondantes parfois mélangées avec du sang (3 à 10 fois par jour) ;
  • Des douleurs abdominales : coliques ;
  • Des nausées ;
  • Une fièvre légère (38 à 38,5 °C).

Chez les sujets immunodéprimés les diarrhées sont prolongées et peuvent devenir chroniques. Elles peuvent être associées directement ou indirectement au décès du patient.

Il est conseillé d'adopter une bonne hygiène des mains avec un lavage à l'eau savonneuse

  • après être allé à la toilette ;
  • après avoir changé une couche ;
  • après un contact avec des animaux ;
  • après avoir jardiné ;
  • avant de manipuler et de consommer des aliments.

Éviter de boire de l'eau provenant de puits de surface, de rivières, de lacs ou de ruisseaux.

Source : Food Safety News.