Le nombre de cas de peste est en baisse en 2019 à Madagascar Médecine des voyages

Publié le 23 déc. 2019 à 09h29

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

A Madagascar, les responsables de la santé de l'ONU rapportent que le nombre de cas de peste signalés à Madagascar en 2019 est resté inférieur à la moyenne sur 5 ans.

Depuis le 5 août 2019, 88 cas de peste ont été notifiés dans 14 districts à majorité peste bubonique (77 cas).

La peste est endémique sur les plateaux de Madagascar. Une recrudescence saisonnière, principalement sous forme peste bubonique, se produit généralement chaque année entre septembre et avril.

Selon le secrétaire général du ministère malgache de la Santé, entre 300 et 600 cas suspects sont signalés chaque année, avec environ 30 cas de peste pneumonique et 10 à 70 décès.

Rappels sur la peste

La peste causée par la bactérie Yersinia pestis est enzootique chez les rongeurs. Les humains peuvent être infectés par :

  • piqûre d'une puce infectée portée par un rongeur, ou plus rarement par d'autres animaux ;
  • par contact direct avec des tissus contaminés ;
  • dans de rares cas par l'inhalation d'aérosols provenant de personnes ou d'animaux infectés.

Les symptômes de la peste chez l'homme comprennent l'apparition brutale d'une fièvre, de frissons, de maux de tête et d'une altération de l'état général. Dans la plupart des cas, il y a une augmentation douloureuse du volume des ganglions lymphatiques de l'aine, des aisselles ou du cou. Si les bactéries atteignent les poumons, le patient développe une pneumonie (peste pneumonique), qui est alors transmissible de personne à personne par les sécrétions respiratoires émises lors de la toux.

Si le diagnostic est précoce, la peste bubonique peut être traitée avec succès par des antibiotiques. La peste pulmonaire est l'une des maladies infectieuses les plus graves et responsables d'une létalité (proportion de décès parmi les cas) élevée. Les patients peuvent mourir 24 heures après l'infection. Le pronostic dépend de la rapidité de la mise en œuvre du traitement antibiotique.

Il est conseillé aux voyageurs de prendre des mesures préventives :

  • utiliser un insectifuge sur la peau et les vêtements ;
  • ne pas les laisser les chiens ou les chats errer librement et leur mettre un insectifuge sur la peau ;
  • ne pas camper près des nids de rongeurs ou des terriers ;
  • éviter le contact avec les animaux malades ou morts ;
  • pour un chasseur porter des gants lors de la manipulation de la proie.

Source : Outbreak News Today