Inquiétude sur l'évolution de l'épidémie à 2019-nCoV en Chine le 27 janvier 2020 Médecine des voyages

Publié le 27 jan. 2020 à 09h40

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

L'épidémie de 2019-nCoV est en phase d'accélération, le virus peut être transmis pendant la période d'incubation. Les informations évoluent d'heure en heure, de jour en jour. Selon certaines sources, on est à près de 3 000 cas dont une petite centaine de décès. 

Les autorités chinoises imposent à plus de 50 millions de personne un isolement sanitaire (quarantaine).

Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé dans l'immédiat que le nouveau virus chinois, malgré son extension à plusieurs pays, ne constituait pas pour l'instant une urgence internationale et prolonge d'un jour les discussions du comité d'urgence.

Des cas ont été notifiés hors de Chine, à Taiwan (4 cas), en Australie (4 cas), en Malaisie (4 cas), en France (3 cas), Canada (1 cas), Japon (4 cas), République de Corée (3 cas), Népal (1 cas), Singapour (4 cas), Thaïlande (8 cas), Etats-Unis d'Amérique (5 cas) et Viêt Nam (2 cas).

Tous les cas signalés hors de Chine avaient des antécédents de voyage récents en Chine avant le début des symptômes. Au Viêt Nam, selon l'OMS, un cas n'avait aucun antécédent de voyage en Chine. Ceci est le premier cas de transmission de personne à personne hors de Chine.

Bien qu'un petit nombre de cas asymptomatiques aient été détectés, ils ne semblaient pas non plus contribuer de manière significative à la transmission de la maladie.

Le 26 janvier, la Commission nationale de la santé de la Chine a tenu une longue conférence de presse sur l'expansion de la nouvelle épidémie de coronavirus, où les éléments suivants on été annoncés ou discutés.

À l'heure actuelle, la situation épidémique est grave et compliquée, et elle se trouve dans une période critique de prévention et de contrôle. 

Du point de vue de l'étendue de la diffusion, certaines flambées à Wuhan et une diffusion multifocale à l'échelle nationale sont apparues. 

En plus du Tibet, 30 provinces à travers le pays ont confirmé et suspecté des cas. Des cas sont également survenus dans les régions chinoises de Hong Kong, Macao et Taiwan.

D'après les caractéristiques de la transmission, certains patients ont une température basse ou normale au stade précoce. Ainsi, il semble que les formes légères de la maladie soient fréquentes et qu'il existe des personnes infectées asymptomatiques. 

Il existe une tendance à l'augmentation de la transmission de l'infection causée par le virus 2019-nCoV, ce qui complique considérablement la mise en oeuvre des mesures de prévention et de contrôle. 

La voie principale est la transmission respiratoire. La compréhension du mode de transmission de ce nouveau coronavirus reste toutefois limitée : la source de l'infection n'a pas été trouvée, les mécanismes à l'origine de la propagation de la maladie et de la mutation du virus ne sont pas clairs.

En tant que nouvelle maladie infectieuse, il n'est pas exclu que le virus puisse muter encore et entrainer des changements de l'épidémiologie des infections qu'il entraine. Il semble en particulier que la distribution des cas par groupe d'âge soit en train de changer.

La période d'incubation est d'environ 10 jours, la plus courte est de 1 jour, la plus longue de 14 jours, ce qui est très différent de l'épidémie de SRAS.

À l'heure actuelle, l'épidémie s'accélère.

Dans l'UE/EEE.

En France, selon les autorités françaises, les cas confirmés sont :

  • Un homme de 48 ans, ayant récemment voyagé à Wuhan. Il a demandé des soins médicaux le 23 janvier et a été isolé le 24 janvier. Le patient est actuellement hospitalisé à Bordeaux.
  • Deux cas avec des antécédents de voyage récent à Wuhan. Ces deux cas font partie de la même famille et ont voyagé ensemble. Ils sont hospitalisés à Paris.

 

Pour ces trois cas, toutes les mesures nécessaires, y compris l'isolement, ont été mises en œuvre.

Ces cas sont les premiers cas confirmés notifiés en France et dans l'UE/EEE.

Le 24 janvier, les autorités chinoises ont demandé aux agences de voyage chinoises d'arrêter de vendre des voyages au sein du pays ou à l'étranger.

Le 26 janvier, les autorités françaises ont demandé aux agences de voyage de ne plus commercialiser de séjour en Chine.

Sources : European Centre for Disease Prevention and Control ; Organisation mondiale de la santé ; Outbreak News Today ; FLu trackers. com.