Augmentation des cas d'infection à Vibrio dans le monde Médecine des voyages

Publié le 4 avr. 2020 à 08h46

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont noté une augmentation des foyers et des cas de maladies d'origine alimentaire attribuables aux espèces pathogènes de Vibrio

Il y a des cas où la présence de Vibrio spp. dans les fruits de mer a perturbé le commerce international.

  • Série de flambées de maladies d'origine alimentaire à Vibrio parahaemolyticus dues à la consommation de fruits de mer. 
Ils se sont également produits dans des régions où il n'avait pas été signalé auparavant, selon la FAO et l'OMS. En Asie, Vibrio parahaemolyticus est une cause fréquente de maladie d'origine alimentaire. Les éclosions sont normalement petites, impliquant moins de 10 cas, mais se produisent fréquemment. Vibrio parahaemolyticus est présent dans une variété de poissons et crustacés, y compris les palourdes, les crevettes, le homard, les écrevisses, les pétoncles, les crabes, les huîtres et les moules.
  • Vibrio vulnificus peut provoquer une gastro-entérite légère chez les personnes en bonne santé après la consommation de mollusques bivalves crus. 
Cependant, pour ceux qui ont des conditions chroniques préexistantes, il peut s'agir d'une maladie grave, souvent mortelle, avec l'un des taux de mortalité les plus élevés de tous les agents pathogènes bactériens d'origine alimentaire.

Lorsque des flambées de Vibrio parahaemolyticus et Vibrio vulnificus se produisent, elles sont généralement associées à des températures de l'eau de mer supérieures à 15 degrés C (59 degrés F) pour les premiers et 20 degrés C (68 degrés F) pour les seconds.

Même si une cuisson minutieuse détruit ces micro-organismes, les huîtres, les moules et autres mollusques filtreurs sont souvent consommés crus ou légèrement cuits.

Rappel sur Vibrio parahemolyticus

Vibrio parahaemolyticus, une bactérie de la famille des Vibrionaceae, est présent dans le monde entier, principalement chez des animaux filtreurs, dont les coquillages (moules, palourdes et huitres notamment) et chez certains poissons. 

La bactérie Vibrio parahaemolyticus est naturellement présente dans les eaux marines et ne signifie pas la contamination par des eaux usées.

L'infection est en général spontanément résolutive et d'intensité modérée, durant environ 3 jours chez les patients immunocompétents. Une infection de plaie ou une septicémie peuvent survenir après exposition à la bactérie.

Les infections se manifestent habituellement par trois principaux syndromes cliniques :

  • gastroentérite (60 à 80 % des cas) avec diarrhée, crampes abdominales, nausées, vomissements ;
  • infection de plaies (34 %) spontanément résolutive ;
  • septicémie (5 %) en particulier chez des patients immunodéficients ou présentant un pathologie chronique préexistante.

Le risque pour les voyageurs est faible, et la maladie peut être évitée si les crustacés sont cuits avant d'être consommés.

Rappel sur l'infection à Vibrio vulnificus

Vibrio vulnificus est une bactérie pathogène opportuniste de la famille des Vibrionaceae, proche de Vibrio cholerae, présente dans les environnements marins comme les estuaires ou les eaux côtières des zones côtières du golfe du Mexique et dans les océans Atlantique et Pacifique, et associée à diverses espèces marines telles que le plancton, les crustacés (huîtres, palourdes et crabes) et les poissons à nageoires.

La contamination de l'homme peut se faire par l'intermédiaire d'une plaie ouverte lors de la baignade ou en marchant des les eaux infectées, ou par ingestion d'eau ou d'huitres crues.

Il s'agit d'une bactérie très virulente qui peut causer 3 types d'infections :

  • une gastro-entérite, après avoir mangé des fruits de mer comme les huitres, associant vomissements, diarrhée et douleurs abdominales ;
  • une infection nécrosante des plaies consécutive à une baignade avec une peau lésée ou par blessure par des poissons à épines (tilapia), survenant 24 heures après le contact ;
  • une septicémie invasive après avoir mangé des coquillages crus ou peu cuits, en particulier les huîtres. Elle s'observe surtout chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, en particulier ceux ayant une maladie chronique du foie. Lorsque cela se produit, les symptômes graves, y compris lésions cutanées et un choc septique peuvent parfois entraîner la mort.

Pour se protéger contre Vibrio vulnificus il est recommandé d'éviter l'exposition à l'eau de mer en cas de plaie et de consommer des crustacés non cuits.

Source : Food Safety News.