Epidémie de Yersinia enterocolitica signalée dans cinq comtés de Norvège Médecine des voyages

Publié le 18 juin 2020 à 16h58

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Norvège, le Norway’s Institute of Public Health a récemment rapporté que l’incidence de la bactérie gastro-intestinale Yersinia enterocolitica O3 a augmenté. L'infection a été détectée chez 14 personnes vivant dans plusieurs comtés.

Les patients ont entre 2 et 57 ans et la plupart sont des femmes. Les personnes infectées sont des résidents des comtés d'Agder (4 cas), d'Oslo (4 cas), de Rogaland (3 cas), de Trøndelag (2 cas) et de Viken (1 cas).

Des bactéries ayant des profils d'ADN similaires ont été détectées chez les 14 individus et tous les échantillons ont été prélevés au cours des deux dernières semaines de mai et de la première semaine de juin.

L'Institut de santé publique collabore avec le service de santé municipal, l'Autorité norvégienne de sécurité des aliments et l'Institut vétérinaire pour déterminer si les patients peuvent avoir une source commune d'infection. Les patients sont interrogés et l'inspection alimentaire locale prélève des échantillons de produits alimentaires dans les maisons des personnes infectées pour trouver la source de l'épidémie si possible. Ces tests sont analysés à l'Institut vétérinaire, explique le docteur Hilde Marie Lund du Département de la protection contre les infections et de la protection civile au FHI.

Chaque année, entre 40 et 80 cas de yersiniose sont généralement signalés à l'Institut norvégien de santé publique. La plupart sont infectés au niveau national (60 à 80% des cas signalés).

Rappels sur Yersinia enterocolitica 

Deux espèces de Yersinia sont associées aux maladies d'origine alimentaire Yersinia pseudotuberculosis et Yersinia enterocolitica. Y. enterocolitica et Y. pseudotuberculosis sont présentes dans le monde entier, mais elles prédominent dans les pays tempérés et froids. Elles sont la 3ème cause de diarrhées bactériennes en France et en Europe, après Salmonella et Campylobacter.

Yersinia enterolitica est une bactérie de la famille des Enterobacteriaceae, genre Yersinia. Sa transmission se fait principalement par voie oro-fécale, après ingestion d'aliments contaminés. Y. enterocolitica a pour principal réservoir le porc et accessoirement les bovins, ovins et caprins, chez lesquels le portage est le plus souvent asymptomatique. 

Les infections se manifestent le plus souvent sous forme de cas sporadiques ou de cas groupés en faible nombre. Yersinia enterocolitica provoque une entérite aiguë s'accompagnant de fièvre, diarrhées et douleurs abdominales, touchant toutes les classes d'âges, mais avec une prédominance chez l'enfant de moins de 10 ans. L'infection est le plus souvent modérée et spontanément résolutive, bien que des cas d'infections de longue durée avec altération profonde de l'état général soient parfois observés.

Les yersinioses sont souvent sévères chez les personnes de plus de 60 ans qui développent des formes généralisées, fréquemment mortelles.

Source : Outbreak News Today.