Epidémies d'infections à Escherichia coli au Japon et en Corée du Sud Médecine des voyages

Publié le 19 juil. 2020 à 12h28

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Des milliers de malades ont été recensés lors d'épidémies à Escherichia coli signalées au Japon et en Corée du Sud

Les autorités coréennes enquêtent sur une épidémie qui a touché plus de 100 personnes. Les Korea Centers for Disease Control and Prevention (KCDC) enquêtent sur une flambée d'infections à Escherichia coli entérohémorragique (EHEC) avec la municipalité locale et les ministères concernés depuis la mi-juin 2020.  

Lors de l'épidémie survenue dans un jardin d'enfants à Ansan-si, dans la province de Gyeonggi, 58 cas ont été confirmés fin juin avec 114 personnes présentant des symptômes. 

La plupart d'entre eux sont des élèves de la maternelle, mais 3 sont des membres de la famille des élèves. Au total, 21 personnes (19 élèves de la maternelle et 2 membres de leur famille)ont été hospitalisées. 

Seize personnes, 14 étudiants et 2 membres de la famille ont présenté des symptômes de syndrome hémolytique et urémique (SHU) nécessitant une dialyse.

Plus de 3 400 enseignants et élèves de 15 écoles de Yashio, dans la préfecture de Saitama, ont été frappés d'intoxication alimentaire fin juin, selon les médias japonais. 

L'épidémie aurait touché 3 453 personnes après avoir mangé un déjeuner fourni comprenant du poulet frit, un plat de thon et de pommes de terre, une salade d'algues et une soupe de riz et de miso. 

Les symptômes comprenaient la diarrhée et des douleurs abdominales, mais ne sont pas considérés comme graves. Escherichia coli a été détecté dans les selles de certains patients et a ensuite été retrouvé dans une salade d'algues.

Rappels sur Escherichia coli

Escherichia coli  est une bactérie que l'on trouve couramment dans le tube digestif de l'homme et des animaux à sang chaud. La plupart des souches sont inoffensives. Certaines, comme Escherichia coli entérohémorragique(ECEH), peuvent provoquer de graves maladies d'origine alimentaire. Il produit des toxines, appelées vérotoxines ou toxines de type Shiga (Shiga like) en raison de leur ressemblance avec celles élaborées par Shigella dysenteriae

Escherichia coli entérohémorragique 0157 : H7 est le sérotype le plus important pour la santé publique mais d'autres sérotypes ont été souvent observés en association avec des cas sporadiques et des flambées.

La transmission à l'homme passe principalement par la consommation d'aliments contaminés, comme de la viande hachée crue ou mal cuite, du lait cru, des légumes crus et des graines germées contaminés.

L'infection à Escherichia coli entérohémorragique O157 : H7  donne des crampes abdominales et des diarrhées qui, dans certains cas, évoluent vers des diarrhées sanglantes (colite hémorragique). Il peut également y avoir de la fièvre et des vomissements. La période d'incubation va de trois à huit jours avec une durée médiane de trois à quatre jours.

La plupart des patients guérissent en 10 jours mais, pour une petite proportion d'entre eux (notamment les jeunes enfants et les personnes âgées), l'infection peut évoluer vers une forme potentiellement mortelle, comme le syndrome hémolytique et urémique.

Source : Foods Safety News.