La leishmaniose cutanée est en augmentation en Algérie Médecine des voyages

Publié le 28 août 2020 à 12h16

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Algérie, l'incidence de la leishmaniose cutanée, une infection cutanée transmise par les phlébotomes, croît régulièrement dans la région occidentale du pays depuis plusieurs années, note un bulletin de l'Observatoire régional de la santé d'Oran (ORS). Un document récent indique que l'incidence de cette maladie a augmenté de 0,6 pour 100 000 habitants en 2014 à 2,8 pour 100 000 habitants en 2019. 

Le nombre de cas dans les 10 wilayas de la région ouest est passé de 46 en 2014 à 251 en 2019, la wilaya de Saïda étant la plus touchée (26,5 / 100 000 habitants), suivie des wilayas de Tiaret (10,5 / 100 000), Sidi Bel-Abbes (1,7 / 100 000) et Tissemsilt (1,3 / 100 000). La tranche d'âge des moins de 14 ans est la plus touchée par cette infection, avec une atteinte plus fréquente des hommes. 

La leishmaniose cutanée est un grave problème de santé publique en Algérie, qui est le deuxième foyer au monde de cette maladie après l'Afghanistan. 

Rappels sur la leishmaniose.

Les leishmanioses sont des parasitoses dont l'agent pathogène est un protozoaire flagellé du genre Leishmania. Il s'agit d'une zoonose, transmise de vertébré à vertébré par un moucheron hématophage, le phlébotome. Les phlébotomes piquent surtout le soir et la nuit par temps calme. Leur gîte est constitué par les anfractuosités de murs et de terriers où ils se gorgent sur des mammifères pouvant constituer le réservoir de certaines espèces de leishmanies.

Il existe deux groupes de leishmanioses cutanées :

  • Les leishmanioses cutanées où la lésion élémentaire commence par un nodule non ulcéré de petite taille. Les nodules augmentent en nombre et disséminent sur l'ensemble du corps, deviennent confluents et forment de larges plaques infiltrées. L'aspect clinique s'apparente à celui d'une lèpre lépromateuse, notamment au niveau du visage (aspect léonin).
  • Les leishmanioses cutanéo-muqueuses évoluent en deux temps, la lésion cutanée initiale étant ultérieurement suivie par une atteinte muqueuse secondaire. Celle-ci débute à la muqueuse nasale par un granulome qui siège souvent à la partie antérieure de la cloison nasale, rapidement envahie et détruite. La perforation qui en résulte est considérée comme un symptôme quasi pathognomonique (spécifique) de leishmaniose cutanéo-muqueuse.

Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de phlébotome en respectant les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

  • port de vêtements couvrants ;
  • répulsifs anti-moustiques, contenant du DEET, sur la peau découverte ;
  • vêtements et moustiquaire imprégnés d'insecticide pour la sieste et la nuit ;
  • pulvérisations domiciliaires et péri-domiciliaires de pyréthrinoïdes de synthèse ;
  • les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Source : Promed.