Mise à jour sur le syndrome pieds-mains-bouche à Ho Chi Minh-Ville au Viêt Nam Médecine des voyages

Publié le 5 oct. 2020 à 22h20

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Viêt Nam le Center for Disease Control and Prevention à Ho Chi Minh-Ville a déclaré que la ville a enregistré un total de 6358 cas de syndrome pieds- mains-bouche (SPMB) depuis le début de l'année 2020. Le SPMB (également dénommé fièvre aphteuse) est en augmentation avec jusqu'à 640 nouveaux cas signalés la dernière semaine de septembre 2020, chiffre le plus élevé par rapport aux mois précédents.

Les districts qui ont documenté une forte augmentation des infections au cours de la dernière semaine comprennent le district 9, le district 12, le district de Tan Phu et le district de Binh Chanh.

Les risques de transmission sont élevés dans les lieux avec de nombreux enfants tels que les jardins d'enfants ou les crèches. 

Le SPMB est généralement causé par un entérovirus. À présent, il n'existe pas de vaccins pour se protéger contre la maladie. Au Viet Nam, l'épidémiologie est complexe, mais l'entérovirus 71 (EV71) est responsable de près de la moitié des infections chez ceux qui sont testés positifs. Typiquement, la maladie se produit sporadiquement à travers le Viet Nam mais reste le plus concentré dans les provinces du sud et du centre, elle se produit toute l'année, avec des pics de mars à mai et de septembre à décembre. 

Rappels sur le syndrome pieds-mains-bouche

Le syndrome pieds-mains-bouche est causé par un entérovirus avec une majorité de cas par un Coxsackie A16 ou l'entérovirus 71 (EV71). Le virus se propage au contact de la salive, des fluides et des selles du patient. 

Habituellement, l'infection est bénigne avec de la fièvre suivis de cloques sur les mains, les pieds, la bouche et la langue. Presque tous les patients sont gerris sans traitement dans les sept à dix jours.

Cependant, l'infection par entérovirus 71 peut entraîner des complications sévères telles qu'une encéphalite, un œdème pulmonaire et une myocardite.

Par conséquent, le ministère de la Santé exhorte le public, les parents et les personnels scolaires des enfants en maternelle et préscolaire à :

  • toujours veiller à la propreté des locaux, notamment des équipements et appareils utilisés par les enfants ;
  • faire un contrôle à l'entrée de l'établissement scolaire pour s'assurer que les enfants n'ont pas de syndrome pieds mains bouche ;
  • il est conseillé aux enfants présentant des symptômes de ne pas aller à l'école pour éviter d'infectés leurs amis ;
  • se laver des mains après la gestion d'un enfant avant de manipuler d'autres enfants;
  • s'assurer que les couches jetables sont jetées dans des poubelles fermées ;
  • notifier l'apparition d'un syndrome pieds-mains-bouche au bureau de santé de district voisin pour les mesures de contrôle et de prévention.

Les autorités sanitaires conseillent aux parents et aux personnels scolaires que les enfants présentant des signes de syndrome pieds mains bouche :

  • ne doivent pas être amenés dans des lieux publics car cela pourrait propager des infections ;
  • se laver des mains avec du savon et de l'eau propre après les toilettes, après avoir changé les couches et après avoir touché ou soigné des ampoules ;
  • de nettoyer l'aire de jeu de l'enfant ainsi que le plancher de la maison, y compris les toilettes en utilisant une solution de chlore mixte ;
  • Assurez-vous que l'élimination des couches jetables est faite correctement. 

Les voyageurs doivent renforcer les mesures d'hygiène en se lavant les mains fréquemment à l'eau et au savon, surtout avant de manger et après avoir été aux toilettes.

Source : ProMED.