Plusieurs clusters de salmonellose en France liés à la consommation de viande de cheval Médecine des voyages

Publié le 13 oct. 2020 à 20h30

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En France, les autorités sanitaires [la Direction générale de l’alimentation, la Direction générale de la santé et Santé publique France(SpF)] sont amenées à enquêter depuis cet été sur des cas humains groupés d'infections à Salmonella en lien avec l'ingestion de viande de cheval crue ou peu cuite. 

  • Au cours de l'été 2020, SpFa identifié 20 cas groupés de salmonellose dues à Salmonella enterica serotype Newport.
  • 28 autres malades ont été rattachés à un deuxième cluster de salmonelloses causées par un variant monophasique de Salmonella enterica sérotype Typhimurium.

Des enquêtes épidémiologiques auprès des patients ont permis aux autorités sanitaires d'identifier le rôle, dans la survenue de la maladie, de l'ingestion de viande de cheval, consommée crue ou peu cuite, en particulier sous forme de viande hachée (ou hachis). 

Les points de vente fréquentés par les malades interrogés ont été informés et un rappel des bonnes pratiques d’hygiène de préparation des viandes hachées leur a été adressé par précaution. Les autorités de certains pays producteurs de viande chevaline identifiés ont également été informées afin qu'elles puissent effectuer des contrôles.

Commentaires

Depuis les années soixante-dix, la consommation de viande de cheval a beaucoup diminué en France. En 2011, 17% de la population française consommait de la viande chevaline ce taux atteignant 31% dans le Nord. La viande chevaline consommée en France est majoritairement importée d’autres pays de l’Union européenne (Italie, Roumanie, Pologne), des États-Unis ou d’Amérique du sud. Il existe une production française (viande rosée issue de poulains de moins de 2 ans) mais ne correspondant pas aux préférences alimentaires des consommateurs français, plutôt amateurs de viande rouge. Plusieurs épidémies de salmonellose liées à la consommation de viande chevaline ont été détectées et investiguées dans le nord de la France en 2003, 2006, 2010 et 2019 impliquant respectivement des salmonelles de sérotypes Newport, Meleagridis, Typhimurium et Bovismorbificans. En 2018, un cluster d’infections à S. enterica sérotype Enteritidis a été identifié dans le nord de la France avec comme origine de la viande de cheval contaminée en provenance d’un abattoir en Belgique.

Rappel des mesures de prévention

Les viandes hachées préparées pour le consommateur de façon artisanale doivent être hachées à la demande par les bouchers détaillants. Les bouchers sont invités à demeurer vigilants sur la qualité sanitaire de leurs approvisionnements mais également de la viande hachée commercialisée en réalisant des autocontrôles bactériologiques réguliers.
Il est très important, plus encore lors des fortes chaleurs, de respecter la chaîne du froid, notamment chez le consommateur après l’achat, et de consommer cette viande très rapidement (idéalement dans la journée).
SpF rappelle que la consommation de viande crue ou peu cuite peut conduire à des infections par Salmonella, mais aussi par d’autres bactéries ou parasites. Les personnes fragiles (très jeunes, âgées ou immunodéprimées) peuvent développer des formes graves de salmonellose (hospitalisation voire des décès).

 Source : Food Safety News.