Etats-Unis : augmentation des cas d'infection à Vibrio vulnificus en Floride Médecine des voyages

Publié le 12 nov. 2020 à 17h47

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Aux Etats-Unis, les responsables de la santé de l'État de Floride ont signalé une augmentation des cas d'infection à Vibrio vulnificus et des décès dus à cette bactérie.

Au 6 novembre 2020, le ministère de la Santé avait enregistré 33 cas dans 20 comtés, dont les comtés de Brevard et Hernando qui rapportent 4 cas chacun. Six décès ont été signalés, les comtés de Duval, Hernando, Lake, Martin, Pasco et Santa Rosa, déclarant chacun 1décès.

Les chiffres sont en augmentation par rapport à 2019 où 27 cas dont 2 décès avaient été enregistrés. Depuis 2008, la Floride totalise 449 cas dont 116 décès.

La bactérie Vibrio vulnificus se trouve dans les milieux estuariens et est associée à diverses espèces marines comme le plancton, les crustacés (huîtres, palourdes et crabes) et les poissons.
La maladie résulte le plus souvent de l'infection des plaies, soit par contamination d'une plaie ouverte avec l'eau de mer hébergeant la bactérie, soit par lacération de la peau par le corail ou par un poisson. L'infection peut également survenir après ingestion d'eau ou de coquillages contaminée par la bactérie.
Il s'agit d'une bactérie très virulente qui peut causer trois tableaux infectieux bien distincts :

  • Une gastro-entérite aiguë, après ingestion de fruits de mer contaminés, associant vomissements, diarrhée et douleurs abdominales ; 
  • Une infection nécrosante des plaies survenant 24 heures après une baignade avec une peau lésée ou une blessure par des poissons à épines (tilapia) ;
  • Le sepsis sévère à Vibrio. La porte d’entrée est digestive, lors d’un repas d’huîtres ou de crustacés consommés crus. L’incubation est courte (médiane 18 heures). Le développement du sepsis est rapide voire fulminant, avec fièvre, syndrome toxique, et cellulite ou fasciite nécrosantes par dissémination hématogène des extrémités des membres. La majorité des patients est porteuse d’une maladie hépatique chronique ou d'une surcharge en fer (alcoolique, cirrhose, hémochromatose). Les facteurs de risque de moindre importance incluent le diabète, l’insuffisance rénale, la thalassémie, une corticothérapie. La mortalité est de l’ordre de 50 % à plus de 80 % en cas de choc.

Pour se protéger contre Vibrio vulnificus, il est donc recommandé :

  • d'éviter l'exposition à l'eau de mer en cas de plaie;
  • d'éviter de consommer des crustacés non cuits.

Source : Outbreak News Today.