Bilan du foyer actuel de fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie Médecine des voyages

Publié le 15 nov. 2020 à 23h25

Biographie

Médecin biologiste.

En Mauritanie, les premiers cas animaux et humains de fièvre de la vallée du Rift (FVR) ont été signalés respectivement en septembre et octobre 2020 (nouvelles 16405, 16442 et 16505 sur le site mesvaccins.net). Le 13 novembre, l'Organisation mondiale de la santé  (OMS) a fait un point sur les données actuellement disponibles.

Cas humains :

Entre le 13 septembre et le 1er octobre 2020, les autorités sanitaires de Mauritanie ont signalé 8 cas confirmés de FVR chez des éleveurs, dont 7 décès. Les districts touchés sont Tidjikja et Moudjeria (région du Tagant), Guerou (région de l'Assaba) et Chinguetty (région de l'Adrar). Le diagnostic a été confirmé par RT-PCR à l'Institut national de recherche en santé publique (INRSP) de Nouakchott. L'âge des patients infectés variait entre 16 et 70 ans et comprenait une femme et 7 hommes. Les 7 décès sont survenus chez des patients hospitalisés présentant de la fièvre, un syndrome hémorragique et des vomissements.

Entre le 4 septembre et le 7 novembre 2020, sur 214 personnes testées à l'INRSP, 75 ont été testées positives pour la FVR (RT-PCR et sérologie). Des cas positifs ont été signalés dans 11 des 15 régions du pays : Brakna, Trarza, Gorgol, (à la frontière avec le Sénégal), Adrar, Assaba, Hodh El Gharby, Hodh El Chargui, Guidimaka (à la frontière avec le Mali), et Nouakchott Sud, Nouakchott Ouest et Tagant. La région du Tagant est la plus touchée avec 38 cas sur 75, avec deux zones critiques, Tidjikja et Moudjeria. Jusqu'à présent, un total de 25 décès a été signalé à la suite de cette épidémie.

Cas animaux : 

Chez les animaux,des foyers ont également été confirmés dans les régions de l'Assaba, du Tagant, du Brakna, du Trarza, du Hodh El Gharbi et du Hodh El Chargui. Sur 557 échantillons d'animaux prélevés au 15 octobre 2020, 74 chameaux, 52 petits ruminants et 12 bovins étaient positifs pour la FVR.

Commentaires

L'épizootie actuelle, qui touche l'homme et les animaux, s'est produite après des pluies abondantes, inhabituelles et prolongées dans les régions à forte densité animale, ce qui a contribué à la prolifération des vecteurs et à la propagation du virus. Lors de fortes pluies, une augmentation des populations de moustiques entraîne une augmentation de l'infection du bétail et une amplification virale entre de nombreuses espèces de vecteurs et les ruminants se produit. Comme plus de bétail devient infecté, les risques de contagion à l'homme augmentent. L'infection humaine peut se produire par une piqûre de moustique, ou plus communément, par le contact avec des tissus et des liquides animaux infectés inoculation aérosols. De plus, pendant les saisons chaudes, les gens passent plus de temps dans les zones rurales de transmission de la FVR, se reposant la nuit en plein air. Cela pourrait être un facteur de risque supplémentaire d'exposition aux moustiques et aux autres vecteurs de la maladie. Il est probable que le changement de saison de novembre à février limite la transmission de la maladie en réduisant la prolifération des moustiques.

La Mauritanie a connu précédemment six foyers majeurs de FVR dans le passé (1987, 1998, 2003, 2010, 2012 et 2015) qui ont touché plusieurs départements des régions du Brakna, du Tagant, de l'Assaba, de l'Adrar, de l'Inchiri, du Trarza, du Hodh Elgharby et du Hodh El Chargui.

Source : Promed