Forte augmentation des épidémies à Norovirus en Nouvelle Zélande Médecine des voyages

Publié le 9 déc. 2020 à 21h01

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Nouvelle-Zélande, les autorités sanitaires d'Auckland signalent signalent une augmentation spectaculaire des épidémies 0 Norovirus dans les « early learning services » (ELS), (structure d'accueil des enfants de moins de 6 ans) de la région en novembre.

Le service régional de santé publique d'Auckland (ARPHS) déclare avoir enregistré 29 épidémies d'infections à norovirus en 2020. Vingt-et-une d'entre-elles concernaient des établissements d'ELS, touchant 64 membres du personnel et 280 enfants. Au cours de la même période de 2019, la région avait enregistré 9 épidémies dont 2 en établissement d'ELS touchant alors 6 membres du personnel et 29 enfants. Le nombre de cas a donc été multiplié par 10 cette année.

Cette augmentation pourrait s'expliquer par une modification des pratiques d'hygiène du fait de la pandémie de covid. En effet, la plupart des centres d'éducation préscolaire d'Auckland atteints de norovirus au cours des deux derniers mois ont renoncé à l'eau de javel pour la désinfection. Ils ont en effet privilégié l'utilisation de produits désinfectants à base d'ammoniac commercialisés comme inactivant le SARS-CoV-2, produits qui n'ont pas d'efficacité vis-à-vis des norovirus.

Rappels sur les Norovirus :

Les Norovirus (virus de la famille des Caliciviridae et du genre Norovirus), sont la principale cause de gastro-entérite aiguë (dans environ 20 % des cas). Le genre Norovirus comprend 5 génogroupes parmi lesquels les génogroupes I, II et IV concernent l'homme. Selon les experts, ces flambées sont généralement en rapport avec une concentration de personnes confinées dans une petite zone, un lavage insuffisant des mains et avec les conditions d'hygiène (insuffisantes) des repas buffets. Actuellement, le Norovirus le plus souvent impliqué est une souche du génogroupe II et du génotype 4. De nouvelles souches apparaissent environ tous les 2 à 4 ans.

L'homme est le réservoir des Norovirus humains. Ces virus persistent dans le milieu extérieur et ils sont résistants aux traitements d'épuration qu'ils soient physiques ou chimiques. L'environnement sera contaminé par des rejets humains. Les Norovirus, présents dans les rejets, peuvent contaminer les eaux ainsi que divers aliments. Toutes les formes d'aliments peuvent être impliqués : eau de boisson ou de distribution, coquillages ou autres denrées animales, végétaux, aliments crus ou non transformés, produits consommés en l'état ou utilisés comme ingrédients dans un produit élaboré (huîtres, salades, fruits ou produits dérivés comme les glaces ou coulis, sandwiches, etc). Les épidémies sont caractérisées par leur apparition soudaine et leur résolution rapide. 

La gastro-entérite à  Norovirus  cause des vomissements, de la diarrhée et de la fièvre ; les symptômes peuvent durer jusqu'à trois jours.

D'une manière générale, il est rappelé aux voyageurs qu'ils peuvent réduire le risque de gastro-entérite en suivant de simples précautions :

  • se laver fréquemment les mains à l'eau et au savon, en particulier avant toute prise alimentaire ou après être allé aux toilettes ;
  • éviter l'usage des serviettes collectives ; ne manger que des aliments cuits et encore chauds ;
  • éviter de manger des aliments servis à la température ambiante ;
  • éviter la consommation de poissons, coquillages, ou fruits de mer autrement que bien cuits ou frits ;
  • peler soigneusement, à défaut cuire ou désinfecter les fruits et légumes ;
  • évitez les produits laitiers et les jus de fruits non pasteurisés ;
  • ne boire que de l'eau minérale en bouteille capsulée ou de l'eau traitée (par chloration, par Troclosène sodique ou par ébullition) ;
    les boissons gazeuses en bouteilles ou en boîtes commerciales scellées non ouvertes ainsi que les boissons faites à partir de l'eau bouillie servies très chaudes comme le café et le thé sont généralement sûres ;
  • ne pas consommer de glaçons, de crèmes glacées ou sorbets en vente publique.

Le Centre National de Référence des virus des gastroentérites décrit les mesures de prévention et d'hygiène à mettre en œuvre en cas d'épidémie à Norovirus.

Hygiène des mains :

La transmission féco-orale des Norovirus est essentiellement manu portée, c'est-à-dire transmise par les mains. L'hygiène des mains est donc essentielle, et nécessite un nettoyage au savon soigneux et fréquent. Ce lavage doit être systématique après contact avec des personnes malades ou des objets ou surfaces contaminés. Seule l'utilisation de solutions hydro-alcooliques (SHA) assurera une désinfection des mains. Il est recommandé d'utiliser une SHA répondant à la norme de virucidie NF EN-14476 en respectant les bonnes pratiques d'utilisation (désinfection de mains propres et sèches, application sur la totalité des mains, respect de la dose et du temps d'application).

Hygiène des locaux et des surfaces :

Les norovirus sont très résistants dans l'environnement. Les surfaces contaminées doivent être traitées en deux temps :

  • nettoyage soigneux avec un détergent et de l'eau chaude,
  • désinfection, en utilisant du matériel de nettoyage (éponges ou autres lingettes) jetable.

Le traitement des surfaces doit être quotidien en particulier dans les salles de bain, au niveau des points d'eau, dans les toilettes. On prêtera particulièrement attention aux objets fréquemment en contact avec les mains, tels que poignées de porte, robinets, cuvettes de toilettes, téléphones, rampes d'escaliers… Le nettoyage des vomissements et des projections de selles doit être immédiat avec le port de gants et d'un tablier

Tous les désinfectants ne sont pas efficaces contre les norovirus. A titre d'exemple la base de données Prodhybase ne propose pas de désinfectants de surfaces répondant à la norme EN-14476.  

L'eau de Javel reste donc le désinfectant de référence du fait de son pouvoir virucide sur les norovirus. Elle s'utilisera après un nettoyage soigneux des surfaces à désinfecter. On utilisera de l'eau de javel à 2,6% diluée au 1/5, avec respect d'un temps de séchage de 10 min. On préféra l'emploi de bidons d'eau de Javel à 2,6% plutôt que celle de berlingots à 9,6% qui exigent une étape de dilution supplémentaire.

Les linges de lit et couvertures, les linges de toilette, les vêtements, les rideaux, les coussins, les serpillières souillées, doivent être nettoyés à l'eau chaude et au détergent (en lave-linge à haute température) ; les moquettes, fauteuils et matelas contaminés, à l'eau chaude savonneuse suivi d'un nettoyage vapeur. L'aspirateur doit être évité car il favorise la diffusion des virus.

Hygiène des zones de préparation des repas :

L'application de mesures d'hygiènes strictes (lavage soigneux des mains, port de gants à usage unique) lors de la préparation des aliments doit être respectée, en particulier dans les collectivités, ainsi que l'éviction du personnel malade dès l'apparition des premiers symptômes et pendant 48 heures après la disparition des symptômes. Tous les produits alimentaires susceptibles d'avoir été exposés à des vomissements ou à des projections, ou manipulés par des personnes malades, doivent être jetés. Les surfaces contaminées doivent être soigneusement lavées à l'eau chaude et au détergent, puis désinfectées à l'eau de javel 2,6% diluée au 1/5, fraichement préparée.

Source : Outbreak News Today.