Fièvre pourprée des montagnes Rocheuse signalée en Basse-Californie au Mexique Médecine des voyages

Publié le 29 juin 2021 à 17h32

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Mexique, il a été rapporté 8 décès chez des enfants et adolescents par fièvre pourprée des montagnes Rocheuses en Basse-Californie depuis le début de l'année 2021. Au 21 juin 2021, 23 cas positifs ont été signalés dans l'Etat dont les 8 décès. Six de ces cas étaient ont été signalés à Mexicali (quartier de Rio Hardy), Guadalupe Victoria et Ejido Nuevo Leon.

Rappel sur la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses :

La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses est une maladie grave connue aux États-Unis depuis 1918. Ces 50 dernières années, environ 250 à 1 200 cas ont été rapportés annuellement. Ces nombres sont probablement sous-estimés, de nombreux cas n'étant pas signalés (Centers for Disease Control and Prevention).

La maladie est endémique aux États-Unis (surtout dans les Rocheuses, le Centre et le Sud), au Canada, au Mexique et dans certains pays d'Amérique Centrale et du Sud. Elle est également connue au Brésil sous le nom de "febre maculosa", typhus exanthématique de Sao Paulo, typhus du Minas Gerais, ou fièvre pourprée brésilienne. Plus de 90 % des patients présentant la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses sont infectés entre le mois d'avril et le mois d'août. Cette période correspond à la saison d'augmentation des effectifs des populations de tiques.

La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses est provoquée par Rickettsia rickettsii, une bactérie transmise à l'homme par la morsure d'une tique dure du genre Dermacentor.

Les symptômes de la maladie associent une fièvre, des maux de tête, des douleurs articulaires et musculaires, une éruption cutanée suivie d'une croûte sombre sur le site de la morsure de tique. La maladie répond bien au traitement antibiotique (doxycyline).

Pour éviter la contamination par les piqûres de tiques, le voyageur doit prendre certaines précautions :

  • rester sur des sentiers balisés et éviter les buissons, zones boisées et humides ;
  • préférer des vêtements couvrants (pantalon, manches longues, chaussures fermées, chaussettes remontant sur le bas des pantalons), le port de vêtements clairs permettant de repérer plus facilement les tiques ;
  • traiter éventuellement les vêtements avec un insecticide ;
  • protéger les zones de peau exposées avec un répulsif à base de DEET ;
  • en fin d'activité, inspecter toutes les parties du corps, afin d'enlever une éventuelle tique dès que possible ;
  • extraire la tique à l'aide d'un tire-tique disponible en pharmacie, ou d'une pince-à-épiler ;
  • éviter d'écraser la tique, de la brûler ou d'appliquer diverses substances ;
  • de laver et désinfecter la zone de piqûre et les mains.

En cas de fièvre, de rougeur de la peau ou d'autres symptômes apparaissant après une piqûre de tique, le voyageur doit consulter rapidement un médecin.

Sources : ProMED ; Outbreak News Today.