Cas de tularémie en Espagne après exposition à des écrevisses Médecine des voyages

Publié le 17 août 2021 à 10h30

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Espagne, 4 personnes qui avaient pêché ou manipulé des écrevisses piégées dans la rivière Jalon, dans les environs de Cetina (province de Saragosse), ont présenté un syndrome infectieux associant de la fièvre, un malaise général et des symptômes respiratoire, et des lésions ulcéreuses avec suppuration sur les mains accompagnées d'adénopathie axillaire 3 à 5 jours après l'exposition aux écrevisses. Ce tableau clinique est compatible avec une forme ulcéro-ganglionnaire la tularémie. La confirmation biologique est en cours.

En Aragon, si l'étiologie est confirmée, ce serait le premier foyer de cas groupés d'infection à Francisella tularensis, bien qu'en 2014 et 2016 deux cas isolés aient été signalés à Saragosse, dont un avec des antécédents d'exposition à une morsure de tique et une autre après contact avec des animaux.

Commentaires : Une épidémie de tularémie ulcéro-ganglionnaire associée à la pêche d'écrevisses (Procambarus clarkii) avait déjà été décrite en Espagne en 1998. Elle concernait 19 personnes qui avaient eu un contact avec des écrevisses pêchées en rivière au cours de la période du 13 au 31 juillet 1998, soit au cours d'une pêche à la main (pratique interdite), soit lors du nettoyage de ces crustacés..

Rappels sur la tularémie :

La tularémie est une maladie causée par la bactérie Francisella tularensis, potentiellement mortelle qui peut infecter les animaux à sang chaud, les chiens, chats, lapins, lièvres, les campagnols et les castors et les humains. Les animaux infectés excrètent la bactérie dans leurs selles et urine, et de très nombreuses bactéries sont présentes dans les carcasses. La bactérie peut persister pendant de longues périodes de temps dans l'eau, le sol et les carcasses.

 

L'homme peut être infecté à la suite d'un contact avec un animal, en touchant le sol contaminé, en consommant de la viande de chasse mal cuite ou en buvant de l'eau contaminée. La bactérie peut aussi être transmise lors d'une morsure de tique infectée.
Les symptômes de la tularémie comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des vomissements, une toux sèche et des difficultés respiratoires.

Quelques précautions sont à prendre :

  • éviter de chasser dans les zones où du petit gibier mort a été trouvé ;
  • porter des gants lors de la manipulation du petit gibier, et se laver les mains après avoir retiré les gants ;
  • faire bien cuire toutes les viandes de gibier ;
  • les US Centers for Disease Control and Prevention recommandent d'utiliser des masques pour tondre la pelouse afin de réduire le risque d'inhalation des bactéries.

Source : Promed.