La cyclosporose poursuit sa progression aux Etats-Unis Médecine des voyages

Publié le 2 oct. 2021 à 10h34

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Aux Etats-Unis les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont signalé 156 cas supplémentaires de Cyclosporose au cours du mois dernier. Cela porte le total des cas depuis mai 2021 à 1 020 cas. Il s'agit des cas signalés chez des personnes qui n'avaient pas d'antécédents de voyages internationaux au cours de la période de 14 jours précédant l'apparition de la maladie. Ces cas ont été signalés dans 37 juridictions, dont 36 États et la ville de New York. Soixante-dix personnes ont dû être hospitalisées pour leur maladie

Les CDC indiquent qu'ils ont enquêté sur deux grandes épidémies de cyclosporose dans plusieurs États, l'une comprenant 40 maladies et l'autre 130, dans lesquelles les personnes malades ont déclaré avoir consommé divers types de légumes verts à feuilles. Les fonctionnaires des États et la Food and Drug Administration ont mené des enquêtes de traçabilité pour ces deux épidémies, mais aucune source de l'une ou l'autre épidémie n'a été identifiée.

Des cas de cyclosporose sont signalées toute l'année aux États-Unis, une augmentation des cas autochtones pendant les mois de printemps et d'été. Les précédentes épidémies de cyclosporose aux États-Unis ont été liées à divers types de produits frais, notamment le basilic, la coriandre, la laitue mesclun, les framboises et les pois mange-tout.

Rappel sur la cyclosporose :

La cyclosporose est causée par un parasite (Cyclospora cayetanensis) dont le seul réservoir connu est l'intestin de l'homme. Il se transmet selon un mode de contamination féco-orale, par l'intermédiaire d'aliments (crudités, fruits ...) ou d'eau contaminés (eau de boisson, natation / sports aquatiques). La transmission d'une personne à une autre est peu probable.

La période d'incubation est estimée entre 7 et 14 jours. Les symptômes d'une infection sont des diarrhées liquides, des vomissements, de la fatigue, des nausées et des crampes d'estomac. En l'absence de traitement, la plupart des malades ont des symptômes pendant 6 à 7 semaines.
Il existe un risque de forme grave et/ou de manifestations prolongées chez le jeune enfant, la personne âgée et en cas de déficit immunitaire.
En cas de symptômes il faut consulter un médecin pour un éventuel traitement antibiotique et veiller à bien boire pour compenser les pertes en eau (en particulier lors de fortes chaleurs).

Conseil aux voyageurs :

Il peut être difficile de prévenir une infection à Cyclospora car le lavage des produits ne permet pas toujours de se débarrasser du parasite qui provoque la maladie. Il est conseillé aux voyageurs de maintenir un niveau d'hygiène individuelle (en particulier une hygiène des mains), et de prendre des précautions d'hygiène alimentaire (éviter les crudités, ne boire que de l'eau minérale en bouteille capsulée ou a défaut traitée par chloration ou ébullition). 

En cas de possession de produits identifiés comme impliqués dans une épidémie lors d'enquêtes épidémiologiques, il est important de les éliminer et de bien laver et désinfecter les conteneurs et les tiroirs ou étagères de réfrigérateur qui ont servi à stocker les produits rappelés avant de les utiliser à nouveau.

Source : Outbreak News Today.