Infections invasives à streptocoque B et poissons d'eau douce à Hong Kong Médecine des voyages

Publié le 18 oct. 2021 à 20h09

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

A Hong Kong le Centre for Health Protection (CHP) du ministère de la Santé (DH) a déclaré le 18 octobre 2021 qu'il suivait l'enquête épidémiologique sur une recrudescence des cas d'infections invasives à streptocoques du groupe B (SGB)Le CHP a reçu des rapports de l'administration hospitalière selon lesquels en septembre et en octobre (au 10 octobre) respectivement 58 et 21 patients ont été hospitalisés avec des infections invasives à SGB, alors qu'au cours des trois années précédentes on identifiait entre 9 à 26 cas mensuels. Les 79 cas concernent 42 hommes et 37 femmes âgés d'un mois à 96 ans. Ils ont principalement présenté des septicémies, des méningites, des arthrites septiques ou des abcès/cellulites.
 
Les investigations montrent que certains des patients ont manipulés des poissons d'eau douce avant l'apparition de l'infection. Certains d'entre eux ont déclaré avoir s'être blessés aux mains lors de ces manipulations.
 
Les analyses de laboratoire ont montré qu'au moins 32 cas impliquaient un SGB du sérotype III de séquence 283 (ST-283), dont la séquençe génétique était identique à celles de SGB isolés d'échantillons de poisson et d'environnement prélevés sur les marchés fréquentés par certains des malades. Le CHP considère que la manipulation de poissons d'eau douce frais avec des blessures aux mains ou la consommation de poissons d'eau douce insuffisamment cuits peuvent être à l'origine de l'infection.
     
Rappels sur le Streptocoque de groupe B ST-283 :

Streptococcus agalactiae (streptocoque du groupe B, SGB) est une bactérie fréquemment hébergée dans les voies intestinale et génito-urinaire chez l’Homme. Elle est responsable d’infections néonatales sévères et d’infections invasives variées (infections urinaires, septicémies, pneumopathies, endocardites, infections articulaires …). Chez l’adulte, l’immunodéprimé et la personne âgée sont particulièrement concernées. Le SGB est également un pathogène vétérinaire. Il est responsable d’infections invasives chez les mammifères terrestres comme les bovins, les chiens et les chats et les espèces aquatiques ou semi-aquatiques, y compris chez les poissons d'élevage.

Le SGB de sérotype III et de séquence type ST-283 est une souche particulière considérée comme émergente en Asie du Sud Est. En 2015, à Singapour,  une importante épidémie d'infections invasives graves à SGB ST-283 a été rapportée chez des adultes. Son analyse a montré qu’elle était épidémiologiquement liée à la consommation de poisson d'eau douce cru. La gravité des infections constatées (méningites, arthrites septiques) y compris chez des adultes jeunes sans antécédent particulier a fait considérer cette souche comme « hypervirulente ». Aucune autre épidémie de SGP ST-283 n’a été rapportée à ce jour. Avant 2015, le SGB ST-283 avait été identifié comme responsable d’infections graves à Hong Kong et en France (2 cas). Mais, plusieurs études rétrospectives menée par la suite ont montré que SGB ST-283 a émergé en Asie du Sud-Est  (Hong-Kong, Laos, Chine, Vietnam, Thaïlande) dans les années 90. Chez les poissons d’eau douce, ce clone a été identifié dans de nombreux pays du Sud Est Asiatique (Singapour, Thaïlande, Viet Nam , Chine, Malaisie). Il a également été isolé au Brésil, la filière aquacole de ce pays ayant été contaminée lors d’importations de poissons vivants de Singapour.

Les Streptocoques du groupe B survivent bien à une congélation à -20°C. Face à l’engouement des préparations à base de poissons crus telles que le ceviche ou le namasu en plus des traditionnels sushi et sashimi, une augmentation de la fréquence d’exposition des consommateurs européens au SGB n’est pas à exclure.

Pour prévenir l'infection par cette souche de SGB, il est nécessaire de respecter l'hygiène personnelle, alimentaire et environnementale, de garder les mains propres et de pratiquer un bon soin des plaies à tout moment. Il est en particulier recommandé de :

  • Porter des gants lors de la manipulation de poissons ou de fruits de mer d'eau douce frais et d'éviter que des plaies entrent en contact avec des poissons ou des fruits de mer d'eau douce crus ;
  • Évitez de manger du poisson ou des fruits de mer d'eau douce crus ; 
  • Éviter tout contact de la peau avec de l'eau sale lors de la visite d'un marché humide et maintenir une bonne hygiène des mains.

Source : Centre for Health Protection, Department of Health, The government of the Hong Kong special administrative region.