Cas de fièvre récurrente à tiques signalés en Israël Médecine des voyages

Publié le 15 jan. 2022 à 15h36

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Israël, l'Office de santé du sous-district de Hadera, dans le district d'Haïfa, et les services vétérinaires à Umm al-Fahm ont rapporté que 2 habitants de la ville ont présenté une fièvre récurrente à tiques (Borreliose) après avoir séjourné dans une grotte de la région de Al-Sharaya. Les patients ont été hospitalisés pendant 5 jours. En conséquence, les services vétérinaires d'Umm al-Fahm et la municipalité ont averti les randonneurs de la région d'Al-Sharaya de ne pas entrer dans les grottes en raison de la gravité de cette maladie.

Rappels sur la fièvre récurrente à tiques :

La fièvre récurrente à tiques est une infection due à une espèce de spirochètes (Borrelia), transmise à l'homme par des arthropodes vecteurs (tiques molles du genre Ornithodorus) et caractérisée par des épisodes fébriles récurrents.
Les tiques vivent dans les terriers des rongeurs, et contaminent les bergers, les randonneurs, les touristes visitant les parcs nationaux. La bactérie est transmise à l'homme par la salive des tiques lors d'un repas sanguin, et par les sécrétions coxales contaminant le site de piqûre.

Après 2 à 18 jours d'incubation, les symptômes apparaissent (fièvre, frissons et douleurs diffuses). La fièvre chute après quelques jours, et augmente de nouveau pendant 2 à 3 jours, après des périodes d'accalmies de 7 à 9 jours (d'où le nom de « fièvre récurrente ». On parle aussi de « récurrences fébriles »).

Pour éviter les piqûres de tiques, le voyageur doit prendre certaines précautions :

  • Rester sur des sentiers balisés et éviter les buissons, zones boisées et humides.
  • Préférer des vêtements couvrants (pantalon, manches longues, chaussures fermées).
  • Traiter éventuellement les vêtements avec un insecticide.
  • Protéger les zones de peau exposées avec un répulsif à base de DEET.
  • En fin d'activité, inspecter toutes les parties du corps, afin d'enlever une éventuelle tique dès que possible. Il faut extraire la tique à l'aide d'un tire-tique disponible en pharmacie, ou d'une pince-à-épiler. Il faut éviter d'écraser la tique, de la brûler ou d'appliquer diverses substances.

Pour le voyageur, en cas de fièvre, de rougeur de la peau ou d'autres symptômes nouveaux après une piqûre de tique, consulter rapidement un médecin.

Source : ProMED.