Mise en garde contre le paludisme à Plasmodium knowlesi en Thaïlande Médecine des voyages

Publié le 8 mai 2022 à 10h08

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Les responsables de la santé en Thaïlande mettent en garde le public contre le paludisme à Plasmodium knowlesi, une souche qui peut être transmise du singe à l'homme. Le département de contrôle des maladies a déclaré que les personnes élevant des singes ou vivant à la lisière des forêts courent un risque accru de contracter le paludisme à Plasmodium knowlesi, la cause la plus fréquente de paludisme humain dans la région.

Les premiers cas ont été signalés en Thaïlande en 2004 et environ 10 cas par an sont découverts tous les ans. Cependant, du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022, 70 cas de paludisme dus à ce type d'infection ont été recensés.

Les 3 endroits où le nombre de cas est le plus élevé sont les provinces de Ranong, Songkhla dans le sud et Trat dans l'est de la Thaïlande.

Plasmodium knowlesi est un parasite responsable du paludisme transmis en Asie du Sud-Est, principalement en Malaisie (Bornéo, péninsule), Indonésie, Philippines, Thaïlande et Birmanie chez des personnes vivant dans les forêts et à la lisière des bois. Les cas chez les voyageurs sont très rares. 

Source : Outbreak News Today.