Le risque de fièvre de la vallée du Rift en Afrique

medecinedesvoyages.net

Le service de médecine tropicale du Centre hospitalier universitaire de Bordeaux vient de signaler un cas de fièvre de la vallée du Rift chez un voyageur âgé de 21 ans de retour du Zimbabwe, où il avait visité la région rurale de Marondera [la province orientale de Mashonaland] du 17 juillet au 11 août 2011.

La fièvre de la vallée du Rift (RVF pour Rift Valley Fever) est une zoonose virale (affectant principalement le bétail, provoquant avortement, malformation foetale et baisse de la lactation) transmise par la piqûre d'un moustique infecté. Elle est causée par le virus de fièvre de la vallée du Rift, un virus appartenant à la famille des Bunyaviridae, genre Phlebovirus. Elle est transmissible à l'homme par une piqûre de moustique ou par contact avec des produits animaux contaminés. Elle provoque principalement un syndrome pseudo-grippal ; cependant, certains patients développent une fièvre hémorragique, des troubles neurologiques ou une cécité après l'épisode fébrile.

La fièvre de la vallée du Rift est endémique dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne et a causé des épidémies majeures dans plusieurs pays, notamment au Kenya, en Tanzanie, en Somalie, en Afrique du Sud, à Madagascar, en Égypte, au Soudan, en Mauritanie, au Sénégal et également en Arabie saoudite et au Yémen. Dans les zones endémiques, les moustique du genre Aedes, tels que Ae. mcintoshi ou Ae.vexans, servent de vecteurs et de réservoir de virus. Les pluies abondantes ou l'inondation des berges lors de la construction de barrages contribuent à la pullulation vectorielle ; certaines espèces de moustiques, comme Culex pipiens, jouent un rôle amplificateur dans la diffusion du virus et dans sa transmission aux ruminants et aux humains. Dans les zones à risque, il est recommandé aux voyageurs d'utiliser des répulsifs durant la journée.

Source: Promed.

Pages associées