Situation de la pandémie de COVID-19 - N°19 - 8 juin 2022 Région OMS Pacifique occidental (Partie 2)

Publié le 10 juin 2022 à 22h01

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce.
- Médecin épidémiologiste.

Liens d'intérêt

- Pas de lien d'intérêt avec l'industrie du médicament

Région OMS du Pacifique occidental

La Corée du Nord et cinq territoires et micro-états insulaires (Nauru, Niue, Pitcairn, Tokelau, Tuvalu) de la région OMS du Pacifique occidental n'ont toujours pas déclaré de cas à l'OMS (Figures 3 et 20). L'archipel néo-zélandais de Chatham et Pitt a été touché pour la première fois en 2022 avec 2 cas confirmés les 5 et 6 mars [Référence 2].

Cependant la Corée du Nord fait état de 2,4 millions de malades et 66 décès d'une « fièvre non-identifiée » qui se répand depuis fin avril. Le pays n'a pu diagnostiquer que quelques cas de Covid-19, du fait du manque de tests. Aucune déclaration officielle de cas et de décès par Covid n'a été faite à l'OMS. Après deux ans de dénégation, le pays a cependant reconnu les premières infections au variant omicron du virus SARS-CoV-2 vers mi-mai 2022. La population du pays se compose de 26 millions d‘habitants totalement non vaccinés. Le système de santé est l'un des moins développés du monde [Référence 4].

Dans cette région OMS on observe depuis le dernier point de situation du 12 décembre 2021 (semaine 48) une très forte augmentation des cas et des décès déclarés jusqu'en semaine 18-2022, avec un pic de cas et de décès en semaine 11-2022 (Figure 10).

L'évolution quotidienne des taux de cas déclarés pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants dans les pays ayant déclaré le plus de cas et décès par Covid-19 dans cette région est présentée par ordre croissant de la date d'apparition du premier cas (Figures 11 à 19).

Cette région OMS longtemps relativement épargnée par la pandémie est à son tour atteinte depuis décembre 2021 par la « vague mondiale Omicron ». Dans l'ensemble des pays on observe une forte recrudescence de courte durée des cas et des décès par rapport aux périodes précédentes, en particulier dans ceux qui appliquait la stratégie « Zéro Covid » comme la Chine. Dans ce pays on observe une première recrudescence dans le territoire de Hong-Kong à partir de février 2022 dont le pic est atteint vers mi-mars et une deuxième recrudescence dans le reste de la Chine continentale en particulier à Shanghai dont le pic est atteint vers mi-avril 2022 (Figure 11).

La vague de Hong-Kong, cinquième depuis 2020, a fait l'objet d'une publication qui décrit les leçons tirées à partir des données du 31 décembre 2021 au 23 mars 2022 [Référence 5]. Cette vague a fait le 23 mars 6 356 morts de Covid-19 et 1 075 519 cas (14,5 % de la population). Les autorités sanitaires de Hong-Kong estiment que, compte-tenu des cas non testés et non signalés, 30 à 40 % de la population a été touchée par le variant Omicron. Le 8 mai 2022 le nombre de cas depuis le 31 décembre 2021 est égal à 1 194 136 et celui des décès est égal à 9 133 (données OMS). Avant cette vague, Hong-Kong avait réussi à rester quasiment exempte de cas de Covid-19 par l'application d'interventions non pharmaceutiques modérées et des mesures strictes de contrôle aux frontières, permettant le maintien d'activités économiques et sociales relativement normales. Sans confinement complet de la ville, les variants Alpha et Delta du SRAS-CoV-2 ont été efficacement contenus. Le premier cas de Covid lié au variant Omicron est apparu fin novembre 2021, puis le nouveau sous-variant BA.2 hautement transmissible d'Omicron a dépassé les efforts de confinement du virus dans un hôtel de quarantaine avec diffusion communautaire explosive à partir d'un super-propagateur fin décembre 2021.

La première leçon est que le sous-variant BA.2 :

  • est le plus transmissible de tous les variants de SARS-CoV-2, avec une durée d'excrétion du virus raccourci d'au moins 48 heures ;
  • échappe en partie aux vaccins Covid dans la population de Hong-Kong pourtant vaccinée en mars 2022 à 91 % par une dose, à 81 % par 2 doses et plus d'un tiers par une troisième dose de l'un des deux vaccins utilisés, SinovacÓ (~60 %) et Comirnaty© (~40 %) ; le vaccin SinovacÓ, le plus utilisé, provoque une protection très faible après une injection et il est moins protecteur contre Omicron après 2 et même 3 injections, avec des « breakthrough infections » (« infections de percée » en français), le vaccin ne réussissant pas à fournir une immunité complète contre l'agent pathogène ;
  • est à l'origine de réinfections qui ne sont pas rares, environ 500 personnes durant cette vague ;
  • est peu pathogène provoquant plus de 99 % de formes cliniques non ou peu symptomatiques, rendant plus difficiles l'identification des sujets infectés et donc l'application de la politique « zéro Covid ».

La deuxième leçon est que la mortalité extrêmement élevée de cette 5ème vague (plus de 6 000 décès le 23 mars 2022 et plus de 9 000 décès le 8 mai 2022) s'explique en grande partie (96 % des cas) par les décès de sujets âgés de 60 ans et plus non ou incomplètement vaccinés. Le nombre de décès par million personnes augmente avec l'âge. Il atteint 8 619 décès par million chez les 80 ans et plus (Figure 12 tirée de la référence 5). On observe les mêmes tendances pour les hospitalisations simples, les hospitalisations en soins intensifs et lorsque l'on stratifie selon le statut vaccinal avec dans cette situation des taux significativement moins élevés chez les personnes les mieux vaccinées comparées à celles non vaccinées. Les avantages de la vaccination étaient plus importants dans les groupes relativement jeunes, plus vaccinés avec le vaccin Comirnaty©. Par ailleurs peu de vaccinés avec 3 doses de Comirnaty© ou avec 2 doses de Sinovac© plus une dose de Comirnaty© étaient décédés. Plusieurs mesures ont été décidées par les autorités pour réduire le nombre de décès des personnes âgées, en premier lieu la mise en œuvre d'une campagne de vaccination d'urgence avec le vaccin Comirnaty©. Cette décision est confortée par la situation de Singapour où :

  • le nombre de décès est moins élevé qu'à Hong-Kong (72 décès par million d'habitants à Singapour et 1 209 décès par million d'habitants à Hong-Kong entre le 31 décembre 2021 et le 23 mars 2022) et,
  • la vaccination anti-Covid est très élevée également mais avec plus de 94 % de sujets de 60 ans et plus complètement vaccinés avec un vaccin à ARN messager (Figure 17).

La troisième leçon est que l'infection à sous-variant BA.2 est fréquente chez les enfants, mais pas particulièrement pathogène. La vaccination est le moyen le plus efficace pour protéger les enfants.

La quatrième leçon est que l'utilisation des tests antigéniques rapides (TAR), avec une réponse en 15-20 minutes, a joué un rôle important pour identifier et isoler les personnes infectées.

La cinquième leçon est que le système de santé a été certes soumis à une pression énorme mais ne s'est pas effondré, malgré l'infection durant la période d'analyse de 20 % (15 700) de l'ensemble du personnel des hôpitaux publics. La moitié de ces personnes avaient repris le travail 17 mars 2022.

La sixième leçon est que la stratégie de prise en charge à domicile (programme « StayHomeSafe ») est viable, rentable et réalisable pour de nombreuses personnes infectées avec ce variant et leurs contacts proches. Compte-tenu de la durée d'excrétion virale plus courte du sous-variant BA.2, l'isolement dans les dortoirs universitaires, les hôtels de quarantaine et les hôpitaux de fortune est également plus court. Mais en raison du nombre très élevé de cas et contacts étroits ces installations ne sont pas suffisantes et parfois plus favorables à la transmission à partir d'un seul cas d'infection accidentelle, comme celle à l'origine de cette 5ème vague. L'isolement et la quarantaine à domicile sont donc les options les plus adaptées à un sous-variant très transmissible.

L'épidémie dans les trois territoires français du Pacifique a progressé depuis le 12 décembre 2021 comme dans le reste du monde en lien avec le variant Omicron, excepté à Wallis et Futuna qui est « Covid free » depuis juillet 2021 en rapport avec un contrôle strict des entrées et sorties des voyageurs avec période de confinement et dépistage. Si le nombre de cas en Polynésie française (environ 73 000 cas) et en Nouvelle-Calédonie (61 000 cas) a beaucoup augmenté. Les décès cumulés par million, qui restent parmi les plus élevés dans le Pacifique avec le territoire américain de Guam (2 103), l'État américain d'Hawaï (1 007) et les Fidji (955), ont peu évolué depuis décembre 2021 (2 178 [+40] pour la Polynésie française, 1 147 [+117] pour la Nouvelle-Calédonie) en lien avec la vaccination anti-Covid et la moindre pathogénicité du variant Omicron (Figures 21 et 24).

Dans ces 3 territoires français, les proportions de personnes de tous âges complètement vaccinées se sont améliorées depuis décembre 2021, égale à 66,2 % [+3 %] en Nouvelle-Calédonie, à 60,2 % [+6,4 %] à Wallis et Futuna et à 81,0% [+11,5 %] en Polynésie française (figure 24) (Santé publique France, ARS Outre-mer, Présidence de la Polynésie française).

 

Figure 10 : Évolution hebdomadaire des cas et des décès de Covid-19 déclarés dans la région OMS du Pacifique occidental entre le 4 janvier 2020 et le 8 mai (semaine 18) 2022 (OMS, Google Covid, Nextstrain / ncov)

 

Figure 11 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants en Chine entre le 4 janvier 2020 et le 8 mai 2022 (OMS, Nextstrain / ncov)

 

Figure 12 : Décès, hospitalisations, prise en charge en soins intensifs (ICU) Covid-19 variant Omicron selon l'âge et décès selon l'âge et le statut vaccinal à Hong-Kong du 31 décembre 2021 et 23 mars 2022 (Figure 2 de la Référence 5)

 

Figure 13 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants en Corée du Sud entre le 20 janvier 2020 et le 8 mai 2022 (OMS, Nextstrain / ncov)

 

Figure 14 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants au Japon entre le 20 janvier 2020 et le 8 mai 2022 (OMS, Nextstrain / ncov)

 

Figure 15 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants en Australie entre le 20 janvier 2020 et le 8 mai 2022 (OMS, Nextstrain / ncov)

 

Figure 16 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants à Taïwan entre le 21 janvier 2020 et le 8 mai 2022 (Ministère de la santé de Taïwan, Nextstrain / ncov)

 

Figure 17 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants à Singapour du 24 janvier 2020 au 8 mai 2022 (OMS ; Google-Covid, Nextstrain / ncov)

Figure 18 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants aux Philippines du 30 janvier 2020 au 8 mai 2022 (OMS ; Google-Covid, Nextstrain / ncov)

 

Figure 19 : Évolution quotidienne lissée sur 7 jours (moyenne mobile) des cas de Covid-19 pour 100 000 habitants et des décès par million d'habitants en Nouvelle-Zélande du 28 février 2020 au 8 mai 2022 (OMS, Nextstrain / ncov)

 

Figure 20 : Nombre de cas cumulés de Covid-19 déclarés dans les pays et territoires du Pacifique le 8 mai 2022 (OMS, CDC)

 

Figure 21 : Décès cumulés de Covid-19 déclarés par million d'habitants dans les pays et territoires du Pacifique le 8 mai 2022 (OMS, CDC)

 

Page précédente (Partie 1) Page suivante (Partie 3)