Manifestations et blocages routiers en Equateur : mise à jour Médecine des voyages

Publié le 17 juin 2022 à 16h49

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Equateur, en raison des protestations de la communauté indigène, de nombreuses routes du pays sont fermées, notamment dans la région naturelle de la Sierra, notamment dans les provinces de Pichincha, Cotopaxi, Pastaza, Tungurahua, Chimborazo, Azuay, El Oro et Loya, où de nombreuses routes sont bloquées.

Le gouvernement équatorien vient de décréter l'état d'exception dans les provinces de Pichincha, dont Quito est la capitale, d'Imbabura et de Cotopaxi.

Cette mesure entraîne l'instauration d'un couvre-feu de 22h à 5h dans la capitale à compter du 18 juin.

Cette décision intervient dans le contexte de mobilisation générale illimitée déclarée par la Confédération des nationalités indigènes d'Equateur (CONAIE). Cet appel se traduit par des affrontements sporadiques, des barrages improvisés et la fermeture de routes, en particulier dans les provinces andines du pays (Pichincha, Cotopaxi, Imbabura, Tungurahua, Chimborazo, Carchi).

La route desservant l'aéroport de Quito peut être affectée par ces blocages.

Il est conseillé aux voyageurs de ne pas se déplacer dans ces régions sauf pour des raisons d'extrême urgence, et pas avant de vérifier que les routes sont praticables.

Sources : Viaggiari Sicuri, Ministero degli Affari Esteri e della Cooperazione Internazionale ; France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des affaires étrangères.