Situation de la fièvre hémorragique d'Argentine dans la province de Buenos Aires, Argentine Médecine des voyages

Publié le 1 juil. 2022 à 08h01

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Argentine, la province de Buenos Aires a enregistré le plus grand nombre de cas confirmés de fièvre hémorragique d'Argentine (FHA) au cours des 10 dernières années selon le ministère de la Santé. Jusqu'à présent cette année 75 cas suspects ont été signalés, dont 12 ont été confirmés (15%), 27 écartés et 40 qui restent comme des cas suspects avec des résultats non concluants en attente de 2e échantillons pour des études sérologiques complètes. Mi-avril 2022, une femme de 42 ans est décédée des suites de la maladie.

Il a été indiqué que seuls 4 confirmés n'ont pas reçu de transfusion de plasma immun convalescent. Aucune des 12 personnes infectées n'avait d'antécédents de vaccination avec le vaccin Candid #1 pour prévenir la maladie et qui est gratuite et obligatoire pour tous les résidents de la zone d'endémie de Buenos Aires.

Par ailleurs le gouvernement de la province de Córdoba, dans le centre-sud de l'Argentine, a annoncé cette semaine que deux personnes avaient contracté la fièvre hémorragique argentine depuis le début de l'année. Les personnes concernées vivent dans les villes de Bell Ville et Laborde.

Pour la même période en 2021, 15 cas suspects et un cas confirmé avaient été enregistrés. C'est le nombre le plus élevé des 10 dernières années. L'augmentation des cas de la FHA a suscité des inquiétudes dans le nord de la province de Buenos Aires avec la confirmation des infections dans les de quartiers de San Nicolás, Pergamino et Ramallo qui sont des zones d'endémie.

Rappels sur la fièvre hémorragique d'Argentine :

La fièvre hémorragique d'Argentine, également connue sous le nom de « mal de los Rastrojos ») est une zoonose provoquée par le virus Junin, un Arenavirus de la famille des Arenaviridae. Son vecteur et hôte réservoir est une espèce de rongeur, la souris du maïs (Calomys musculinus et Akodon azarae). La zone d'endémie couvre environ 150 000 km2, ce qui correspond aux provinces de Buenos Aires, de Córdoba, Santa Fe et la Pampa, soit une population exposée d'environ 5 millions de personnes. L'infection est transmise par contact de la peau ou des muqueuses, ou par l'inhalation de particules infectées. Elle se rencontre surtout chez les personnes qui vivent ou qui travaillent dans les zones rurales, 80 % des personnes infectées sont des hommes entre 15 et 60 ans.

La durée d'incubation de la maladie varie entre 10 et 12 jours, puis apparaissent les premiers symptômes : fièvre, maux de tête, faiblesse, et perte d'appétit. Puis apparaissent des signes de gravité : hémorragies, troubles vasculaires, rénaux, hématologiques et neurologiques. La mortalité de la fièvre hémorragique d'Argentine atteint 15 à 30 %.

La prévention des cas humains est la même que pour hantavirus : éviter les activités qui résultent des contact avec des aérosols dans les zones où les hôtes rongeurs sont présents.

Sources : ProMED ; Outbreak News Today.