Le paludisme au Pérou Médecine des voyages

Publié le 11 août 2022 à 21h52

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Pérou, le National Center for Epidemiology, Prevention and Control of Diseases (CDC Peru) du ministère de la Santé du Pérou (Minsa), appelle la population à utiliser des mesures de prévention et à éviter la propagation du paludisme dans les zones de transmission, en raison de l'augmentation des cas signalés. Une alerte épidémiologique a été publiée la première semaine d'août 2022.

Le CDC Peru a indiqué qu'au cours de la semaine épidémiologique 30, 15 381 cas de paludisme ont été signalés depuis le début de l'année 2022. Ces notifications incluent 4 décès par transmission autochtone ; dont 3 décès chez de jeunes enfants. Les départements qui présentent le plus grand nombre de cas sont : Loreto (12 621), Junín (1 733) et Amazonas (754).

Recommandations pour les voyageurs :

  • Protection personnelle anti-vectorielle dans toutes les zones à risque (moustiquaire imprégnée d’insecticide, répulsifs cutanés sur les parties du corps non couvertes, en complément du port de vêtements amples, couvrants et légers)
  • Pas de chimioprophylaxie pour les voyages touristiques conventionnels
  • Une chimioprophylaxie est cependant recommandée en cas d'exposition particulière au risque ou de risque de forme grave de paludisme
  • Dans tous les cas, une consultation en cas de fièvre pendant le séjour ou au retour est recommandée.

Source : Outbreak News Today