Rappel de lait cru en Californie à cause de la présence de la présence de Campylobacter Médecine des voyages

Publié le 30 sept. 2022 à 07h23

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Aux États-Unis, le lait cru de brebis produit et conditionné par Valley Milk Simply Bottled basé à Modesto dans le comté de Stanislaus en Californie fait l'objet d'un rappel et d'une mise en quarantaine à l'échelle de l'État après que des tests effectué par le département de l'alimentation et de l'agriculture de Californie ont révélé la présence de la bactérie Campylobacter jejuni dans le produit. Le lait de la ferme laitière de Modesto est livré chaque semaine à plus de 25 endroits en Californie. La loi fédérale interdit le transport et la vente de produits laitiers crus entre les États.

Le lait de brebis cru est distribué dans des bidons en plastique d'un demi gallon (64 oz) et étiqueté comme "Valley Milk Simply Bottled Raw Sheep Milk". L'ordre de rappel s'applique aux produits marqués sur le contenant avec des dates de code d'expiration allant du 28 SEP 2022 au 01 OCT 2022.

Il est vivement conseillé aux consommateurs de se débarrasser de tout produit restant dans leur réfrigérateur. L'ordre actuel ne concerne pas le lait de vache cru ou le lait de chèvre cru de la ferme. Au moment de la publication de ce rappel, aucune maladie n'a été signalée.

Rappels sur la campylobactériose

La bactérie Campylobacter est une cause majeure de maladies diarrhéiques d'origine alimentaire chez l'homme et la cause bactérienne la plus courante de gastroentérite de part le monde. Le genre Campylobacter recouvre plusieurs d'espèces et sous-espèces, dont les plus fréquemment signalées comme à l'origine de maladies humaines sont Campylobacter jejuni (sous-espèce jejuni) et Campylobacter coli. Les espèces du genre Campylobacter se retrouvent dans le tube digestif de la plupart des animaux à sang chaud. Elles sont présentes chez les animaux destinés à l'alimentation humaine tels que volailles, bovins, porcs, ovins, autruches et crustacés, et chez les animaux de compagnie tels que chiens et chats.

La principale voie de transmission est alimentaire et passe par la consommation de viandes et de produits dérivés de la viande insuffisamment cuits ou encore de lait cru contaminés. L'eau ou la glace contaminée sont aussi des sources d'infection. Une certaine proportion des cas résulte du contact avec une eau contaminée dans le cadre d'activités récréatives.

Les symptômes de cette maladie apparaissent habituellement deux à cinq jours après l'infection, mais la durée de la période d'incubation peut aller de un à dix jours. Parmi les symptômes cliniques figurent la diarrhée (accompagnée souvent de sang dans les selles), les douleurs abdominales, la fièvre, les céphalées, les nausées et/ou les vomissements. Ces symptômes durent habituellement entre trois et six jours. Les décès sont rares et ne concernent habituellement que les très jeunes enfants et les personnes âgées ou encore les individus souffrant déjà d'une autre maladie grave.

Le traitement des infections à Campylobacter consiste principalement en la réhydratation des patients. Le recours aux antibiotiques n'est pas recommandé dans le cas d'entérites modérées, mais peut être une solution pour les cas graves ou prolongés ou pour les patients immunodéprimés ou ayant une maladie sous-jacente, ou pour les femmes enceintes. Dans ces conditions, l'infection peut être traitée par érythromycine, tétracyclines ou fluoroquinolones.

La prévention individuelle des campylobactériose repose sur un ensemble de mesures d'hygiène

  • Se laver les mains à l'eau et au savon avant de manger, avant de préparer un repas, après avoir été en contact avec des animaux ou leur nourriture ou leurs crottes,  après avoir touché les effets personnels de son animal (jouets ...) ou son habitat (coussin, cages, réservoirs, poulaillers ...), avant et après avoir pris soin d'une personne atteinte de diarrhée, après avoir utilisé les toilettes, après avoir changé des couches ou nettoyé un enfant qui a utilisé les toilettes, après avoir touché des ordures. Les adultes doivent surveiller le lavage des mains des jeunes enfants ;
  • Respecter les bonnes pratiques d'hygiène en cuisine, notamment se laver les mains et laver les ustensiles de manière régulière ; laver soigneusement les fruits et légumes avec de l'eau potable avant de les consommer ; nettoyer les surfaces et ustensiles de cuisine après la manipulation de volaille ou de viande crue ; utiliser une planche dédiée au découpage de la viande crue et nettoyer sans délai les planches à découper et les ustensiles utilisés pour la préparation de la viande crue ;
  • Respecter le règles de conservation des aliments : conserver la volaille ou la viande crue dans le réfrigérateur séparés des aliments consommés crus ou des plats préparés ; respecter les recommandations de conservation prescrites sur l'étiquetage notamment la date limite de consommation ; vérifier régulièrement que la température du réfrigérateur est correcte et le nettoyer régulièrement.
  • Respecter les règles de cuisson : la consommation de viande de volaille crue doit être proscrite ; cuire suffisamment (cuisson à cœur, > 65°C) la viande de volaille, de bœuf et de porc ce qui permet de détruire les Campylobacter ; lors de la cuisson au barbecue, et en règle générale, vérifier que la chair du poulet n'est pas rosée et qu'elle ne présente pas de trace de sang.

Source : Food safety News.