Toxi-infection alimentaire après consommation de tiges d'Alocasia au Japon Médecine des voyages

Publié le 7 oct. 2022 à 18h00

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Japon, le gouvernement de la préfecture d'Oita a annoncé le 4 octobre 2022 que 11 hommes et femmes âgés entre 40 et 60 ans de la juridiction de l'administration centrale centre de santé de la ville d'Usuki, ont présenté une intoxication alimentaire après avoir mangé des tiges d'alocasia. Les patient se sont plaints de douleurs dans la bouche et la langue, et il n'y a pas eu de cas graves. Un agriculteur de la même ville les a expédiés par erreur comme un genévrier (Tenjiku).

Alocasia (appelé aussi oreille d'éléphant) est un genre de plantes vivaces rhizomateuses ou tubéreuses à larges feuilles de la famille des Aracées originaire des régions allant de l'Asie tropicale et subtropicale à l'Australie orientale, et largement cultivées ailleurs. 

Beaucoup de plantes du groupe Alocasia contiennent des cristaux d'oxalate en forme d'aiguille microscopique qui sont à l'origine de sa toxicité en cas de contact avec la peau, la bouche et les yeux. Cette plante est également toxique pour les animaux. La partie toxique de la plante est constituée des feuilles et des tiges. L'intoxication se traduit par une réaction cutanée avec rougeur, démangeaisons possibles et sensation de brûlure en cas de contact avec la peau. Lorsqu’elle est portée à la bouche, la plante peut entraîner une sensation de brûlure, un gonflement des lèvres, de la langue et de la gorge et de possibles difficultés à respirer. Selon la quantité consommée, les signes peuvent durer plusieurs heures, de un jour ou 2 pour les engourdissements. Généralement la plupart des patients récupèrent sans séquelle. 

Source : ProMED.