Foyer de légionellose dans l'Ontario au Canada Médecine des voyages

Publié le 10 oct. 2022 à 13h20

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Canada, un foyer de légionellose a été déclaré à Orilla dans l'Ontario. Au total 19 cas ont été découverts chez des personnes qui résident ou ont visité la ville au cours des dernières semaines. Le Bureau de santé du district de Simcoe Muskoka (SMDHU) enquête sur cette épidémie afin de rechercher la source de la bactérie.

Ce n'est pas la première fois que la ville doit faire face à une épidémie. En 2019, 10 cas confirmés (dont 1 décès) avaient été découverts. Il avait été déterminé plus tard que des tours de refroidissement du centre-ville d'Orillia contenaient une souche de Legionella.

Rappels sur la légionellose :

La légionellose (ou Maladie des légionnaires) est une maladie de gravité variable allant d'une atteinte fébrile bénigne à des formes parfois mortelles de pneumonie. Elle est due à une exposition aux espèces Legionella.

Après une période d'incubation de 2 à 10 jours, la légionellose se manifeste par des infections pulmonaires aiguës de type pneumopathies. Les premiers symptômes ressemblent à une grippe (fièvre, toux sèche) suivis par une augmentation de la fièvre qui peut atteindre 39.5 °C. Le malade ressent alors des sensations de malaise, ainsi que des douleurs abdominales (nausées, vomissements, diarrhées), accompagnées de troubles psychiques (confusion, désorientation, hallucinations pouvant aller jusqu'au delirium et au coma).

La maladie peut évoluer avec deux types de complications : une insuffisance respiratoire irréversible et une insuffisance rénale aiguë, qui sont alors souvent fatales.
Les Legionella prolifèrent toutefois essentiellement chez les individus les plus fragiles tels que les personnes immunodéprimées ou les personnes fragilisées (opérés, personnes âgées, nourrissons).

Dans le monde entier, Legionella pneumophila transmise par l'eau est la cause la plus courante de cas d'infection et de flambées. On trouve couramment cette espèce et les espèces apparentées dans les lacs, les rivières, les torrents, les sources chaudes et d'autres collections d'eau. On peut trouver d'autres espèces, comme Legionella longbeachae dans les terreaux pour rempotage. La bactérie vit et se multiplie dans les systèmes d'eau à des températures comprises entre 20 et 50°C (température optimale de 35°C).

La voie la plus courante de transmission de Legionella passe par l'inhalation d'aérosols contaminés. Les sources d'aérosols que l'on a associées à cette transmission sont les tours de refroidissement des systèmes d'air conditionné, les systèmes d'eau chaude et froide, les humidificateurs d'air et les bains à remous.

Pour le voyageur, en l'absence de vaccination, la prévention individuelle qui peut être proposée au voyageur est limitée.

Avant le voyage, la consultation des alertes diffusées par de nombreux sites de médecine des voyage (dont le site mesvaccins.net) permet de vérifier si des épidémies récentes ont été signalées dans le lieu de destination. Un système de surveillance des infections existe en Europe. Les hébergements où l'infection a été signalée sont publiés en ligne et peuvent être consultés sur le site de l'European Centre for Disease Prévention and Control.

Pendant le séjour :

  • Le risque d'infection est plus élevé chez les personnes présentant des facteurs de risque (âge supérieur à 50 ans, fumeur ou ancien fumeur, consommation excessive d'alcool, maladie cardiaque, pulmonaire, rénale ou hépatique chronique, cancer, diabète, système immunitaire affaibli par des médicaments ou des maladies) et séjournant dans des logements mal entretenus. Chez les personnes à haut risque l'usage des eaux récréatives devra être évalué (spas, bains à remous …).
  • Il peut être utile de purger les douches à l'eau chaude, avant d'entrer dans la douche, dans les hôtels ou autre hébergement lorsqu'elles n'ont pas été utilisées récemment. Afin de ne pas être exposé aux aérosols, le pommeau de douche devra être déposé au sol (ou au fond de la baignoire) avant l'ouverture du robinet d'eau chaude (pour les eaux mitigées on sélectionnera la température la plus élevée) et ce en évitant un débit excessif.
Vous devez consulter rapidement un médecin si vous développez un syndrome grippal avec fièvre, toux ou essoufflement pendant votre séjour ou jusqu'à deux semaines après votre retour. Vous devez informer le professionnel de santé que vous avez pu être exposé à la légionellose et mentionner la zone que vous avez visitée.

 

Source : ProMED