Epidémie de cryptosporidiose en Suède Médecine des voyages

Publié le 25 oct. 2022 à 16h30

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Suède, l'Agence suédoise de santé publique enquête sur une épidémie d'infections à Cryptosporidium parvum dans le pays. Une augmentation du nombre de cas de cryptosporidiose a été observée au cours des 2 premières semaines d'octobre 2022 par rapport à la même période les années précédentes. Parmi les cas confirmés, 41 sont des femmes et 20 sont des hommes. Les cas sont âgés de 11 à 86 ans, âge moyen de 44 ans, et originaires de 10 différentes régions de Suède. 98 autres cas sont des cas possibles qui ont été signalés pendant la période.

Par analyse du génome du parasite, 61 cas ont été confirmés appartenir au sous-type Cryptosporidum parvum IIaA15G2R1.

Une enquête de l'Agence suédoise de l'alimentation et la Santé publique cherche à identifier la source de l'infection, qui est suspectée d'être un aliment largement répandu en Suède. 

Rappels sur la cryptosporidiose :

La cryptosporidiose est une maladie présente partout dans le monde. La cryptosporidiose est principalement une infection pédiatrique, et c'est également le cas en Europe. La prévalence la plus élevée se trouve chez les enfants de moins de 5 ans. En Europe et aux États-Unis, on constate une forte saisonnalité de l'infection, avec de faibles niveaux endémiques suivis d'augmentations saisonnières prononcées, en particulier à la fin du printemps et à la fin de l'été-début de l'automne.

Elle est due à des parasites du genre Cryptosporidium spp., les espèces les plus courantes à l'origine des infections humaines étant C. parvum qui infecte à la fois l'homme et les animaux et C. hominis qui  n'affecte que l'homme. D'autres espèces telles que C. felis, C. muris, C. cuniculus et C. meleagridis ont également été signalées chez l’homme. Cryptosporidium spp. accomplit son cycle de vie dans un seul hôte. Après l'ingestion d'oocystes, le cycle de multiplication se déroule dans les cellules épithéliales intestinales et aboutit à la production d’oocystes matures infectants éliminés dans les selles.

Une faible dose de 10 à 100 oocystes peut transmettre l'infection. Les oocystes sont très résistants et peuvent survivre longtemps dans l'environnement. Ils résistent à la plupart des méthodes chimiques de purification telles que la chloration et peuvent être transportés sur de longues distances dans l'air et dans l'eau en raison de leur petite taille.

Les modes de transmission de ce parasite sont divers. La transmission peut se faire par voie directe (de personne à personne et d'animal à personne) et indirecte (par l’intermédiaire de l'eau, des aliments ou des surfaces inertes contaminées par des oocystes infectieux). L’analyse de 444 foyers de cryptosporidiose ayant entraîné 7 465 cas aux États-Unis entre 2009 et 2017 a montré que les épidémies rapportées avaient pour origine les eaux récréatives (piscines, piscines pour enfants/ pataugeoires, aires de jeux d’eau), un contact avec du bétail (les veaux et les agneaux sont en particulier une source d’infection) ou un contact avec des personnes infectées en particulier dans des établissements de soins pour enfants. Une origine alimentaire semble moins fréquente. Dans ce cas différentes sources d’infection ont été rapportées comme le lait non pasteurisé ou le jus de pomme.

Apèrs un durée d'incubation moyenne de 7 jours (2 à 10 jours), la maladie se présente sur une forme dont la gravité dépend généralement de l'état immunitaire de l'individu.

  • Chez les personnes immunocompétentes, l’infection peut être asymptomatique ou se présenter sous le forme d’une diarrhée aqueuse associée ou non à des nausées, des crampes abdominales, de la fièvre légère ou une perte de l’appétit. La maladie se résout en une à deux semaines. Un retard de croissance est observé chez les nourrissons atteints de cryptosporidiose chronique ; un retard de croissance et une atteinte des voies respiratoires sont également observés chez les enfants malnutris.
  • Chez les personnes immunodéprimées, les symptômes peuvent durer plusieurs mois et l’infection peut avoir un retentissement sur le pronostic vital du malade. De plus, ces patients peuvent présenter des manifestations extra-intestinales concernant plusieurs organes comme les voies biliaires, l’estomac, l’œsophage ou les voies respiratoires.

Le diagnostic de la cryptosporidiose se fait par l'examen d'échantillons de selles. Comme la détection du Cryptosporidium peut être difficile, il peut être demandé aux patients de soumettre plusieurs échantillons de selles sur plusieurs jours. Le plus souvent, les échantillons de selles sont examinés au microscope à l'aide de différentes techniques. Il existe des tests immunoenzymatiques pour la détection des antigènes de Cryptosporidium sp. Les méthodes moléculaires (par exemple, la PCR) permettent d'identifier le Cryptosporidium au niveau de l'espèce, mais ces tests ne sont pas effectués de façon routinière dans la plupart des laboratoires.

La plupart des personnes dont le système immunitaire est sain se rétabliront sans traitement. Selon le contexte, il sera nécessaire de prévenir une déshydratation due à la diarrhée. Le nitazoxanide, est le seul médicament approuvé par la Food and Drug Administration américaine pour lutter contre la cryptosporidiose chez les patients immunocompétents, mais il n'est pas autorisé en Europe. Il existe peu de preuves de son efficacité chez les personnes immunodéprimées et les enfants malnutris. Chez les personnes infectées par le VIH, l'introduction de la thérapie antirétrovirale hautement active (HAART) a considérablement réduit l'impact de la cryptosporidiose.

Les Centers for Disease Control and prevention propose un ensemble de mesure de prévention destinées à la population générale :

  • Se laver souvent les mains avec de l'eau et du savon, en particulier aux moments clés où vous êtes susceptible de propager des germes (les désinfectants pour les mains à base d'alcool ne sont pas efficaces contre les cryptosporidies)
  • Dans les établissements de garde d'enfants :
    • Les enfants atteints de diarrhée doivent être exclus jusqu'à ce que la diarrhée ait cessé.
    • Nettoyez ou désinfectez les jouets et les surfaces pour empêcher les germes de se propager facilement.
    • Lavez-vous régulièrement les mains avec de l'eau et du savon.
    • Les adultes atteints de diarrhée doivent être dirigés vers des emplois qui minimisent les possibilités de propagation d'agents responsables de diarrhées (travail administratif ...).
  • Lors d'activités en lien avec des eaux de loisir :
    • Ne pas se baigner ou laisser les enfants se baigner s'ils sont malades de la diarrhée.
    • En cas de cryptosporidiose, attendre 2 semaines après l'arrêt de la diarrhée pour aller se baigner.
    • N'avalez pas l'eau.
    • Emmenez les jeunes enfants aux toilettes ou vérifiez leurs couches toutes les 60 minutes.
    • Changez les couches dans une zone dédéie, et non au bord de l'eau
  • Évitez la consommation d'eau qui pourrait être contaminée
    • Ne buvez pas d'eau non traitée et n'utilisez pas de glace non traitée provenant de lacs, rivières, sources, étangs, ruisseaux ou puits peu profonds.
    • Suivez les conseils donnés lors des avis locaux sur l'eau potable.
    • En cas de doute sur la salubrité de l'eau potable (par exemple, si la source d'eau est inconnue), utilisez au moins l'un des produits suivants : de l'eau embouteillée dans le commerce, de l'eau qui a été préalablement bouillie pendant au moins une minute (À des altitudes supérieures à 2 000 mètres, faites bouillir pendant 3 minutes) ou un filtre avec taille absolue des pores de 1 micron ou moins .
  • Évitez les aliments qui pourraient être contaminés : buvez du lait  pasteurisé, ne mangez pas de fruits et de légumes lavés dans de l'eau qui pourrait être contaminée.
  • Soyez très prudent en voyage et renforcez ces mesures de prévention.
  • Adoptez des pratiques sexuelles plus sûres
    • Attendez deux semaines après l'arrêt de la diarrhée avant d'avoir des rapports sexuels (vaginaux, anaux et oraux). Les patients cessent généralement d'avoir du Crypto dans leur caca dans les deux semaines qui suivent l'arrêt complet des symptômes
    • Réduisez votre contact avec les selles pendant les rapports sexuels en : lavant vos mains, vos parties génitales et votre anus avec de l'eau et du savon avant et après l'activité sexuelle ; utilisant des méthodes de barrière pendant les rapports sexuels, lavant les jouets sexuels à l'eau et au savon après chaque utilisation

Ces précautions seront renforcées chez la personne immunodéprimée.

Références : (1) CDC. Parasites - Cryptosporidium (also known as "Crypto"). Mise à jour 1 juillet 2019.  (2) Gharpure R et al. Cryptosporidiosis Outbreaks — United States, 2009–2017. Weekly / June 28, 2019 / 68(25);568–572. (3) Pane S. Cryptosporidium: Still Open Scenarios. Pathogens. 2022 Apr 26;11(5):515. (4) Vanathy K et al. Cryptosporidiosis: A mini review.Trop Parasitol. 2017 Jul-Dec; 7(2): 72–80.  

Source : Outbreak News Today.