L'épidémie de paludisme observée en Ethiopie liée à la présence du moustique Anopheles stephensi Médecine des voyages

Publié le 5 nov. 2022 à 10h46

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'épidémie inhabituelle de paludisme observée au début de l'année 2022 en Éthiopie serait liée à la propagation du moustique Anopheles stephensi. Dans la ville de Dire Dawa, distante de 150 km de la frontière avec Djibouti, qui n'avait compté que 205 cas de paludisme pour toute l'année 2019, on a enregistré plus de 2 400 cas au 1er semestre 2022.

Anopheles stephensi, originaire d'Asie du Sud, a été identifié pour la première fois en Afrique il y a une dizaine d'années dans la République de Djibouti, qui borde l'Éthiopie. Il s'est depuis propagé à au moins 4 autres pays d'Afrique subsaharienne. En Éthiopie, il a été constaté que c'est le principal vecteur de Plasmodium falciparum et de Plasmodium vivax en milieu urbain. Contrairement à la plupart des moustiques vecteurs du paludisme en Afrique, Anopheles stephensi est adapté à un environnement urbain.

Le 1er novembre 2022 au cours d'une réunion de l'American Society of Tropical Medicine and Hygiene (ASTMH) à Seattle, une étude a présenté la preuve directe qui lie l'insecte envahissant à l'augmentation des cas de paludisme.

A Djibouti et ailleurs, les cas de paludisme ont augmenté en même temps que Anophèles stephensi a été identifié dans les zones touchées.

L'augmentation de ce moustique invasif est une mauvaise nouvelle pour contrôler le paludisme à travers l'Afrique. Non seulement il peut prospérer dans des régions qui n'étaient jusque là pas touchées par des épidémies de paludisme, mais les souches d'Anophèles stephensi qui ont été capturées en Afrique sont également largement résistantes aux insecticides utilisés.

Ref : Unusual malaria outbreak tied to invasive mosquito. Anopheles stephensi is spreading across Africa, complicating efforts to control the disease. Gretchen Vogel. doi: 10.1126/science.adf6061. 1 Nov. 2022.

Source : Science.