Opisthorchiasis et Diphyllobothriasis signalées en Russie Médecine des voyages

Publié le 2 déc. 2022 à 17h10

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Russie des cas de maladies parasitaires ont été enregistrés en Bachkirie.

  • De 12 à 35 cas d'opisthorchiasis sont enregistrés chaque année dans la république. Ainsi, en 2021, 12 personnes sont tombées malades, le taux d'incidence était de 0,3 pour 100 000 habitants. Pour 9 mois de 2022, 21 personnes ont été infectées (0,52 cas pour 100 mille habitants), ce qui dépasse de 1,2 fois la moyenne à long terme.
  • En Bachkirie, des cas isolés de diphyllobothriase sont enregistrés. Pour 9 mois de cette année, 3 patients ont été enregistrés, le taux d'incidence était de 0,07 pour 100 mille habitants, ce qui est au niveau de la même période de l'année dernière et dépasse de 16% la moyenne à long terme.

Rappels sur l'opisthorchiasis

Les Opisthorchiidae importants pour l'homme sont des parasites plathelminthes dont les espèces Opisthorchis felineus, Opisthorchis viverrini, et Clonorchis sinensis, ont chacun une distribution géographique distincte, bien que se chevauchant parfois : O. felineus est endémique en Europe et en Russie. Le cycle évolutif d'Opisthorchis nécessite à la fois le passage par les escargots et par les poissons.

La maladie est contractée en mangeant des poissons infectés crus ou insuffisamment cuits qui contiennent des métacercaires infectieux (stade enkysté). Les morbidités associées à l'opisthorchiasis sont principalement hépatobiliaires, provenant spécifiquement de la fibrose du canal biliaire et de la cholangite, et s'expriment par une variété de manifestations, telles que l'ictère obstructif, l'hépatomégalie, les douleurs abdominales et les nausées.

  • Les symptômes aigus sont plus fréquents en cas d'infection par O. felineus et peuvent comprendre une fièvre élevée, une anorexie, des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une sensation de malaise, des myalgies, des arthralgies et une urticaire. Les symptômes apparaissent habituellement de 4 à 12 heures après l'exposition.
  • Dans une infection chronique, les symptômes peuvent être plus graves et une hépatomégalie et une dénutrition peuvent être présentes. Les complications rares comprennent la cholécystite, l'angiocholite et le cholangiocarcinome (cancer des voies biliaires.

 

Rappels sur la Dibothriocéphalose 

La dibothriocéphalose ou diphyllobothriose (anciennement bothriocéphalose) est un téniasis dû à différentes espèces de cestodes de grande taille. L'espèce la plus commune chez l'homme est Dibothriocephalus latus, plus connue sous le nom générique de « ténia du poisson » ou de « grand ténia des poissons ».

Les manifestations peuvent comprendre des douleurs abdominales, de la diarrhée, des vomissements et une perte de poids. Il peut se produire une carence en vitamine B12 avec pour conséquence une anémie pernicieuse. Dans les cultures où les femmes préparent des plats traditionnels tels que le gefilte fish, elles sont davantage infectées que les hommes, car elles goûtent le poisson émincé avant de le faire cuire.

Éviter l'ingestion des poissons d'eau douce crus. Une cuisson suffisante ou la congélation des poissons d'eau douce tuera les larves de ténia de poissons enkystées dans la chair.

Source : Outbreak News Today.