Cas d'encéphalite de Murray Valley en Nouvelle-Galles du Sud en Australie Médecine des voyages

Publié le 25 fév. 2023 à 12h19

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Australie, après le Territoire du Nord (nouvelle du 17 février 2023) la Nouvelle-Galles du Sud (NWS) a rapporté un cas d'encéphalite de Murray Valley (MVE) dans la Riverina. C'est le 1er cas en NSW de cette saison [2022-23] et la 1ère transmission confirmée du virus dans l’État depuis 2011.

Le cas concerne un homme dans la soixantaine, qui a été potentiellement exposé en janvier 2023 à des moustiques infectés dans le Temora Shire, Edward River Shire, ou les zones du Conseil de Murrumbidgee, qui sont des zones à risque. Il a été admis à l'hôpital, où il continue de recevoir des soins.

Ce cas fait suite à de récentes détections de MVE chez des moustiques et des poulets sentinelles dans certaines parties de l'ouest et du sud de la Nouvelle-Galles du Sud où la surveillance est en cours.

Rappels sur l'encéphalite de Murray Valley

Le virus de l'encéphalite de Murray Valley est un Flavivirus de la famille des Flaviviridae, responsable d'une zoonose endémique au nord de l'Australie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. C'est un arbovirus transmis par les moustiques qui survit dans un cycle oiseau-moustique-oiseau. Les oiseaux aquatiques de l'ordre des Ciconiiformes, dont font partie les hérons et les cormorans, constituent le réservoir normal. Bovins, marsupiaux, chevaux, moutons et singes constituent des réservoirs secondaires. Le principal moustique vecteur est Culex annulirostris.

L'infection chez l'homme survient après piqûre du moustique. La plupart des cas sont asymptomatiques. La maladie dure habituellement 2 semaines et se caractérise par l'apparition de fièvre, céphalées, myalgies pendant 2 à 5 jours. Puis surviennent des complications neurologiques (encéphalite, syndrome méningé, convulsions, quadriplégie spasmodique, paralysies respiratoires et coma). 

Le taux de létalité atteint 20 %. Des séquelles neurologiques apparaissent chez 50 % des personnes infectées.

Pour minimiser le risque d'être piqué par les moustiques, les voyageurs devraient: 

  • porter vêtements de couleur claire imprégnés d'insectifuge avec des manches longues, des pantalons longs et chaussettes, entre le crépuscule et l'aube dans les zones où les moustiques sont nombreux ;
  • utiliser un répulsif protecteur contenant au moins 20 % de DEET ou Picaridin ;
  • éviter l'exposition en plein air au crépuscule et la nuit à proximité des zones de forêts denses et autres secteurs où la pullulation de moustiques est importante ;
  • utiliser des installations d'hébergement climatisées et des moustiquaires imprégnées la nuit ;
  • utiliser des serpentins anti-moustiques, des sprays de barrière contenant de la bifenthrine dans les patios et en plein air près des maisons.

Source : NSW Health.