Premier cas humain d'encéphalite de Saint-Louis confirmé en Californie

medecinedesvoyages.net

En Californie, le premier cas humain du virus de l'encéphalite de Saint-Louis (SLEV) a été confirmé dans le comté de Kern. En raison des fortes pluies de l'hiver dernier, les populations de moustiques ont augmenté dans le comté de Kern et dans l'État, ce qui accroît le risque de maladies transmises par les moustiques.

Rappel sur l'encéphalite de Saint Louis

L'encéphalite de Saint Louis est une encéphalite virale due au virus de l'encéphalite de Saint Louis (SLEV), un Flavivirus transmis par les moustiques du genre Culex. Le moustique s'infecte à l'occasion d'un repas sanguin pris sur un oiseau qui présente le SLEV dans son sang. Les oiseaux qui vivent dans les zones urbaines et suburbaines, comme le moineau, le pigeon, le geai bleu et le rouge-gorge, sont des hôtes courants du SLEV.

L'homme infecté (et les animaux domestiques) constitue un "hôte terminal" car il ne présente pas assez de virus dans son sang pour infecter un moustique. Cependant la quantité de virus circulant peut être à l'origine d'une transmission exceptionnelle par transfusion.
Le virus est présent dans une vaste zone géographique allant du Canada à l'Argentine, mais la plupart des cas décrits se produisent aux États-Unis (de 2003 à 2022, 283 cas humains, dont 18 décès, ont été signalés aux Etats-Unis ; la Californie représente 43 cas ; le pic des cas se situe entre juin et octobre). Des épidémies périodiques ont eu lieu dans la vallée du Mississippi et le long de la côte du Golfe du Mexique, et des cas sporadiques sont signalés dans tous les États-Unis, dans les Caraïbes, au Canada, au Mexique et en Amérique centrale. Dans les zones tempérées, la transmission a lieu principalement à la fin de l'été et au début de l'automne, mais dans les climats plus chauds, la transmission a lieu toute l'année.

La plupart des personnes infectées par le SLEV ne présentent pas de symptômes.
Pour les personnes présentant des symptômes, le délai d'incubation varie de 4 à 14 jours. La maladie débute généralement brutalement, avec de la fièvre, des maux de tête, des étourdissements, des nausées et une faiblesse généralisée. Le tableau s'aggrave généralement sur une période de quelques jours à une semaine. Certains patients se rétablissent après cette période, mais chez d'autres se développent des signes d'infection du système nerveux central.
La gravité de la maladie et le risque de décès augmentent avec l'âge. Parmi les patients chez qui on a diagnostiqué un SLEV, 5 à 20 % décèdent.

Il n'existe pas de vaccin contre les infections à SLEV, ni de traitement antiviral efficace. Le meilleur traitement préventif consiste à éviter les piqûres de moustiques.

Source : Outbreak News Today

Pages associées