En Caroline du Nord, signalement d'un décès très probablement lié à une infection par Vibrio vulnificus

medecinedesvoyages.net

En Caroline du Nord, le département de la santé a rapporté dans un communiqué de presse que deux cas de vibriose ont été signalés dans le comté de Dare entre le 20 et le 25 juillet, dont un décès. L'un des cas a été contracté dans l'océan au large de Nags Head et l'autre dans Buzzard Bay - une partie de l'Albemarle Sound - au sud de Colington Island, ont indiqué les responsables de la santé. Ces nouveaux cas portent à 47 le nombre total de cas recensés dans l'État depuis le début de l'année.

Cette annonce a été faite après que la presse ait rapporté le décès d'un homme de 71 ans, de Nags Head dont les proches ont déclaré qu'il s'était coupé en manipulant un casier à crabes dans le détroit d'Albemarle. Il serait décédé des suites d'une fasciite nécrosante, qui peut être compatible avec une infection par Vibrio vulnificus.

Rappel sur les infections à Vibrio vulnificus

La bactérie V. vulnificus se trouve dans les milieux estuariens et est associée à diverses espèces marines comme le plancton, les crustacés (huîtres, palourdes et crabes) et les poissons.

La maladie résulte le plus souvent de l'infection des plaies, soit par contamination d'une plaie ouverte avec l'eau de mer hébergeant la bactérie, soit par lacération de la peau par le corail ou par un poisson. L'infection peut également survenir après ingestion d'eau ou de coquillages contaminée par la bactérie. La plupart des cas de vibriose aux États-Unis surviennent de mai à octobre, lorsque les températures de l'eau sont chaudes.

Un publication récente qui repose sur des modélisation estime que le changement climatique pourrait entraîner une augmentation du nombre de cas d'infections à V. vulnificus aux Etats-Unis. Dans l'est des États-Unis, entre 1988 et 2018, les infections de plaies par V. vulnificus ont été multipliées par huit (10-80 cas par an) et la limite nord des cas s'est déplacée vers le nord de 48 km par an. D'ici 2041-2060, les infections par V. vulnificus pourraient étendre leur aire de répartition actuelle pour englober les principaux centres de population autour de New York (40,7°N). Associé à une population croissante et de plus en plus âgée, le nombre de cas annuels pourrait doubler. D'ici 2081-2100, les infections à V. vulnificus pourraient être présentes dans tous les États de l'Est des États-Unis.

Il s'agit d'une bactérie très virulente qui peut causer trois tableaux infectieux bien distincts :

  • Une gastro-entérite aiguë, après ingestion de fruits de mer contaminés, associant vomissements, diarrhée et douleurs abdominales ;
  • Une infection nécrosante des plaies survenant 24 heures après une baignade avec une peau lésée ou une blessure par des poissons à épines (tilapia) ;
  • Le sepsis sévère à Vibrio. La porte d'entrée est digestive, lors d'un repas d'huîtres ou de crustacés consommés crus. L'incubation est courte (médiane 18 heures). Le développement du sepsis est rapide voire fulminant, avec fièvre, syndrome toxique, et cellulite ou fasciite nécrosantes par dissémination hématogène des extrémités des membres. La majorité des patients est porteuse d'une maladie hépatique chronique ou d'une surcharge en fer (alcoolique, cirrhose, hémochromatose). Les facteurs de risque de moindre importance incluent le diabète, l'insuffisance rénale, la thalassémie, une corticothérapie. La mortalité est de l'ordre de 50 % à plus de 80 % en cas de choc.

Pour se protéger contre Vibrio vulnificus, il est donc recommandé :

  • d'éviter d'exposer les plaies ouvertes, les coupures ou les éraflures à l'eau de mer ou à l'eau des estuaires.
  • d'éviter de consommer des crustacés non cuits
  • de nettoyer et surveiller immédiatement les plaies reçues dans le milieu marin ou provenant de coquillages non cuits ; consultez immédiatement un médecin en cas de signes d'infection.

Source : Médias (The News Observer)

Pages associées